Engagée à connecter le monde

SDG

Press Release

La Commission sur le large bande prône des solutions centrées sur les personnes pour parvenir à la connectivité universelle

Appel mondial en faveur de technologies de pointe, de partenariats efficaces et  de méthodes de financement fondées sur la collaboration  pour exploiter le potentiel de la connectivité




Genève, 20 septembre 2021

Plus d'un an et demi après le début de la pandémie de COVID-19, dans un contexte marqué par une demande croissante de services large bande dans le monde, la Commission sur le large bande au service du développement durable a réitéré son appel en faveur de la coopération numérique, de l'innovation dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC) et de l'adoption d'approches fondées sur la collaboration pour garantir la connectivité universelle et l'accès de tous aux compétences numériques.

L'édition de 2021 du Rapport de référence sur la situation du large bande, qui a été publié pendant la réunion, met en avant les incidences des stratégies de lutte contre la pandémie et contient un appel en faveur d'une action concertée et centrée sur les personnes pour réduire les disparités qui subsistent dans le monde. En effet, dans les pays les moins avancés (PMA), moins d'un quart de la population est connectée.

"La coopération numérique doit aller plus loin que l'accès au large bande", a déclaré S. E. M. Paul Kagame, Président du Rwanda et Coprésident de la Commission. "Il nous faut également réduire les écarts qui subsistent en ce qui concerne l'adoption de dispositifs et de services financièrement abordables, l'accessibilité des contenus et la maîtrise des outils numériques".

Plus de 50 commissaires et hôtes de marque, représentant des responsables des pouvoirs publics, des chefs de secrétariat d'organisations internationales et des dirigeants d'entreprises du secteur privé, des membres de la société civile et des universitaires, ont affirmé que les solutions centrées sur les personnes devaient être au cœur même de l'action menée pour assurer un accès universel durable au large bande.

"Pour atteindre l'objectif d'une connectivité universelle, nous devons œuvrer de concert. Il nous faut bâtir un avenir numérique inclusif, financièrement abordable, sûr, viable, constructif et centré sur les personnes. Il nous faut aussi appuyer les infrastructures et examiner les questions de l'accessibilité financière et des contenus pertinents afin de garantir l'utilisation. Pour y parvenir, nous devons déployer des efforts concertés.", a ajouté M. Carlos Slim, Coprésident de la Commission et fondateur de la Fondation Carlos Slim au sein du Grupo Carso.

La connectivité au service du développement durable

Les participants à la réunion annuelle d'automne, qui s'est tenue de manière virtuelle, ont souligné la nécessité d'accélérer la connectivité numérique afin de tenir compte du Programme de développement durable à l'horizon 2030, qui est centré sur 17 Objectifs de développement durable.

"Le déficit de compétences numériques reste le principal obstacle à l'utilisation de l'Internet", a fait observer Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), et Co-Vice-Présidente de la Commission. "L'éducation numérique doit donc porter autant sur l'acquisition de compétences que sur le développement de l'esprit critique pour maîtriser les aspects techniques et être en mesure de distinguer le vrai du faux".

"Le programme de formation de l'UNESCO intitulé Éducation aux médias et à l'information, présenté à Belgrade (Serbie) en avril dernier, constitue un outil essentiel pour renforcer les compétences", a-t-elle ajouté.

La Commission a publié récemment un rapport sur l'apprentissage à distance et l'apprentissage hybride, dans lequel il est fait état de la nécessité d'encourager le renforcement des compétences numériques au même titre que le développement de l'infrastructure large bande.

Édition de 2021 du Rapport sur la situation du large bande

M. Houlin Zhao, Secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et Co‑Vice‑Président de la Commission, a souligné que la pandémie avait encore creusé la fracture numérique au niveau mondial.

"Je constate avec préoccupation que les technologies et services numériques, qui se sont avérés si essentiels durant la crise, demeurent inaccessibles, trop coûteux, inadaptés, trop compliqués à utiliser ou encore pas assez sûrs pour un trop grand nombre de personnes dans le monde", a-t-il déclaré. "Je note avec satisfaction que le Rapport sur la situation du large bande contient un appel en faveur d'investissements supplémentaires pour progresser sur la voie de l'accès universel".

Après avoir reconnu le rôle de plus en plus important que jouent les technologies numériques dans tous les aspects de l'activité économique, les commissaires ont présenté les stratégies mises en œuvre actuellement pour encourager les investissements en faveur de la maîtrise des outils numériques, de la connectivité et des compétences numériques. Les discussions ont porté sur des mesures et des initiatives conjointes, ainsi que sur des solutions pratiques et transposables destinées à stimuler la connectivité large bande, à favoriser le renforcement des capacités et l'élaboration de politiques générales et à réduire les disparités persistantes en matière d'accès, d'accessibilité financière, d'adoption et d'utilisation.

Nécessité d'instaurer une collaboration ciblée

Au rang des principaux intervenants figuraient notamment S. E. le Ministre Abdulla Shahid, Président élu de la 76ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies; M. Klaus Schwab, Président exécutif et fondateur du Forum économique mondial; et Mme Maria Francesca Spatolisano, responsable a.i. du Bureau de l'Émissaire du Secrétaire général de l'ONU pour les technologies.

Compte tenu des investissements massifs nécessaires, le groupe a échangé des vues sur les méthodes de financement innovantes et fondées sur la collaboration à adopter pour faire en sorte que le financement de la connectivité universelle soit à la hauteur des risques encourus.

Seuls 25% des habitants des 46 PMA recensés dans le monde sont connectés, a indiqué M. Courtney Rattray, Secrétaire général adjoint et Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS) et Commissaire récemment nommé. M. Rattray a exhorté la Commission à accorder la priorité à la connectivité dans ces pays avant la Cinquième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés, qui doit se tenir à Doha (Qatar) en janvier 2022.

La Commission était saisie des rapports d'activité de ses Groupes de travail actuels, qui portent sur les thèmes essentiels suivants:

Les nouveaux Groupes de travail créés étudieront d'autres questions dans les mois à venir, à savoir:

  • Accès aux smartphones
  • Renforcement des capacités en matière d'intelligence artificielle
  • Les données au service de l'apprentissage

 

Les participants à la réunion d'automne ont souhaité la bienvenue aux nouveaux Commissaires, à savoir S. E. Mme Mia Mottley, Première Ministre de la Barbade; S. E. M. Majed Sultan Al Mesmar, Directeur général de l'Autorité de régulation des télécommunications et des services publics numériques des Émirats arabes unis; Mme Mercedes Aráoz, ancienne Vice-Présidente et Ministre du Pérou; et M. Rumman Chowdhury, Fondateur de Parity AI.; ainsi que M. Courtney Rattray (UN-OHRLLS).

Photos: www.flickr.com/photos/itupictures/albums/72157719923722800

Page de la manifestation: www.broadbandcommission.org/event/2021-annual-fall-meeting-of-the-broadband-commission/

Note aux éditeurs

Fondée en 2010, la Commission sur le large bande favorise une approche multi-parties prenantes de la coopération numérique en s'efforçant de mettre l'essor de l'Internet et de la connectivité au service de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) fixés par les Nations Unies. Elle est reconnue pour la publication du Rapport annuel sur la situation du large bande et de plus de 30 rapports thématiques de recherche et de sensibilisation portant sur des sujets aussi divers que la santé numérique, l'éducation, la sécurité en ligne et l'inclusion des populations vulnérables.

***
À propos de la Commission "Le large bande au service du développement durable"
La Commission "Le large bande au service du développement durable" a été établie en 2010 par l'UIT et l'UNESCO en vue de renforcer l'importance accordée au large bande par la communauté internationale et d'accroître l'accès au large bande dans chaque pays en tant qu'élément central en vue d'accélérer les progrès en faveur des objectifs de développement nationaux et internationaux. La Commission est dirigée par le Président M. Paul Kagame (Rwanda) et M. Carlos Slim Helù (Mexique) et elle est présidée conjointement par le Secrétaire général de l'UIT, M. Houlin Zhao, et par la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Audrey Azoulay. Elle se compose de plus de 50 membres qui représentent un groupe transversal de P.-D. G et de dirigeants d'entreprises du secteur, de décideurs et de représentants des gouvernements à des postes de haut rang ainsi que d'experts d'institutions, d'établissements universitaires et d'organismes internationaux œuvrant dans le secteur du développement. On trouvera de plus amples informations à l'adressewww.broadbandcommission.org.

À propos de l'UIT
L'Union internationale des télécommunications (UIT) est l'institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l'information et de la communication (TIC); elle encourage l'innovation dans le secteur des TIC, aux côtés des 193 États Membres et plus de 900 entités du secteur privé, institutions universitaires et organisations internationales et régionales qui la composent. Fondée il y a plus de 150 ans, elle est l'organisation intergouvernementale chargée de coordonner l'utilisation en partage du spectre des fréquences radioélectriques au niveau mondial, d'encourager la coopération internationale en attribuant des orbites de satellite, de renforcer l'infrastructure des communications dans les pays en développement et de définir des normes mondiales qui garantissent la parfaite interconnexion de systèmes de communication très divers. Qu'il s'agisse des réseaux large bande ou des technologies hertziennes de pointe, de la navigation aéronautique et maritime, de la radioastronomie, de l'observation des océans et de la surveillance de la Terre par satellite ou de la convergence entre téléphonie fixe et téléphonie mobile, de l'Internet ou des technologies de radiodiffusion, l'UIT s'engage à connecter le monde. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.itu.int.

À propos de l'UNESCO
L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a été fondée en novembre 1945. Dans son préambule, l'Acte constitutif de l'UNESCO proclame que "les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix". L'UNESCO cherche à instaurer la paix par la coopération internationale en matière d'éducation, de science, de culture et de communication. Les programmes de l'UNESCO contribuent à la réalisation des Objectifs de développement durable définis dans l'Agenda 2030 adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2015. Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://en.unesco.org/.​