Engagée à connecter le monde

SDG

Communiqué de presse

Déchets d'équipements électriques et électroniques: hausse de 8% de leur volume en deux ans pour un taux de recyclage de seulement 20%, malgré l'adoption de politiques de gestion de ce type de déchets dans un nombre croissant de pays

Un nouveau rapport des Nations Unies présente en détail le défi que représentent les déchets d'équipements électriques et électroniques dans le monde




Genève, 13 décembre 2017

L'Union internationale des télécommunications (UIT), qui est l'institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l'information et de la communication, l'Université des Nations Unies (UNU) et l'Association internationale des déchets solides (ISWA), publient aujourd'hui le rapport The Global E-Waste Monitor 2017 (Suivi des déchets d'équipements électriques et électroniques à l'échelle mondiale pour 2017), qui contient une nouvelle évaluation concernant les déchets d'équipements électriques et électroniques dans le monde et présente des politiques et des statistiques en la matière. Ce rapport vise à mieux faire connaître les questions liées à ces déchets, qui sont composés d'objets mis au rebut dotés de batteries ou de transformateurs comme les téléphones mobiles, les ordinateurs portables, les téléviseurs, les réfrigérateurs et les jouets électriques, et à attirer l'attention sur ce problème mondial qui ne cesse de prendre de l'ampleur.

Le rapport montre qu'en 2016, 44,7 millions de tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques ont été produites, soit 3,3 millions de tonnes (8%) de plus qu'en 2014. En 2016, quelque 20% seulement (8,9 millions de tonnes) de ces déchets ont été recyclés. Les spécialistes prévoient une hausse de 17% de leur volume, qui devrait atteindre 52,2 millions de tonnes d'ici à 2021.

Le rapport met en outre en avant les risques importants et de plus en plus nombreux que représentent, pour l'environnement et la santé humaine, l'augmentation du volume des déchets d'équipements électriques et électroniques et le recours aux pratiques inadéquates et dangereuses que sont l'incinération ou la mise en décharge pour les traiter et les éliminer.

Le rapport met néanmoins en avant un point positif: les pays sont de plus en plus nombreux à adopter des législations en matière de déchets d'équipements électriques et électroniques. Actuellement, 67 pays représentant 66% de la population mondiale ont une législation nationale de gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques, ce qui est un progrès considérable puisque seulement 44% de la population mondiale était couverte par une telle législation en 2014.

Les politiques et les législations nationales en matière de déchets d'équipements électriques et électroniques jouent un rôle important puisqu'elles fixent les normes, les lignes directrices et les obligations auxquelles sont soumises les parties prenantes concernées par ce type de déchets.

"La protection de l'environnement est l'un des trois piliers du développement durable et l'UIT est en première ligne lorsqu'il s'agit d'encourager l'élimination en toute sécurité des déchets résultant des technologies de l'information et de la communication. La gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques est une question à laquelle il faut s'atteler d'urgence dans le monde tout numérique d'aujourd'hui, où l'on utilise de plus en plus de dispositifs électroniques – et est également l'une des cibles définies dans le Programme Connect 2020 de l'UIT," a déclaré Houlin Zhao, Secrétaire général de l'UIT. "Le rapport The Global E-Waste Monitor est une ressource précieuse pour les pouvoirs publics qui élaborent actuellement les stratégies, les normes et les politiques de gestion dont ils ont besoin pour réduire les répercussions néfastes des déchets d'équipements électriques et électroniques sur la santé et l'environnement. Il aidera en outre les membres de l'UIT à atteindre cet objectif fixé dans le Programme Connect 2020."

"Avec 53,6% des ménages dans le monde qui ont désormais accès à l'Internet, les technologies de l'information et de la communication améliorent le quotidien des habitants de la planète et leur donnent les moyens d'accroître leur bien-être sur les plans économique et social," a expliqué Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT. "Ce rapport constitue une étape importante pour trouver des solutions au problème des déchets d'équipements électriques et électroniques. Grâce à des données de meilleure qualité, il sera plus facile de suivre l'évolution dans le temps, de définir et d'évaluer des objectifs et d'élaborer des politiques nationales relatives aux déchets d'équipements électriques et électroniques. Ces mêmes politiques nationales aideront à limiter la production de ce type de déchets, à empêcher les déversements illicites et le traitement inadéquate de ces déchets, à promouvoir le recyclage et à créer des emplois dans les secteurs du reconditionnement et du recyclage."

Le rapport montre en outre que de faibles taux de recyclage peuvent avoir un effet négatif sur l'économie, étant donné que les déchets d'équipements électriques et électroniques renferment de l'or, de l'argent, du cuivre, du platine, du palladium et d'autres matériaux récupérables d'une grande valeur, et constituent de ce fait de véritables gisements. Selon les estimations, la valeur des matériaux récupérables contenus dans les déchets d'équipements électriques et électroniques produits en 2016 s'élevait à 55 milliards USD, soit plus que le produit intérieur brut de la plupart des pays du monde.

"Le problème mondial que représentent les déchets d'équipements électriques et électroniques continue de prendre de l'ampleur. Il est indispensable de mieux mesurer ces déchets pour définir et évaluer des objectifs et identifier des politiques," a déclaré Jakob Rhyner, Vice-Recteur de l'Université des Nations Unies. "Les données produites au niveau national devraient être comparables au niveau international, mises à jour fréquemment, publiées et interprétées. Les estimations mondiales et régionales existantes qui s'appuient sur des statistiques relatives à la production et aux échanges ne couvrent pas de manière adéquate les risques que posent pour la santé et l'environnement les pratiques dangereuses de traitement et d'élimination par incinération ou enfouissement."

"Nous sommes actuellement en pleine transition vers un monde plus numérique, une transition où l'automatisation, la détection et l'intelligence artificielle transforment l'industrie et la société," a expliqué Antonis Mavropoulos, Président de l'Association internationale des déchets solides (ISWA). "Les déchets d'équipements électriques et électroniques sont la conséquence la plus emblématique de cette transition et c'est en trouvant les bonnes solutions pour leur gestion que nous évaluerons notre capacité à mettre le progrès technologique au service d'un avenir durable et de la mise en place de l'économie circulaire. Nous devons être capables de mesurer et de recueillir de manière uniformisée des données et des statistiques sur les déchets d'équipements électriques et électroniques, aux niveaux local et mondial. Ce rapport est une avancée considérable dans la bonne direction et l'ISWA continuera d'appuyer son élaboration, car elle constitue une première étape très importante vers une solution qui sera forcément mondiale."

Plus tôt cette année, l'UIT, l'UNU et l'ISWA se sont associées pour lancer le "Partenariat mondial sur les statistiques relatives aux déchets d'équipements électriques et électroniques". L'objectif est d'aider les pays à produire des statistiques sur ce type de déchets et de créer une base de données mondiale sur les déchets d'équipements électriques et électroniques afin de suivre l'évolution dans le temps.

Ce partenariat vise en outre à recenser les possibilités de recyclage des déchets d'équipements électriques et électroniques, les polluants et les effets sur la santé des déchets d'équipements électriques et électroniques, et à renforcer les capacités aux niveaux national et régional pour aider les pays à produire des statistiques fiables et comparables, en vue de dégager des bonnes pratiques en matière de gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques à l'échelle mondiale. Enfin, les activités menées dans ce cadre aideront à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) 11.6 et 12.5, puisqu'elles permettront de suivre les flux de déchets correspondants et de mesurer les progrès accomplis concernant la cible 3.2 du Programme Connect 2020 de l'UIT sur les déchets d'équipements électriques et électroniques.