Engagée à connecter le monde

SDG

L'inclusion numérique pour tous

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Digital inclusion for all BCKGROUNDERConcours photo du Forum du SMSI 2018, Une tribu du Nagaland se connectant au monde, Inde

Aperçu

Problèmes


Une importante fracture numérique subsiste entre les pays. En effet, 80,9% des habitants des pays développés utilisaient l'Internet fin 2018, contre 45,3 % dans les pays en développement.

Mais la fracture numérique existe aussi à l'intérieur des pays: les hommes, les citadins et les jeunes ont plus de chances d'avoir accès à l'Internet que les femmes, les habitantes des zones rurales et les personnes âgées. Bien que la fracture numérique entre les hommes et les femmes soit relativement peu importante dans les pays développés, elle est plus marquée dans les pays en développement et reste considérable dans les pays les moins avancés.

Bien souvent, les disparités sont dues à l'insuffisance ou à la lenteur de la connectivité, au coût de la connexion et à l'absence de contenus pertinents dans les langues locales. Autant d'obstacles qui sont donc souvent liés à l'âge, au sexe, au handicap, à la situation socio-économique et à la situation géographique.

Solutions


Des infrastructures et des services TIC efficaces et financièrement abordables, conjugués à un environnement politique et réglementaire propice, permettent aux entreprises et aux gouvernements de participer à l'économie numérique et aux pays d'améliorer la prospérité générale de leur économie et de renforcer leur compétitivité. Une vingtaine de pays ont fait de l'accès à l'Internet un droit fondamental ou un droit des citoyens.

Les technologies mobiles accélèrent leur migration de la 2G — à savoir les technologies mobiles de deuxième génération — vers la 3G et la 4G. Fin 2018, 90% de la population mondiale pouvait accéder à l'Internet par l'intermédiaire d'un réseau 3G ou de qualité supérieure. L'adoption par les pays développés des réseaux 5G devrait encore accentuer la fracture numérique actuelle, étant donné que la mise en œuvre des réseaux 5G devrait prendre plus de temps dans les pays en développement. Cependant, les pays en développement peuvent utiliser les écosystèmes et les réseaux existants pour offrir un accès universel et financièrement abordable aux TIC. Les réseaux mobiles pourront progressivement être modernisés une fois que les problèmes liés à la mise en place d'un système 5G durable auront été surmontés.

Grâce aux satellites, il est aujourd'hui possible de fournir des services fixes et mobiles dans le monde entier. L'harmonisation à l'échelle mondiale des bandes attribuées aux services mobiles dans le cadre de l'UIT, conjuguée à l'élaboration de normes internationales communes, ont permis de réaliser des économies d'échelle qui ont conduit à leur tour à une baisse des prix des services et des dispositifs, tant pour les réseaux que pour les utilisateurs finals.

La fourniture de services de télécommunication de base s'effectue désormais essentiellement au moyen de réseaux cellulaires mobiles. Dans les pays en développement, le nombre d'abonnements à la téléphonie cellulaire mobile a plus que quadruplé entre 2005 et 2017 et s'est établi à 98,7 pour 100 habitants en 2017. Dans les pays les moins avancés, le nombre d'abonnements à la téléphonie mobile cellulaire a été multiplié par quatorze depuis 2005 et s'élevait, d'après les estimations, à 70,4 pour 100 habitants en 2017. En 2018, le nombre d'abonnements à la téléphonie cellulaire mobile était supérieur à la population mondiale.

Les réseaux Internet large bande constituent des infrastructures nationales essentielles. Les services large bande mobiles, qui sont généralement moins onéreux que les services large bande fixes, se sont rapidement développés et sont aujourd'hui le moyen le plus répandu d'accéder à l'Internet et aux services en ligne. Le nombre d'abonnements actifs au large bande mobile est passé de 268 millions en 2007 à 5,3 milliards en 2018. Dans les pays en développement, le taux de pénétration pour les abonnements au large bande mobile a atteint 61 pour 100 habitants en 2018. Dans les pays les moins avancés, le taux de pénétration, quasi nul en 2007, est passé à 28,4 abonnements pour 100 habitants en 2018.

Pour tirer le meilleur parti possible de l'Internet, diverses compétences sont nécessaires : maîtrise du numérique, aptitude à s'exprimer en public, capacité à travailler en équipe et connaissance de langues étrangères.

Contribution apportée par l'UIT pour que chacun, partout, ait accès à la société numérique


Dans toutes les régions du monde, l'UIT s'emploie à élaborer des programmes adaptés pour permettre à chacun d'avoir accès à l'Internet et de l'utiliser, en mettant notamment en place des infrastructures pour les technologies et les réseaux et en améliorant l'environnement réglementaire et commercial.

Le "Programme mondial Connect 2020 pour le développement des télécommunications/TIC dans le monde", qui vise à façonner l'avenir du secteur des TIC, a été adopté à l'unanimité lors de la Conférence de plénipotentiaires de l'UIT tenue en 2014. Ce Programme définit la vision, les buts et les cibles communs que les Etats Membres se sont engagés à atteindre d'ici à 2020, en collaboration avec toutes les parties prenantes de l'écosystème des TIC. Il s'articule autour de quatre objectifs: 1) Croissance – Permettre et encourager l'accès aux télécommunications/TIC et leur utilisation accrue; 2) Inclusion – Réduire la fracture numérique et mettre le large bande à la portée de tous; 3) Durabilité – Gérer les problèmes résultant du développement des télécommunications/TIC; et 4) Innovation et partenariats – Jouer un rôle de premier plan dans l'évolution de l'environnement des télécommunications/TIC, mieux contribuer à cette évolution et s'y adapter. La Conférence de plénipotentiaires de 2018 de l'UIT sera amenée à passer en revue les objectifs et les cibles à l'échelle mondiale qui leur sont associés, en fixant des priorités pour connecter ceux qui ne le sont pas encore.

L'UIT recueille des statistiques sur les TIC pour 200 pays et s'appuie sur plus de 100 indicateurs, afin de mieux comprendre les problèmes de connectivité et de comparer et de mesurer les progrès accomplis, notamment en ce qui concerne le large bande, l'utilisation de l'Internet et les réseaux cellulaires mobiles et à large bande mobile. L'Organisation met gratuitement à disposition de nombreuses statistiques sur les TIC ainsi que des recommandations sur ce qu'il est possible de faire pour remédier aux problèmes. L'UIT publie l'Annuaire des statistiques et sa publication phare, à savoir le rapport "Mesurer la société de l'information", qui contient l'Indice de développement des TIC (IDI) et le Panier des prix des TIC (IPB).

L'UIT effectue un travail de sensibilisation et aide les pays à élaborer des politiques générales, des législations, des réglementations et des pratiques commerciales propres à encourager l'inclusion numérique des personnes ayant des besoins particuliers, à savoir les peuples autochtones, les personnes habitant dans les zones rurales, les personnes handicapéesles femmes et les jeunes fillesles jeunes et les enfants.

Pour contribuer à réduire la fracture numérique, l'UIT a également fait paraître un certain nombre de publications intitulées "Réduire les disparités en matière d'innovation numérique" et "Fournir un accès universel et financièrement abordable à l'Internet dans les pays les moins avancés", pour ne citer que celles-ci.

Voici quelques exemples montrant comment les gouvernements et le secteur privé peuvent renforcer la connectivité des pays et des populations.