Page d'accueil UIT Union Internationale des Télécommunications English Español 
  Copie Imprimable 
Page d'accueil UIT
Page d'accueil : Nouvelles de l'UIT
  
L’INTERNET DES OBJETS


Siemens

 

«Les technologies les plus profondément enracinées sont les technologies invisibles. Elles s’intègrent dans la trame de la vie quotidienne jusqu’à ne plus pouvoir en être distinguées» Mark Weiser

  Le rapport de l’UIT sur «l’Internet des objets» décrit comment les technologies ubiquitaires annoncent un monde d’appareils interconnectés. Les aspects technologiques et commerciaux sont aussi passés en revue, ainsi que les perspectives pour les pays en développement. Une annexe livre des statistiques sur plus de 200 économies. Le rapport a été élaboré par l’Unité des stratégies et politiques de l’UIT

«L’Internet des objets»

Aujourd’hui, c’est déjà demain

La vie quotidienne de millions de personnes a été bouleversée par l’Internet, qui nous relie les uns aux autres, indépendamment des distances et des fuseaux horaires. Aujourd’hui, selon un rapport récemment publié par l’UIT, nous sommes à la veille d’une nouvelle révolution: au cours des vingt prochaines années, le nombre d’internautes, pourtant en pleine augmentation, sera vraisemblablement infime par rapport à la multitude d’objets inanimés qui pourront communiquer les uns avec les autres par voie électronique. Par exemple, les réfrigérateurs pourront échanger des informations avec les rayonnages des supermarchés, les machines à laver pourront faire de même avec les vêtements — et même les vêtements que vous portez pourront «parler» à d’autres objets qui vous entourent. Cette notion de connexion entre monde réel et monde virtuel de l’Internet est appelée «l’Internet des objets».

Cette révolution prévisible fait l’objet d’une publication de l’UIT, The Internet of Things, septième de la série de Rapports de l’UIT sur l’Internet, dont la sortie coïncide avec la seconde phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) en novembre 2005. Dans ce rapport, il est par exemple expliqué comment un téléphone mobile peut être équipé d’un identificateur unique qui transmet des données sur son utilisateur et sa localisation, en même temps qu’il permet à ce dernier de recevoir des informations précises sur la localité où il se trouve. Aujourd’hui déjà, des étiquettes électroniques équipées d’émetteurs radio sont incorporées dans des biens manufacturés; autrement dit, chaque objet est repérable électroniquement à tout moment et en tout lieu. Certaines de ces étiquettes, qui ne sont pas plus grosses qu’un grain de sable, peuvent réellement être intégrées à n’importe quel support.

La mise en place de l’infrastructure nécessaire à l’Internet des objets avance à grands pas (Figure 1). Dans le monde entier, plus de 2 milliards de téléphones mobiles étaient en circulation à la mi-2005. Avec l’Internet mobile et la mise en œuvre de réseaux mobiles de la prochaine génération à haut débit, tels que les réseaux 3G (IMT-2000), les utilisateurs peuvent se connecter en tout point du globe, ou presque. Ils peuvent aussi avoir accès aux réseaux à tout moment puisqu’ils sont connectés en permanence. On réflé-chit également à la façon d’étendre les systèmes de codage utilisés pour définir les adresses Internet. Actuellement, un code à 32 bits permet de créer quelque 4 milliards d’adresses. Un code à 128 bits (par exemple le «Ucode», en cours d’élaboration au Japon par l’Ubiquitous ID Center) permettrait de créer suffisamment d’adresses pour attribuer chaque jour à des objets un billion d’étiquettes — et ce pendant un billion d’années.

On peut prévoir que l’environnement de demain fourmillera de réseaux invisibles de micro-processeurs communiquant tous les uns avec les autres, sans que nous nous en rendions compte (Figure 2). Le défunt Mark Weiser, ancien Directeur du Centre de recherches de XEROX à Palo Alto, Californie (Etats-Unis), préfigurait en ces termes notre avenir lorsqu’il a inventé, en 1991, le terme d’«informatique ubiquitaire»: «Les technologies les plus profondément enracinées sont les technologies invisibles. Elles s’intègrent dans la trame de la vie quotidienne jusqu’à ne plus pouvoir en être distinguées.»

Les technologies en vedette

Figure 1 — Elargissement de l'accès à l'Internet
Nombre d’internautes et d’abonnés à l’Internet, 1995–2004 (à gauche), 10 premiers pays du monde, d’après le nombre d’abonnés aux systèmes 3G, 2004 (à droite)

Avec l’application de technologies telles que l’identification par radiofréquence (RFID), les capteurs sans fil et les nanotechnologies, l’Internet va s’étendre à des objets bien réels.

Bien que l’Internet des objets soit un concept relativement nouveau, les technologies qui le rendent possible existent depuis quelque temps déjà. L’identification par radiofréquence a été inventée au milieu du XXe siècle et les matériaux utilisant les nanotechnologies sont commercialisés depuis plus de dix ans. L’association entre ces technologies est à l’origine des fameux objets «intelligents» tels que les robots, les «voitures intelligentes» et les «bâtiments intelligents». Par ailleurs, les progrès de la miniaturisation font que des objets de plus en plus petits ont la possibilité de se connecter et d’interagir, tant avec le réseau que les uns avec les autres. Le rapport publié par l’UIT décrit les récents progrès des nanotechnologies qui permettront d’incorporer des capacités de traitement toujours plus puissantes dans des supports toujours plus miniaturisés.

L’identification RFID permet de repérer les objets selon leur localisation, ce qui est essentiel pour les communications entre les objets. Elle est la plus évoluée des technologies de base, et les protocoles de normalisation et les applications commerciales correspondantes constituent déjà un marché en pleine expansion.

D’après les estimations, les recettes de la technologie RFID se situaient entre 1,5 et 1,8 milliard USD en 2004.Le marché des nanotechnologies est légèrement moins développé, bien qu’il ouvre des perspectives fort intéressantes. D’après la National Science Foundation (NSF) des Etats-Unis, la production annuelle mondiale des secteurs des nanotechnologies devrait atteindre 1 billion USD en 2015, l’électronique et les semi-conducteurs étant des marchés très prometteurs.

La technologie des capteurs permet de combler l’écart qui sépare le monde réel du monde virtuel en facilitant l’adaptation des objets à l’évolution de leur environnement. Les réseaux de capteurs hertziens sont déjà couramment utilisés dans de nombreuses applications, par exemple pour les portails de sécurité, la surveillance de l’environnement et la domotique. Leur utilisation se généralisera à mesure que le coût de fabrication des capteurs baissera. Parallèlement, la robotique n’est plus réservée à l’usine et le marché de la robotique domestique devrait connaître une importante expansion.

L’impact de ces technologies — utilisées séparément ou associées les unes aux autres — ne peut être sous-estimé. Elles remettront en question les structures existantes de l’industrie des télé-communications tout en ouvrant des perspectives radicalement nouvelles à des modèles de gestion inédits.

Figure 2 — L’Internet des objets
Une nouvelle dimension dans le paysage des communications

De nouveaux marchés potentiels

Entre 1990 et 2003, le marché mondial des télécommunications a presque triplé de valeur, puisqu’il est passé de 374 milliards USD à 1 124 milliards USD, soit un taux de croissance de 8,8% (Figure 3). Le taux de progression des marchés des pays en développement a été pratiquement le double de celui des pays industrialisés et, en 2003, un cinquième des recettes mondiales de télécommunication était à mettre au compte des pays en développement. Toutefois, l’augmentation la plus notable s’est produite dans le secteur des communications mobiles, dont le poids sur le marché est passé d’à peine 2% en 1990 à 43% en 2003. En 2005, pour la toute première fois, les recettes des services mobiles devraient être supérieures à celles du service fixe.

 

La technologie d’identification par radio-fréquence (RFID) lit les données sur chaque paquet et permet leur traçabilité. Cela rend le contrôle des stocks beaucoup plus efficace

Siemens

L’accès large bande a fait évoluer la nature de l’Internet qui, d’ores et déjà, capte les recettes des communications téléphoniques établies sur les lignes fixes. L’arrivée de l’Internet des objets contribuera à renforcer cette tendance. Les recettes mondiales du trafic de données augmentent beaucoup plus vite que celles du trafic vocal, tendance qui devrait se poursuivre avec les communications entre des millions d’objets. L’Internet des objets pourrait donc ouvrir un nouveau marché aux télécommunications, à l’heure où les moyens de communication se fondent dans notre environnement.

Des perspectives pour les pays en développement

Les pays en développement, eux aussi, innovent et adaptent ces nouvelles technologies qui peuvent contribuer pour beaucoup à leur permettre d’atteindre leurs objectifs en matière de développement. Les applications fondées sur l’Internet des objets peuvent apporter des améliorations concrètes dans plusieurs domaines: diagnostic et traitement médicaux, amélioration de la salubrité de l’eau et de l’assainissement, production d’énergie, renforcement des échanges commerciaux et meilleure sécurité alimentaire.

A titre d’exemple, on peut citer la production et l’exportation de denrées pour lesquelles on utilise des capteurs pour contrôler la qualité et la pureté, par exemple du café au Brésil et au Chili ou de la viande de bœuf en Namibie. La technologie RFID est utilisée pour suivre l’évolution de cargaisons de bœuf à destination de l’Union européenne pour vérifier l’origine et la manutention de chaque carcasse. On peut ainsi, non seulement garantir la qualité face à des normes commerciales de plus en plus strictes, mais aussi aider les producteurs des pays en développement à exporter davantage.

Au Bangladesh, on utilise des nanofiltres pour filtrer l’eau et la rendre potable. On pourrait utiliser des nanocapteurs pour surveiller la qualité de l’eau, ce qui reviendrait moins cher, tandis que l’utilisation de nanomembranes pourrait servir au traitement des eaux usées. Dans d’autres pays, des technologies nouvelles pourraient contribuer à améliorer la qualité des traitements médicaux dans les pays en développement, l’Internet des objets étant utilisé pour contrôler l’origine des produits pharmaceutiques et éliminer les contrefaçons.

La technologie des capteurs est très prometteuse pour les régions vulnérables aux catastrophes naturelles, qui ont besoin de systèmes d’alerte complets et efficaces pour protéger les vies et les biens. On utilise par ailleurs des robots pour détecter et détruire les mines terrestres, ce qui permet de sauver des vies et d’éviter des amputations dans les zones en proie à des conflits.

Figure 3 — Des télécommunication en pleine expansion
Evolution des recettes des services de télécommunication, de 1990 à 2003, en milliards USD, avec répartition par pays développés/pays en développement et lignes fixes/lignes mobiles
 

L’Inde et la Chine ont pris des initiatives pour soutenir la recherche et la création de logiciels, si bien que les progrès technologiques dans ces secteurs pourraient bien venir de ces géants en développement. De vastes programmes de recherche étant mis en œuvre, l’Internet des objets dans ces pays sera adapté aux conditions et spécificités locales. Loin d’emboîter le pas passivement aux pays développés, les pays en développement s’apprê-tent à être les moteurs de la mise en œuvre et de l’adoption généralisée de ces technologies nouvelles.

Une normalisation nécessaire

 


Siemens

Les patients d’un hôpital de New York portent des bracelets RFID avec des informations sur leur histoire médicale et les traitements suivis. Cela permet au personnel soignant de prodiguer des soins de meilleure qualité

La normalisation est essentielle pour le déploiement et la diffusion à grande échelle d’une technologie, quelle qu’elle soit. L’Internet et le téléphone mobile n’auraient pu, sans normes, connaître le succès qui est le leur. Alors que l’Internet des objets devient réalité, les protocoles de normalisation sont toujours plus complexes, chaque élément électronique et chaque objet domestique, ou presque, étant susceptible de faire partie d’un réseau. A l’heure actuelle, la normalisation des technologies nouvelles reste fragmentaire. Si l’on veut que l’Internet des objets devienne réalité, il convient de s’atteler systématiquement à cette tâche de normalisation pour assurer l’interopérabilité des protocoles de communication.

Qu’en est-il du respect de la vie privée?

L’infrastructure technique nécessaire à l’Internet des objets est donc en cours de mise en place, ce que l’industrie des télécommunications considère comme un nouveau marché lucratif. La question est toutefois de savoir si le consommateur a réellement envie d’un réfrigérateur qui commande automatiquement des produits alimentaires ou d’un aspirateur qui peut directement signaler une défaillance à son fabricant. En outre, du fait que l’on pourrait utiliser les capteurs et les étiquettes intelligentes pour repérer les déplacements et les habitudes de chacun sans que la personne ne le sache, beaucoup s’inquiètent vivement du respect de la vie privée et de la protection des données. A partir du moment où des caméras seront incorporées dans des écrans et des capteurs d’empreintes digitales dans des poignées de porte, notre façon de concevoir le respect de la vie privée risque d’être vite dépassée. Des données seront échangées en permanence, de manière invisible à nos yeux, et sur une très grande échelle entre des objets et des personnes, ainsi qu’entre les objets euxmêmes, à l’insu des «propriétaires» de ces données. Qui, en dernier ressort, sera maître des données collectées par tous les yeux et toutes les oreilles électroniques dans notre entourage?

Les inquiétudes de l’opinion et les campagnes actives des associations de consommateurs ont déjà fait capoter les essais commerciaux de technologie RFID entrepris par deux grands détaillants. Pour promouvoir la généralisation de l’adoption des technologies sous-tendant l’Internet des objets, il est impératif de respecter les principes du consentement éclairé et de la confidentialité et de la sécurité des données. A moins que des efforts ne soient déployés de manière concertée pour protéger ces valeurs, avec la collaboration de toutes les parties prenantes (gouvernements, société civile et secteur privé), il faudra encore attendre pour que les avantages potentiels de l’Internet des objets se réalisent pleinement.

 

 

Début de page - Commentaires - Contactez-nous - Droits d'auteur © UIT 2019 Tous droits réservés
Contact pour cette page : Unité de la Communication institutionnelle
Date de création : 2019-10-16