Go Top
Go Top

Engagée à connecter le monde

Centre médias • Communiqué de presse

Partager cette page

Tendances des réformes dans les télécommunications: édition 2016
du rapport de référence de l'UIT sur la réglementation des TIC dans le monde

De l'Internet des objets et de l'interopérabilité aux nouveaux modèles
d'appui au déploiement du large bande

Genève, le 5 avril 2016 – La dernière édition du rapport annuel de l'UIT sur l'évolution de la réglementation des TIC dans le monde Tendances des réformes dans les télécommunications 2016 décrit et analyse les problèmes que rencontrent actuellement les régulateurs du secteur des TIC, mais aussi les perspectives qui s'ouvrent à eux, à l'heure de la prolifération des services et de la convergence des plates formes et au moment où les opérateurs de réseau préparent leurs infrastructures en vue de l'arrivée prochaine de technologies fortement consommatrices de données, qu'il s'agisse de la 5G mobile ou de l'Internet des objets (IoT).

Aperçu le plus complet au monde des tendances et stratégies en matière de réglementation des TIC, l'édition 2016 de cette publication de l'UIT présente les vues d'un grand nombre d'éminents experts qui aideront les régulateurs, les analystes du secteur des TIC et les journalistes techniques à appréhender en profondeur les questions qui se posent aux professionnels, venus d'horizons très différents, du secteur des TIC – et aux consommateurs.

La commercialisation de nouveaux biens et services TIC entraîne de profonds bouleversements socio‑économiques. Même si de nombreux avantages sont à en attendre, selon le rapport, un certain nombre de problèmes restent à résoudre pour préserver "l'égalité des chances pour tous", considérée comme essentielle pour la concurrence et l'innovation. Ce rapport, dont le thème est "Mesures d'incitation réglementaires visant à concrétiser le potentiel du numérique", souligne qu'il importe, plus que jamais, d'avoir une réglementation souple, par petites touches et ne privilégiant aucune technologie, qui stimule la croissance du marché tout en protégeant les droits du consommateur et encourageant l'arrivée sur le marché de nouveaux concurrents.

"Les technologies de l'information et de la communication sont désormais partout et joueront un rôle clé pour aider le monde à atteindre les 17 Objectifs de développement durable. Le rôle des régulateurs du secteur des TIC dans la création d'un environnement propice à la croissance et au développement des TIC est plus crucial que jamais", a affirmé Houlin Zhao, Secrétaire général de l'UIT. "Le rapport annuel Tendances des réformes dans les télécommunications, publié par l'UIT, aide les régulateurs du monde entier à mettre en place des stratégies adaptées à leurs marchés nationaux".

Ainsi que l'a dit Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT, "Pour concrétiser toutes les potentialités de l'économie numérique, les décideurs et les régulateurs ont un rôle fondamental à jouer dans la création d'environnements politiques et réglementaires favorables à l'essor des nouvelles technologies. Cette 16ème édition des Tendances des réformes dans les télécommunications est centrée sur les mesures d'incitation réglementaires visant à concrétiser le potentiel du numérique, ce qui, à mon avis, est conforme au but ultime des régulateurs, qui est de servir les consommateurs".

Brefs entretiens vidéo avec des experts sur les grands problèmes actuels de la réglementation

Principales conclusions de l'édition 2016:

Investissements dans le large bande

  • Les dépenses d'investissement pour les infrastructures utilisant la fibre optique devraient dépasser 144,2 milliards USD pour la période 2014-2019.

  • Plus de 40 opérateurs dans le monde, dont 88% sur les marchés des pays en développement, ont déployé des technologies LTE-A ou prévoient de le faire.

  • L'augmentation de la consommation de données par le grand public pourrait doper les investissements dans le WiFi.

  • De plus en plus d'opérateurs en place, de nouveaux concurrents et de financiers imaginent de nouvelles méthodes de financement pour investir dans les réseaux large bande.

  • On voit apparaître de nouveaux investisseurs inattendus dans le secteur des infrastructures large bande, par exemple des fonds d'investissement spéculatif ou des grandes sociétés qui n'ont pas pour habitude d'investir dans les infrastructures de télécommunication.

Réseaux utilisés en partage

  • Lorsque la couverture de réseau perd de son intérêt comme avantage concurrentiel, les opérateurs ont parfois besoin de regrouper les réseaux (en les utilisant en partage), afin de réduire leurs investissements d'infrastructure et de créer des services innovants.

  • A l'heure actuelle, les gouvernements attribuent surtout des fréquences en fonction des besoins. Avec les nouvelles technologies d'accès dynamique au spectre (DSA), il est possible d'utiliser des fréquences qui ne sont pas utilisées dans une zone géographique donnée, ou à un moment donné.

  • L'utilisation en partage des réseaux présente de nombreux avantages, mais ne va pas sans risques, qui sont par exemple les suivants: baisse d'intensité de la concurrence; possibles transactions collusoires et communication d'informations; rétrécissement du choix d'options pour les concurrents dont les activités sont fondées sur les services.

Internet des objets

  • Selon les prévisions de la GSMA – l'association des industriels du mobile – on comptera en 2020 entre 1 et 2 milliards de connexions de machine à machine (M2M). De l'avis de certains spécialistes, le marché des dispositifs IoT connaîtra une croissance exponentielle pour ajouter plus de 1,7 millier de milliards USD en valeur à l'économie mondiale d'ici 2019.

  • La technologie IoT la plus simple – l'étiquetage RFID passif – est déjà largement répandue dans la vente au détail, les transports en commun et le contrôle de l'accès. Les communications en champ proche sont maintenant intégrées dans les smartphones les plus récents, ce qui permet d'utiliser des applications comme les paiements sans contact.

  • Les systèmes M2M complexes peuvent envoyer des informations sur les réseaux cellulaires; ainsi, les relevés de compteurs électriques sont envoyés directement aux entreprises du secteur de l'énergie, tandis que les services d'urgence sont avertis des cas de déploiement d'airbag à bord de véhicules. Des centaines de millions de systèmes M2M, au bas mot, sont en cours de déploiement partout dans le monde.

  • Les normes techniques IoT ont été élaborées à partir de diverses applications et pour répondre aux attentes de parties prenantes ayant des objectifs et des besoins différents, et il faut poursuivre les travaux en vue d'intégrer ces différentes normes. Il est peu probable que se développe, à moyen terme, un réseau uniforme d'"objets". De même, il est douteux que des compteurs intelligents communiquent directement avec des moniteurs de fréquence cardiaque ou des applications de planification des repas. Certains réseaux utiliseront des infrastructures publiques, mais d'autres seront entièrement privés. Certaines applications auront besoin d'une grande largeur de bande et d'une forte interactivité (par exemple, la surveillance vidéo), tandis que d'autres (par exemple les compteurs intelligents) viseront à transférer des informations par salves brèves.

  • Pour que l'Internet des objets devienne une technologie réellement universelle, le prix des étiquettes RFID, des capteurs et des systèmes de communication doit être ramené à un coût très inférieur à celui des objets auxquels ils sont rattachés, et les lecteurs RFID doivent être facilement accessibles. Même les étiquettes les moins chères (imprimées), appelées codes QR, n'ont pas, pour le moment, suscité de fortes réactions dans le cadre de campagnes de marketing ciblant le consommateur.

  • Le degré de fiabilité joue aussi un rôle important dans les systèmes à grande échelle qui peuvent comporter des milliers de capteurs, d'appareils et de lecteurs. Faute de sécurité suffisante, des intrus peuvent pénétrer dans les systèmes et réseaux IoT et avoir accès aux données personnelles, potentiellement sensibles, des utilisateurs et employer des dispositifs vulnérables pour attaquer, entre autres, les réseaux locaux. Les opérateurs de systèmes IoT et autres personnes autorisées sont aussi en mesure "de collecter et d'analyser d'immenses quantités de données produites dans des espaces à caractère traditionnellement privé, et de leur donner suite".

  • Un autre problème lié au respect de la vie privée a trait à la quantité d'informations personnelles qui peuvent être obtenues à partir de données apparemment inoffensives recueillies par les capteurs, notamment lorsqu'elles sont associées à des profils d'utilisateur et à des données en provenance d'autres sources.

Interopérabilité

  • Le concept d'interopérabilité recouvre une notion beaucoup plus vaste que la simple compatibilité technique, puisqu'il a des répercussions dans quatre domaines clés: technologie, données, relations humaines et institutions.

  • Il est possible de renforcer l'interopérabilité des systèmes:

           - en leur donnant davantage de possibilités de s'interconnecter sur le plan technique;

           - en faisant mieux connaître les types de systèmes et de services qui peuvent s'interconnecter;

           - en prenant en charge une plus grande variété de données;

           - en permettant aux personnes de mieux tirer parti des interconnexions.

  • L'interopérabilité peut en outre augmenter les possibilités d'exploiter le système. En effet, un système doté de davantage de points d'accès 1) permet de connecter davantage de systèmes de différents types; 2) traite les données en imposant moins de restrictions; 3) augmente le nombre de vecteurs d'attaques potentiels; et 4) augmente le risque que des personnes malveillantes exploitent les données ou introduisent du code erroné.

  • Le renforcement de l'interopérabilité élargit généralement le choix du consommateur et renforce son autonomie.

  • L'interopérabilité n'est pas une fin en soi et ne doit pas nécessairement être optimisée. En revanche, les professionnels du secteur privé et les régulateurs doivent veiller attentivement à optimiser le degré d'interopérabilité qui leur permet d'atteindre leurs objectifs.

  • L'interopérabilité pose les problèmes suivants:

              - Complexité accrue des systèmes interopérables, d'où un risque de baisse de la fiabilité, les systèmes aval étant de plus en plus tributaires des systèmes amont.

              - Homogénéité accrue et affaiblissement de la diversité sur le marché.

              - Diminution de la confidentialité du fait que de plus en plus de personnes auront accès aux informations personnelles sur autrui.

              - Menaces sur les modèles économiques, du fait que l'interopérabilité est inégalement répartie sur le marché. Certaines entreprises peuvent avoir tout intérêt à maintenir l'interopérabilité à un faible niveau, ce qui leur permet de tenir le consommateur captif.

Vidéo: des experts s'expriment sur les grands problèmes de la réglementation

Sofie Maddens, Chef de la Division de l'environnement réglementaire et commercial à l'UIT: les grandes tendances de 2016 sur le plan technologique

Ian Brown, professeur à l'Oxford Internet Institute: l'Internet des objets

Nancy Sundberg, Responsable principale de programme à l'UIT: la réglementation du large bande

Lire le blog sur la réglementation et l'interopérabilité d'Urs Gasser, professeur à la Harvard Law School

Télécharger des photos de la couverture du rapport 2016

Note à l'intention des médias:

Les journalistes accrédités auprès de l'UIT peuvent obtenir un exemplaire PDF gratuit de la publication Tendance des réformes dans les télécommunications en envoyant un message à l'adresse: pressinfo@itu.int.

L'édition de 2016 des Tendances des réformes dans les télécommunications est disponible au format papier, au format PDF, en livre électronique et au format PDF accessible.

Pour obtenir de plus amples informations, mettez-vous en rapport avec:

Sarah Parkes
Chef, Relations avec les médias et information du public
tel +41 22 730 6135
tel +41 79 599 1439
tel sarah.parkes@itu.int 
Monica Albertini
Responsable des communications,
Bureau de développement des télécommunications de l'UIT
 
tel +41 22 730 5317
tel monica.albertini@itu.int  

Suivez l'actualité de l'UIT sur Facebook: www.itu.int/facebook

Pour consulter, communiquer et comparer les données par pays les plus fiables au monde en ce qui concerne l'accès aux TIC: http://www.itu.int/net4/ITU-D/idi/2015/.

  A propos de l'UIT  

 

Suivez-nous
Droits d'auteur © UIT 2019 Tous droits réservés Commentaires  Contactez-nous  Accessibilité