ITU

Committed to connecting the world

World Telecommunication Development Conference 2014

_
 

Statement by H.E. Mr. Jean-Pierre Biyiti Bi Essam, Minister of Posts and Telecommunications, Republic of Cameroon


Monsieur le Président de la Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications,

Monsieur le Secrétaire Général de l'Union Internationale des Télécommunications,

Excellences, Mesdames et Messieurs en vos titres, grades et qualités,

C'est un grand honneur, autant qu'un immense plaisir pour moi de prendre la parole à cette tribune de la Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications en son édition de cette année 2014 ici à Dubaï.

Qu'il me soit permis d'entrée de jeu de témoigner la reconnaissance de la République du Cameroun et de son Illustre Chef, le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, au pays hôte ami, les Emirats Arabes Unis, qui a bien voulu accepter d'abriter ces assises.

Au moment où nous nous retrouvons pour évaluer le développement des télécommunications au cours des quatre dernières années et projeter les activités de développement sur les quatre prochaines années, permettez-moi de vous faire le point de ce développement en ce qui concerne la République du Cameroun qui a fourni des efforts considérables pour répondre aux attentes de ses populations dans ce domaine.

Au plan de la législation, le Cameroun s'est doté en 2010 d'un nouveau cadre légal plus favorable, notamment au développement des communications électroniques, ce cadre ayant consacré à titre d'illustration, les licences multi-services et technologiquement neutres pour les opérateurs et exploitants des réseaux de communications électroniques.

Au 31 mars 2013, le nombre d'abonnés actifs des opérateurs était de 13 740 387 (treize millions sept cent quarante mille trois cent quatre-vingt-sept), sur une population estimée à 21 millions d'habitants, soit une télédensité du mobile de plus de 65%. Le taux de pénétration de l'Internet reste par contre encore très faible, de l'ordre de 5%.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Pour améliorer ces différents taux, nous avons agi sur certains axes prioritaires et notamment les infrastructures de transport (backbone) pour lesquelles plus de 4 000 Km de fibre optique auront été déployés au cours de l'année 2010, portant le linéaire global national à plus de 6 000 Kilomètres. Tous les chefs-lieux de Régions, tous les chefs-lieux de Département, une grande majorité des chefs-lieux d'arrondissement du Cameroun sont ainsi désormais reliés par des artères de transmission à très haut débit, et notre ambition pour les cinq prochaines années est de mettre en place les segments manquant pour faire bénéficier du haut débit aux entreprises et aux ménages du Cameroun, à travers les réseaux fixes et les réseaux mobiles de dernière génération. En complétant ces segments manquant, nous assurerions à brève échéance la desserte par des accès très haut débit de plus de 80% de la population.

Les boucles optiques urbaines sont en cours de mise en œuvre dans les principales villes du pays. La grande métropole économique de Douala est dotée de cette infrastructure depuis 2011, la construction de celle de Yaoundé est en cours. Celle de Buéa et Garoua sont déjà programmées.

Excellence, Mesdames et Messieurs,

Toujours au niveau des infrastructures, la mise en service du point d'atterrissement du Cameroun du réseaux de câble sous-marin à fibre optique West Africa Cable System (WACS) est imminente et la construction d'un troisième point d'atterrissement est attendue à brève échéance sur le réseau Africa Coast to Europe (ACE).Ces deux points d'atterrissement qui viennent s'ajouter à celui qui est en exploitation depuis le début des années 2000 sur le SAT-3 permettront à la République Cameroun notamment d'accroitre de façon considérable sa capacité d'accès à l'Internet. Sur le même sujet d'accès à l'Internet, le Gouvernement de la République du Cameroun, dans le cadre d'un partenariat public privé, facilite la mise en place des points d'échange Internet. Deux points sont ainsi prévus au cours de cette année 2014, les études requises ayant été effectuées en 2013.

Le leadership de ces actions est assuré au très haut niveau par le Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Paul BIYA, qui dans une adresse à la nation en février 2004 a souligné avec force et conviction que « le monde a besoin d'un accès généralisé à l'Internet, pour que chacun des pays puisse offrir à ses populations, l'opportunité de mieux vivre grâce aux TIC ». Et à la fin de l'année précisément en novembre, il réitérait ses propos en déclarant « Notre pays a besoin d'un accès généralisé à l'Internet … pour se placer dans de meilleures conditions pour aborder le troisième millénaire ».

Excellence, Mesdames et Messieurs,

Au niveau de la sous-région Afrique Centrale, le Cameroun et le Tchad sont interconnectés par fibre optique depuis 2011, et les concertations étaient avancées avec la République Centrafricaine avant la détérioration de la situation politique et sécuritaire que connait ce pays en ce moment. Nous espérons un retour à la normale afin que se réalise la volonté d'une intégration des pays de la sous-région par les communications électroniques.

 

Monsieur le Président de la Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications,

Monsieur le Secrétaire Général de l'Union Internationale des Télécommunications,

 

Excellences, Mesdames et Messieurs en vos titres et grades respectifs,

Ainsi se décline les actions majeures en matière de développement des télécommunications au cours des dernières années, de même que celles envisagées à brève échéance.

Il est entendu que la coopération internationale a un rôle important dans le développement de ce secteur, et le Cameroun compte notamment sur les résultats de la présente Conférence pour accélérer ce développement au profit de la communauté mondiale des utilisateurs des communications électroniques, compte tenu des besoins désormais sans frontières géographiques.

Je vous remercie.-