Committed to connecting the world

SDG

Méthodologie

English       

 

UNE MÉTHODOLOGIE UNIQUE EN SON GENRE
QUI FAIT
TOUTE LA DIFFÉRENCE

 

Dès le départ, le projet s'est différencié des approches tradionnelles adoptées par trop de projets de developpement. Au cœur du projet, les parties prenantes régionales et nationales ont prodigué des conseils et suivi l'état d'avancement, depuis la réunion de lancement initiale jusqu'aux dernières étapes.
Une méthodologie identique, adaptable aux éventuelles variations régionales, a été suivie dans chacune des trois régions.
Au début de chaque sous-projet, toutes les parties prenantes de la région concernée ont été officiellement conviées à participer activement à une réunion de lancement multipartite. La première tâche a consisté à actualiser et à valider une première liste de priorités. Ses résultats ont été intégrés à un plan de travail adopté par toutes les parties prenantes. Les structures et les mécanismes permettant aux parties prenantes de participer au projet et de se l'approprier ont ensuite été identifiés à partir des idées des participants et de leur connaissance de la région. Une fois ses priorités et son dispositif de gouvernance convenus, chaque région a suivi un processus cohérent en plusieurs étapes.

 

 
Evaluation: cette phase a commencé par une évaluation des priorités de chaque pays bénéficiaire, en tenant compte des résultats d'initiatives antérieures de l'UE et d'autres organisations internationales et régionales. Cette approche a évité les doublons, utilisé de manière optimale les ressources régionales et renforcé l'efficience. L'identification des bonnes pratiques et des échecs à l'échelle régionale a ensuite permis aux organisations régionales et à chaque pays de déterminer les facteurs de succès de leur région, ainsi que les points nécessitant une attention spécifique, et de les comparer aux bonnes pratiques internationales. Ces évaluations détaillées ont servi de base aux discussions menées avec l'ensemble des parties prenantes régionales et nationales.
 
 
 
Politique régionale: dans le cas des projets HIPSSA et HIPCAR, les résultats de ces discussions ont conduit à élaborer un projet de modèle de lignes directrices politiques régionales pour chaque domaine prioritaire identifié. Les parties prenantes ont discuté des avantages et des inconvénients de chaque modèle avant de finaliser et d'adopter le mieux adapté aux besoins et à la culture de la région.
 
 
 

 Législation régionale: après l'adoption de la politique, les parties prenantes ont élaboré un projet de modèle de directives législatives avec l'appui de l'équipe du projet. Après l'adoption de ces directives par les parties prenantes, le travail est entré dans sa phase finale. Pendant tout le processus, les organisations régionales ont rendu compte des progrès accomplis lors de réunions ministérielles et d'autres réunions ad hoc. Ce mode de fonctionnement a permis de suivre l'agenda politique local et d'ancrer profondément les résultats dans les réalités de la région.

La décision finale relative à la définition des livrables est restée l'apanage du gouvernement mais toutes les parties prenantes ont été invitées à donner leur avis à chaque étape du processus. Des représentants du gouvernement, des organismes de réglementation, de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé ont participé à l'ensemble des discussions ainsi qu'à la préparation des livrables.
 
 
Assistance technique dans les pays: suite à la validation et à l'approbation de cette activité régionale, une assistance technique a été mise à la disposition des pays afin de transposer les directives régionales en cadres législatifs et réglementaires nationaux tenant compte des spécificités nationales. Comme pour les activités régionales, des procédures ont été mises en place dans les pays bénéficiaires d'une assistance technique, afin qu'ils s'approprient le processus et s'y engagent. Dans chaque pays, les points de contact désignés et d'autres représentants concernés ont étroitement collaboré avec l'équipe de projet composée de personnel de l'UIT ainsi que de consultants internationaux et locaux. Le Comité de pilotage de la région a également dispensé des conseils.

 

Cette assistance a été apportée en quatre étapes convenues par l'ensemble des parties prenantes participantes:
 
1. Comparaison des directives régionales validées aux politiques et à la législation nationales.
2. Recommandation de modifications à apporter aux politiques et à la législation nationales.
3. Organisation de consultations avec les parties prenantes ainsi que d'ateliers d'adoption et de validation avec les parties prenantes nationales.
4. Organisation d'activités de renforcement des capacités pour les parties prenantes nationales.
 
 
--------------------------------------------
 
*     Les parties prenantes de la région Pacifique avaient suggéré d'axer le projet ICB4PAC sur la préparation de la région à une harmonisation potentielle. Par conséquent, bien que la méthodologie soit similaire à celle utilisée en Afrique subsaharienne (projet HIPSSA) et dans les Caraïbes (projet HIPCAR), elle n'appuie pas le processus d'harmonisation totale dans la région. En revanche, une évaluation régionale a permis d'identifier les bonnes pratiques et les échecs, qui ont ensuite été comparés aux bonnes pratiques internationales. Les résultats ont été consignés dans des rapports auxquels les pays engagés dans le processus de création de cadres d'harmonisation pourront se référer. Ces rapports ont servi par la suite aux activités de renforcement des capacités nationales et permis à chaque pays de profiter de l'expérience de pays pairs et de bonnes pratiques internationales adaptées à leurs spécificités.