Engagée à connecter le monde

SDG

Communiqué de presse

À l'occasion d'une session spéciale d'urgence, la Commission sur le large bande lance un appel à l'action en vue d'étendre  l'accès à l'Internet et de renforcer les capacités  dans la lutte contre le COVID-19

Cet organe consultatif de l'ONU a défini un Programme d'action pour veiller à ce que les réseaux, dont le monde entier est désormais tributaire, soient robustes, résilients et à la portée du plus grand nombre




Genève, 03 avril 2020
​​
Search Results Web result with site links  Broadband Commission for Sustainable Development

Lors d'une réunion d'urgence virtuelle, la Commission "Le large bande au service du développement durable" a adopté un Programme d'action définissant des mesures immédiates que peuvent prendre les gouvernements, les entreprises, la communauté internationale et la société civile pour consolider les réseaux numériques, renforcer les capacités aux points de connectivité essentiels tels que les hôpitaux et les centres de transport, et améliorer l'accès et l'inclusion numériques, afin d'intensifier les efforts collectifs déployés pour répondre à la crise liée au COVID-19 que le monde traverse actuellement.

Ce programme, qui s'articule selon trois piliers (Connectivité résiliente; Accès abordable; et Utilisation sécurisée pour des sociétés informées et éduquées), constitue un cadre à l'usage des plus de 50 membres de la Commission et aux organisations qu'ils représentent, afin de partager leurs propres initiatives, de prendre de nouveaux engagements et de promouvoir la collaboration et les partenariats.

Plus de 100 représentants du monde entier ont participé à la réunion virtuelle, qui a rassemblé des parties prenantes issues d'organisations internationales, du secteur des technologies, de la société civile et du milieu universitaire, notamment des dirigeants d'entreprises, des chefs d'organisations et des responsables d'organismes du secteur des technologies et de la santé à l'échelle mondiale.

Invité d'honneur de cette réunion, M. Fabrizio Hochschild, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Conseiller spécial , s'est adressé aux membres de la Commission et aux organisations qu'ils représentent dans un ardent plaidoyer, les exhortant à renforcer la coopération numérique dans la lutte contre le COVID-19 et à tout mettre en œuvre pour lutter contre la désinformation et les inégalités croissantes, renforcer au maximum l'accès aux données pertinentes au service de l'intérêt général et protéger les millions d'enfants qui ont rejoint la communauté en ligne pour la première fois en vue de se connecter aux plates-formes d'enseignement en ligne.

En écho à ces préoccupations, Mme Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF, a déclaré: "Cette pandémie a les effets que l'on observe pour tout choc majeur, et accroît la distance entre les privilégiés et les défavorisés. Outre les effets immédiats dévastateurs du COVID-19, les répercussions secondaires sur l'éducation, l'emploi et les finances continueront à toucher les enfants, et les personnes les plus vulnérables dans le monde, de manière disproportionnée dans les années à venir".

Dans son allocution d'ouverture, le Secrétaire général de l'UIT et Co-Vice-Président de la Commission, M. Houlin Zhao, a souligné qu'il était absolument vital de renforcer les efforts déployés au niveau international pour connecter la moitié de la population mondiale qui n'a toujours pas accès à l'Internet. "Alors que la pandémie de COVID-19 s'accélère, gagnant les pays en développement et faisant peser une menace sur l'humanité tout entière, nous devons prendre des mesures immédiates pour veiller à ce que personne ne soit laissé de côté. Cette crise sans précédent nous montre que, tant que nous ne serons pas tous en sécurité, personne ne le sera. Il ne fait plus aucun doute que nous ne parviendrons à exploiter tous les avantages du large bande que lorsque nous serons tous connectés."

Les pays en développement accueillent aujourd'hui la vaste majorité des personnes qui ne sont toujours pas connectées, soit 3,6 milliards d'individus.
M. Patrick Nyirishema, Directeur général de l'Autorité de régulation des services collectifs du Rwanda, qui représentait le Coprésident de la Commission, S.E. M. Paul Kagame, Président du Rwanda, a déclaré que la Commission se montrait à la hauteur des enjeux et traduisait ses paroles en actes, en recommandant des mesures rapides et concrètes qui peuvent être mises en œuvre, de manière individuelle ou collective, par les gouvernements, les régulateurs du secteur des TIC, les entreprises privées et la communauté internationale pour tirer le meilleur parti des ressources numériques afin de lutter contre la crise sanitaire mondiale. "Cette pandémie a mis en lumière l'importance fondamentale de l'infrastructure large bande pour les gouvernements et les communautés du monde entier", a-t-il déclaré.

M. Carlos M Jarque, participant au nom du Co-Président de la Commission, M. Carlos Slim, a souligné la nécessité de tirer parti de la technologie au service du bien commun. "Jamais auparavant, lorsque des épidémies ont frappé le monde, la population n'a eu accès aux services large bande dont nous disposons aujourd'hui. Le large bande peut permettre de sauver des vies et d'atténuer les conséquences économiques des pandémies", a-t-il déclaré. "Il est important d'utiliser les réseaux pour diffuser des informations en temps utile afin de préserver la santé des populations; de permettre à plus d'un milliard et demi d'élèves d'étudier depuis chez eux grâce au cyberenseignement; de dispenser une formation, par des moyens numériques, aux travailleurs confinés afin d'améliorer la productivité globale; et de promouvoir le commerce électronique et les services numériques." En Amérique latine, a-t-il fait observer, des millions de personnes utilisent aujourd'hui les contenus éducatifs mis à disposition gratuitement par la Fondation Carlos Slim.

Dans un message transmis en son nom par le Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la communication et l'information, M. Moez Chakchouk, la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Audrey Azoulay, a fait observer qu'à ce jour, 1,53 milliard d'élèves dans 184 pays sont concernés par la fermeture des écoles. Elle a encouragé les membres de la Commission à prendre part à la Coalition mondiale pour l'éducation visant à lutter contre le COVID-19, lancée le 26 mars, dans le sillage de l'Organisation mondiale de la santé, de l'UIT, de la GSMA, de Microsoft, de Facebook, de l'UNICEF et de la Banque mondiale.

Dans son message, la Directrice générale de l'UNESCO a également souligné que chacun avait "le devoir de commencer à réfléchir à l'état du monde après le COVID-19. Nous devons remédier aux inégalités, sur le plan de l'accès et des compétences, qui ont été mises en évidence de manière flagrante par cette crise et qui sont préjudiciables à ceux qui sont le plus vulnérables".

La semaine dernière, l'UIT a lancé la Plate-forme mondiale pour la résilience des réseaux, afin d'aider les décideurs, régulateurs et acteurs du secteur privé à assurer la résilience des réseaux et la disponibilité des services de télécommunication pour tous, en particulier dans les secteurs de la santé et de l'éducation, et ce dans toute la mesure possible.

Alors que 53% de la population mondiale dispose désormais d'une connexion Internet, des milliards de personnes ne sont toujours pas connectées, et ne peuvent accéder aux informations sanitaires d'urgence ou aux services publics essentiels, ni participer à l'économie numérique. Dans son dernier rapport en date sur la situation du large bande dans le monde en 2019, la Commission fait observer que de nombreuses personnes considérées comme étant "connectées" rencontrent néanmoins des problèmes liés à une largeur de bande très réduite, à un accès occasionnel à l'Internet via les cybercafés et à des coûts de connexion très élevés, par rapport aux populations des pays industrialisés qui disposent d'une connexion bien développée. 
 ​
* * * * * * * * * *

Note à l'intention des rédacteurs en chef: 

La Commission "Le large bande au service du développement durable" a été établie en 2010 par l'UIT et l'UNESCO en vue de renforcer l'importance accordée au large bande par la communauté internationale et d'accroître l'accès au large bande dans chaque pays en tant qu'élément central en vue d'accélérer les progrès en faveur des objectifs de développement nationaux et internationaux. La Commission est dirigée par le Président M. Paul Kagame (Rwanda) et M. Carlos Slim Helù (Mexique) et elle est présidée conjointement par le Secrétaire général de l'UIT, M. Houlin Zhao, et par la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Audrey Azoulay. Elle se compose de plus de 50 membres qui représentent un groupe transversal de P.-D. G et de dirigeants d'entreprises du secteur, de décideurs et de représentants des gouvernements à des postes de haut rang ainsi que d'experts d'institutions, d'établissements universitaires et d'organismes internationaux œuvrant dans le secteur du développement. De plus amples informations sont disponibles à l'adresse: www.broadbandcommission.org