Engagée à connecter le monde

SDG

Communiqué de presse

La Conférence mondiale des radiocommunications de l'UIT approuve des paramètres fondamentaux pour les technologies de communication de demain

Des technologies 5G mobiles, des satellites de prochaine génération et des stations placées sur des plates-formes à haute altitude pour assurer une connectivité large bande à haut débit et extrêmement fiable




Charm el-Cheikh , 22 novembre 2019

​​​​​​​​​​​​​​​​​
​​

La Conférence mondiale des radiocommunications de 2019 (CMR-19) s'est achevée aujourd'hui avec la signature des textes approuvés par plus de 3 400 délégués représentant quelque 165 États Membres et consignés dans les Actes finals et le Règlement des radiocommunications, traité international qui régit l'utilisation du spectre des fréquences radioélectriques et des orbites de satellites dans le monde.

De nouvelles attributions pour les IMT-2020 (5G mobile)
Mise en place d'une protection pour les services de surveillance de la Terre et de recherche spatiale par satellite

La CMR-19 a identifié des bandes de fréquences additionnelles (bandes d'ondes millimétriques) harmonisées à l'échelle mondiale pour les Télécommunications mobiles internationales (IMT), y compris les IMT-2020 (également appelées "5G mobile"), afin de permettre divers scénarios d'utilisation pour le large bande mobile évolué, les communications massives de type machine et les communications ultrafiables à faible temps de latence. Ainsi, il sera possible de mettre en œuvre un éventail d'applications en vue d'assurer la prise en charge de systèmes de transport intelligents, de créer des villes intelligentes et de rendre les communautés plus durables, tout en permettant de lutter efficacement contre les changements climatiques, d'améliorer les soins de santé, d'instaurer des pratiques agricoles durables et d'améliorer l'efficacité énergétique.

Dans le même temps, une protection a été accordée au service d'exploration de la Terre par satellite (SETS) ainsi qu'au service de météorologie et à d'autres services passifs dans des bandes adjacentes, à l'instar du service de recherche spatiale, afin de garantir le bon fonctionnement des systèmes spatiaux de surveillance de la Terre et de son atmosphère. Les services par satellite à l'appui de la météorologie et de la climatologie visant à préserver la vie humaine et les ressources naturelles seront protégés contre les brouillages radioélectriques préjudiciables, tout comme les systèmes utilisés par les radioastronomes pour l'exploration de l'espace lointain.

Des mesures ont aussi été prises pour veiller à ce que les stations de radioastronomie soient protégées contre les brouillages préjudiciables causés par d'autres stations spatiales ou d'autres systèmes à satellites en orbite.

"La CMR-19 ouvre la voie à de nouvelles façons de connecter le monde, beaucoup plus innovantes, grâce à l'utilisation des technologies de communication de Terre et spatiales", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, M. Houlin Zhao. "À mesure que de grandes technologies large bande de pointe font leur apparition avec les nouvelles avancées industrielles, les habitants des zones les plus isolées pourront eux aussi bénéficier d'un accès plus efficace et plus abordable financièrement."

"Les décisions que nous avons prises, non sans difficulté, à la CMR-19 permettront d'améliorer le quotidien de milliards de personnes partout dans le monde, en créant un environnement numérique propice à une croissance et à un développement durables", a expliqué M. Mario Maniewicz, Directeur du Bureau des radiocommunications de l'UIT. "Les résultats obtenus par la CMR-19 dans la prise en charge des nouvelles technologies de communication et la protection des services existants contribueront à la croissance ininterrompue de l'industrie des télécommunications et des TIC, qui pèse plusieurs milliers de milliards de dollars."

Les discussions à la CMR-19 ont été menées par le Président de la Conférence, M. Amr Badawi, qui était assisté dans sa tâche par six Vice-Présidents: M. Kyu Jin Wee (République de Corée), M. Tareq Al Awadhi (Émirats arabes unis), M. Peter Zimri (République sudafricaine), M. Alexander Kühn (Allemagne), Mme Grace Koh (États-Unis d'Amérique) et M. Sergey Pastukh (Fédération de Russie).

Principaux résultats de la CMR-19

  • Des bandes de fréquences additionnelles pour les IMT ont été identifiées dans les bandes 24,25-27,5 GHz, 37-43,5 GHz, 45,5-47 GHz, 47,2-48,2 GHz et 66-71 GHz, ce qui facilitera le développement des réseaux mobiles de cinquième génération (5G).
  • Service d'exploration de la Terre par satellite (SETS) – Une protection a été mise en place pour le SETS, avec la possibilité de faire une attribution à titre primaire à l'échelle mondiale dans la bande de fréquences 22,55-23,15 GHz, afin de permettre l'utilisation de cette bande pour la poursuite, la télémesure et la télécommande par satellite.
  • Satellites non géostationnaires Des procédures réglementaires ont été établies pour les constellations de satellites non géostationnaires dans le service fixe par satellite, ouvrant la voie aux capacités de communication de prochaine génération. Les mégaconstellations de satellites, composées de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'engins spatiaux en orbite terrestre basse, s'imposent de plus en plus comme une solution de choix pour les télécommunications mondiales, ainsi que pour la télédétection, la recherche spatiale et la recherche sur la haute atmosphère, la météorologie, l'astronomie, la démonstration de technologies et l'éducation.
  • Des modifications ont été apportées aux dispositions réglementaires, afin de faciliter l'utilisation rationnelle, efficace et économique des fréquences radioélectriques et des orbites associées, y compris l'orbite des satellites géostationnaires.
  • Stations placées sur des plates-formes à haute altitude (HAPS) – Des bandes de fréquences additionnelles ont été identifiées pour les systèmes placés sur des plates-formes à haute altitude, des radios situées sur des plates-formes aériennes en vol stationnaire dans la stratosphère, pour faciliter les télécommunications dans une zone de couverture étendue au-dessous de ces plates-formes en vue d'offrir un accès large bande financièrement abordable dans les zones rurales et isolées.
  • Réseaux WiFi – Des dispositions réglementaires ont été révisées pour permettre l'utilisation des systèmes d'accès hertzien en intérieur et en extérieur et répondre à la demande croissante vis-à-vis de ces systèmes, notamment en ce qui concerne les réseaux locaux hertziens pour les connexions hertziennes entre les utilisateurs finals et les réseaux centraux publics ou privés, tels que les réseaux WiFi, tout en limitant les brouillages causés par ces réseaux aux services par satellite existants.
  • Systèmes de radiocommunication ferroviaires train/voie (RSTT) – Une Résolution concernant les systèmes de radiocommunication ferroviaires a été approuvée en vue de faciliter le déploiement de systèmes de communication train/voie pour répondre aux besoins de l'environnement des lignes de chemin de fer à grande vitesse, en particulier en ce qui concerne les applications des radiocommunications ferroviaires, de façon à améliorer le contrôle du trafic ferroviaire, la sécurité des voyageurs et la sécurité des opérations ferroviaires.
  • Systèmes de transport intelligent (ITS) – Une Recommandation de l'UIT (norme) a été approuvée en vue d'intégrer les TIC dans les systèmes de transport intelligent (ITS) en évolution, l'objectif étant de connecter les véhicules, d'améliorer la gestion du trafic et de contribuer à renforcer la sécurité au volant.
  • Service de radiodiffusion par satellite (SRS) – Une protection a été mise en place pour les assignations de fréquences, au moyen d'un mécanisme de priorité visant à faciliter l'accès aux ressources orbites/spectre pour les pays en développement.
  • Système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) La couverture du SMDSM a été étendue et ses capacités ont été améliorées.
  • Stations terriennes en mouvement (ESIM) – La décision sur les stations ESIM permettra d'offrir une connectivité aux personnes lorsqu'elles se trouvent à bord d'avions, de navires et de trains grâce à des liaisons de communication avec des satellites géostationnaires.

Perspective 2023: Aperçu de certaines questions inscrites à l'ordre du jour de la CMR-23

  • Stations terriennes en mouvement (ESIM) – Définition plus précise des conditions applicables aux stations ESIM communiquant avec des stations spatiales non géostationnaires du service fixe par satellite afin de fournir des services Internet fiables à grande largeur de bande aux aéronefs, aux navires et aux véhicules terrestres.
  • Stations de base IMT placées sur des plates-formes à haute altitude (HIBS) – Possibilité, pour une station HAPS, d'utiliser les mêmes bandes de fréquences que les stations de base IMT au sol pour étendre la connectivité large bande mobile aux communautés mal desservies et aux zones isolées.
  • Applications du service mobile aéronautique – Modernisation des systèmes de radiocommunication aéronautique en ondes décamétriques, nouvelles applications mobiles aéronautiques non liées à la sécurité pour les communications air-air, sol-air et air-sol des systèmes d'aéronefs et nouvelles attributions éventuelles au service mobile aéronautique par satellite pour prendre en charge les communications aéronautiques en ondes métriques dans les sens Terre vers espace et espace vers Terre.
  • Système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) – Amélioration des communications et attribution de ressources spectrales et orbitales supplémentaires pour renforcer les capacités maritimes du SMDSM, par exemple la navigation électronique.

EN SAVOIR PLUS SUR LA CMR-19

Avez-vous pris part au débat? Découvrez ce que les participants ont partagé sur les réseaux sociaux en recherchant et en utilisant le hashtag #ITUWRC sur Twitter et LinkedIn

Note rédactionnelle: Ce communiqué de presse a été mis à jour le 25 novembre 2019 compte tenu des décisions prises à la CMR-19 sur les stations terriennes en mouvement (ESIM).