Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  

Plan d’action – Genève 2003

C.    Grandes orientations

C4.    Le renforcement des capacités

11.    Chacun devrait avoir les compétences nécessaires pour tirer pleinement parti de la société de l’information. Il est donc essentiel de développer les capacités et d’assurer la familiarisation avec les TIC. Les TIC peuvent contribuer à l’éducation de tous dans le monde entier, par la formation des enseignants, ainsi qu’ à l’amélioration des conditions nécessaires à la formation permanente, car elles touchent des personnes hors du système d’enseignement officiel et permettent d’améliorer les compétences professionnelles.

a)    Elaborer des politiques nationales pour faire en sorte que les TIC soient pleinement intégrées dans l’enseignement et la formation à tous les niveaux: élaboration des programmes scolaires, formation des enseignants et administration et gestion des établissements, et qu’elles favorisent la formation continue.

b)    Elaborer et promouvoir, aux niveaux national, régional et international, des programmes de lutte contre l’analphabétisme, utilisant les TIC.

c)    Promouvoir le développement des compétences pour tous dans le domaine de l’informatique, par exemple en concevant des cours d’initiation à l’informatique dispensés aux fonctionnaires des administrations publiques, en tirant parti des installations existantes – bibliothèques, centres communautaires polyvalents, points d’accès public – et en créant des centres de formation aux TIC au niveau local, en coopération avec toutes les parties prenantes. Une attention particulière devrait être accordée aux catégories défavorisées et vulnérables.

d)    Dans le cadre des politiques d’éducation nationale et compte tenu de la nécessité d’éradiquer l’analphabétisme chez les adultes, faire en sorte que les jeunes aient des connaissances et des compétences suffisantes pour utiliser les TIC, en particulier la capacité d’analyser et de traiter l’information de façon créative et novatrice, de partager leurs connaissances et de participer pleinement à la société de l’information.

e)    Les gouvernements devraient, en coopération avec les autres parties prenantes, mettre au point des programmes de renforcement des capacités qui mettent l’accent sur la création d’une réserve suffisante de professionnels et d’experts qualifiés et compétents en matière de TIC.

f)    Mettre en œuvre des projets pilotes pour démontrer l’intérêt des différents systèmes d’enseignement utilisant les TIC, en particulier pour réussir à atteindre les objectifs de l’Education pour tous, notamment ceux qui se rapportent à la formation de base en informatique.

g)    S’efforcer de supprimer les barrières qui existent entre les hommes et les femmes dans le domaine de l’enseignement et de la formation aux TIC, et de promouvoir l’égalité des chances en matière de formation dans les domaines liés aux TIC pour les femmes et les jeunes filles. Des programmes d’intervention précoce dans les matières scientifiques et techniques devraient être prévus pour les jeunes filles, l’objectif étant d’augmenter le nombre de femmes dans les métiers des TIC. Il conviendrait de promouvoir l’échange des meilleures pratiques dans le domaine de l’intégration du principe de parité hommes/femmes en matière de formation aux TIC.

h)    Donner aux communautés locales, en particulier dans les zones rurales et mal desservies, les moyens d’utiliser les TIC et promouvoir la production de contenus socialement utiles et constructifs, au bénéfice de tous.

i)    Lancer des programmes d’enseignement et de formation, si possible en utilisant les réseaux d’information des populations autochtones et nomades traditionnelles, qui permettent de participer pleinement à la société de l’information.

j)    Une coopération régionale et internationale devrait être conçue et mis en œuvre afin de renforcer la capacité, en particulier, des responsables et du personnel d’exploitation, dans les pays en développement et les PMA, et d’utiliser efficacement les TIC dans l’ensemble du secteur éducatif, y compris dans l’enseignement extrascolaire, par exemple sur le lieu de travail ou à domicile.

k)    Des programmes spécifiques de formation à l’utilisation des TIC devraient être élaborés afin de répondre aux besoins des professionnels de l’information, comme les archivistes, les bibliothécaires, le personnel des musées, les scientifiques, les enseignants, les journalistes, les postiers et les autres catégories professionnelles concernées. La formation de professionnels de l’information devrait être axée non seulement sur les méthodes et techniques nouvelles de création et de fourniture de services d’information et de communication, mais également sur les compétences nécessaires en matière de gestion pour garantir la meilleure utilisation des technologies. La formation des enseignants devrait porter essentiellement sur les aspects techniques des TIC, sur l’élaboration des contenus et sur les possibilités offertes par les TIC et les problèmes qu’elles posent.

l)    Développer l’enseignement et la formation à distance et d’autres formes d’enseignement et de formation dans le cadre de programmes de renforcement des capacités. Accorder une attention particulière aux pays en développement et aux PMA en fonction de leur niveau de développement des ressources humaines.

m)    Promouvoir la coopération aux niveaux international et régional dans le domaine du renforcement des capacités, en particulier les programmes par pays établis par les Nations Unies et leurs institutions spécialisées.

n)    Entreprendre des projets pilotes visant à concevoir de nouveaux modes de travail en réseau utilisant les TIC, reliant les établissements d’enseignement, de formation et de recherche des pays développés, des pays en développement et des pays à l’économie en transition, et ce, entre ces pays ou parmi ces pays.

o)    Le bénévolat, s’il est conforme aux politiques nationales et aux cultures locales, est très utile lorsqu’il s’agit de renforcer les capacités humaines pour utiliser les outils TIC de façon productive et construire une société de l’information plus inclusive. Mettre en œuvre des programmes de volontaires pour renforcer les capacités en matière de TIC en faveur du développement, particulièrement dans les pays en développement.

p)    Elaborer des programmes pour apprendre aux utilisateurs à développer leurs capacités d’auto-apprentissage et d’autoformation.

 

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2007 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2007-01-04