Go Top
Go Top

Engagée à connecter le monde

Salle de presse • Communiqué de presse

Partager cette page
Facebook Twitter LinkedIn e-Mail

Un nouveau plan d'action pour faire de la gestion des déchets électroniques un atout

La réduction des déchets passe par des modèles économiques durables

Genève le 3 avril 2013 – Des représentants des gouvernements d'Amérique centrale, d'entreprises privées, d'universités et d'organisations non gouvernementales sont convenus d'un Plan d'action en 20 points destiné à faire progresser la gestion des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE ou "déchets électroniques") dans la région. A cette fin, il sera essentiel de définir et de mettre en oeuvre des modèles économiques qui tirent parti des possibilités de recyclage et qui créent des emplois.

Ce nouveau plan d'action a été établi d'un commun accord par les 86 participants à l'Atelier sur le renforcement des capacités en matière de gestion écologiquement responsable des déchets d'équipements électriques et électroniques, organisé par l'UIT et le PNUE à San Salvador, du 19 au 21 mars, avec le soutien de Telefónica, Membre de Secteur de l'UIT.

Ce plan d'action souligne la nécessité de renforcer la collaboration entre toutes les parties et de mettre au point des programmes d'apprentissage en ligne ainsi que des ateliers destinés aux décideurs. Il invite l'UIT ainsi que le PNUE/PACE  à aider l'Amérique centrale et les Caraïbes à élaborer des règlements, des lois et des normes internationales en vue d'atténuer les effets des déchets électroniques qui peuvent être dangereux pour l'environnement et la santé des populations locales.

Les appareils électroniques peuvent contenir jusqu'à 60 éléments chimiques différents. Mais, du fait de l'insuffisance des méthodes de collecte, du manque de technologies de recyclage et des déversements illégaux, la plupart de ces ressources précieuses sont perdues lorsque les appareils arrivent en fin de vie.

Le fait de ne pas "boucler la boucle" dans le traitement des déchets électroniques a non seulement des conséquences préjudiciables pour l'environnement, mais entraîne également la disparition progressive de "matériel secondaire" qui pourrait constituer une ressource précieuse.

Comme l'a expliqué le Dr Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l'UIT, "Pour résoudre le problème des déchets électroniques, il faudra mettre en place une législation efficace et encourager la création d'entreprises et d'emplois en vue de prolonger autant que possible le cycle de vie de ces ressources naturelles non renouvelables, et donc précieuses. Le renforcement des capacités des pays en développement et le transfert de technologies vers ces pays, ainsi que la mise en application de normes internationales, seront essentiels pour réduire les déchets et la pollution, et devront aller de pair avec la création de modèles économiques durables".

Les participants à l'Atelier ont réaffirmé leur volonté de mettre en oeuvre les Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm et ont également reconnu l'importance de la Résolution 79 de l'UIT sur le "Rôle des télécommunications/technologies de l'information et de la communication dans la gestion et le contrôle des déchets électriques et électroniques provenant d'équipements de télécommunication et des technologies de l'information et méthodes de traitement associées" adoptée par l'Assemblée mondiale de normalisation des télécommunications (AMNT) réunie à Dubaï en 2012. Aux termes de cette résolution, l'AMNT a invité l'UIT à développer des activités liées au renforcement des capacités et à la mise en oeuvre de recommandations, de méthodologies et d'autres publications sur la gestion responsable des déchets électroniques.

Dans le discours qu'elle a prononcé à l'ouverture de l'Atelier, la Vice-Ministre de l'environnement et des ressources naturelles d'El Salvador, Mme Lina Pohl, a déclaré: "Les DEEE sont un sujet d'une très grande importance pour notre région et pour le monde. Il nous faut agir maintenant, pour éviter d'être débordés par un raz-de-marée de déchets électroniques qui causerait des dommages irréversibles à notre santé et à l'environnement".

"La Commission centraméricaine de l'environnement et du développement (CCAD) est très reconnaissante de cette contribution importante et se dit prête à promouvoir ce Plan d'action ainsi que le modèle d'intégration transversale qui y est proposé pour les travaux des autorités responsables de la protection de l'environnement, de la santé et des télécommunications, du secteur privé et de la société civile", a indiqué M. Nelson Trejo, Secrétaire exécutif de la CCAD, lors de l'inauguration de l'Atelier.

"Si nous exploitons le potentiel que représentent les partenariats à grande échelle entre le secteur public et le secteur privé pour promouvoir la gestion écologiquement rationnelle des DEEE, nous serons en mesure de créer une économie verte dynamique, tout en réduisant la pauvreté, en atténuant les dangers et les risques pour la santé ainsi que les effets des changements climatiques et en soulageant la pression qui pèse sur les ressources non renouvelables dont dispose l'humanité", a déclaré quant à lui M. Miguel Araujo, Directeur du Centre régional de la Convention de Bâle pour l'Amérique centrale et le Mexique.

Note pour les médias

L'Atelier sur le renforcement des capacités en matière de gestion écologiquement responsable des déchets d'équipements électriques et électroniques a été organisé conjointement par l'Union internationale des télécommunications (UIT), le Secrétariat de la Convention de Bâle administré par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), par l'intermédiaire du Centre régional de la Convention de Bâle pour l'Amérique centrale et le Mexique, en coopération avec le Partenariat pour une action sur les équipements informatiques (PACE) établi dans le cadre de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, la Commission centraméricaine de l'environnement et du développement (CCAD) et le Ministère de l'environnement et des ressources naturelles d'El Salvador (MARN).

Pour obtenir de plus amples informations, mettez-vous en rapport avec:

Sarah Parkes
Chef, Relations avec les médias et information du public
tel +41 22 730 6039
tel pressinfo@itu.int 
Toby Johnson
Responsable des communications
tel +41 22 730 5877
tel +41 79 249 4868
tel toby.johnson@itu.int  

Note pour les médias: Veuillez vous inscrire sur le site de la salle de presse vidéo de l'UIT pour avoir accès à des séquences vidéo de qualité diffusion et à l'ensemble des informations www.itu.int/en/newsroom/Pages/videos.aspx.


A propos de l'UIT

 

Suivez-nous
Droits d'auteur © UIT 2014 Tous droits réservés Commentaires  Contactez-nous  Accessibilité