Engagée à connecter le monde

SDG

Mettre en place une économie circulaire pour les équipements TIC

E-waste Backgrounder

APERÇU

DÉFIS


Les déchets d'équipements électriques et électroniques désignent presque tous les appareils à usage domestique ou professionnel mis au rebut qui comprennent des composants ou circuits électriques et fonctionnent avec une batterie ou une alimentation électrique.

Les estimations les plus récentes montrent que, dans le droit fil de la croissance des réseaux et des services TIC, environ 53,6 millions de tonnes de DEEE sont produits chaque année dans le monde, dont seulement 17,4% sont collectés et recyclés de façon organisée. En 2019, plus de 44,3 tonnes de DEEE ont été produits sans que l'on sache ce qu'ils adviennent: ces déchets n'ont pas été enregistrés et ont été mis en décharge ou brûlés ou ont fait l'objet d'un commerce illégal et d'un traitement non conforme aux normes. Au vu de la façon dont est actuellement gérée la fin de vie des DEEE à l'échelle mondiale, il est difficile de mettre en place une économie circulaire, en particulier pour les équipements TIC.

Les équipements électriques et électroniques peuvent contenir jusqu'à 69 éléments du tableau périodique, y compris des matières premières essentielles et des métaux précieux. La mauvaise gestion des DEEE peut entraîner la perte inutile de matériaux naturels rares et précieux, notamment lorsque d'autres matériaux rares moins toxiques et néanmoins à forte valeur, tels que l'or, le platine et le cobalt, ne sont pas recyclés, exerçant de ce fait une pression sur les ressources naturelles disponibles en quantités limitées.

Par exemple, une tonne de téléphones mobiles​ ou d'ordinateurs mis au rebut peut contenir jusqu'à 280 grammes d'or et de grandes quantités de métaux communs. Les DEEE renferment des additifs toxiques ou des substances dangereuses, parmi lesquels il n'est pas rare de trouver des métaux lourds tels que le mercure, le cadmium et le plomb, et des substances chimiques comme des retardateurs de flamme bromés, susceptibles de polluer les milieux terrestres et aquatiques et l'air et constituer un risque grave pour la santé, surtout s'ils ne sont pas traités correctement.

La mauvaise gestion des DEEE peut aussi contribuer au réchauffement climatique, étant donné que les réfrigérants contenus dans certains équipements d'échange thermique sont de puissants gaz à effet de serre. Au niveau mondial, en 2019, un total de 98 tonnes d'équivalent CO2 pourrait ainsi avoir été relâché dans l'atmosphère en raison de la mauvaise gestion environnementale des réfrigérateurs et climatiseurs mis au rebut. Alors que l'Internet des objets (IoT) gagne du terrain, davantage de produits tels que les réfrigérateurs, congélateurs et lave-linges intelligents ont de plus en plus de fonctionnalités de connectivité. En outre, des produits qui par le passé n'étaient pas électriques sont désormais souvent équipés d'un circuit électrique, comme c'est le cas des dispositifs électroniques à porter sur soi.

De plus, les DEEE mettent en danger la santé et la vie de certains des travailleurs – adultes et enfants – les plus pauvres au monde, qui éliminent des déchets dangereux et, de ce fait, risquent de s'intoxiquer ou de s'empoisonner.

POSSIBILITÉS

Sur le plan positif, les DEEE contiennent plusieurs matières premières précieuses telles que l'or, le cuivre et le fer. En 2019, la valeur des matières premières contenues dans les DEEE produits était estimée à 57 milliards de dollars. Étant donné le pourcentage actuel de collecte et de recyclage (17,4%), on pourrait ainsi récupérer des matières premières d'une valeur de 10 milliards de dollars. Dans de bonnes conditions et si les précautions nécessaires sont prises en matière de santé et de sécurité, les activités de recyclage et de remise en état des DEEE pourraient en outre créer des emplois verts partout dans le monde.

Dans le cadre d'une collaboration accrue, les multinationales, les petites et moyennes entreprises (PME), les entrepreneurs, les milieux universitaires, les syndicats professionnels, la société civile et les associations pourraient créer une économie circulaire de l'électronique dans laquelle les déchets n'existent plus, les conséquences environnementales sont réduites et des millions d'emplois décents sont créés.

La mise en place d'un système dans lequel tous les produits mis au rebut sont collectés et les matériaux ou composants réutilisés dans de nouveaux produits permettra:

À l'échelle du secteur, les entreprises peuvent mener des recherches et établir une chaîne d'approvisionnement entière, de la sélection des fournisseurs à l'élimination des équipements, en passant par leur fabrication, leur distribution et leur collecte. Dans le cadre de la gestion de la chaîne d'approvisionnement, il faut notamment faire en sorte que les appareils soient éliminés de façon responsable et éthique et sensibiliser les consommateurs à la nécessité d'adopter un comportement responsable lorsqu'ils mettent leurs équipements au rebut.

Les consommateurs peuvent notamment faire réparer leurs équipements TIC plutôt que d'en acheter de nouveaux, décider d'attendre avant d'acquérir du matériel plus performant ou de remplacer un téléphone intelligent en état de marche par le modèle le plus récent, se tourner vers des points de recyclage agréés ou des entreprises habilitées à éliminer des appareils, ou envisager de revendre leurs équipements TIC d'occasion.

Pour élaborer des politiques et des lois garantissant une bonne gestion des DEEE à l'échelle nationale, il faut tout d'abord disposer de données et de statistiques officielles fiables et comparables sur ces déchets. En 2020, le Partenariat mondial sur les statistiques relatives aux déchets d'équipements électriques et électroniques (GESP) avait ainsi dispensé à des personnes de plus de 60 pays une formation sur l'établissement de statistiques nationales relatives aux DEEE selon une méthode arrêtée à l'échelle internationale. Néanmoins, de 2017 à 2019, quelque 9 pays seulement (autres que les membres de l'UE) ont formellement commencé à recueillir des données et des prévisions sur les DEEE.

CONTRIBUTION DE L'UIT


 

Dernière mise à jour: juin 2020