Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  

Plan d’action – Genève 2003

C.    Grandes orientations

C2.    L’infrastructure de l’information et de la communication: fondement essentiel d’une société de l’information inclusive

9.    L’infrastructure est essentielle pour concrétiser l’objectif d’inclusion numérique, si l’on veut que l’accès aux TIC soit universel, durable, ubiquiste et financièrement abordable, compte tenu des solutions appropriées déjà en place dans certains pays en développement et dans certains pays à économie en transition, pour assurer connectivité et accès durables aux zones reculées et marginalisées aux niveaux national et régional.

a)    Les pouvoirs publics devraient prendre des mesures dans le cadre des politiques nationales de développement afin de favoriser un environnement concurrentiel et propice aux investissements nécessaires dans les infrastructures TIC et au développement de nouveaux services.

b)    Dans le contexte des cyberstratégies nationales, il convient d’élaborer des politiques et stratégies d’accès universel appropriées, ainsi que leurs moyens de mise en œuvre conformément aux cibles indicatives, et d’établir des indicateurs de connectivité aux TIC.

c)    Dans le contexte des cyberstratégies nationales, la connectivité aux TIC devrait être assurée et améliorée dans l’ensemble des établissements scolaires, universités, établissements de santé, bibliothèques, bureaux de poste, centres communautaires, musées et autres établissements ouverts au public, conformément aux cibles indicatives.

d)    Les infrastructures de réseau large bande devraient être développées et renforcées à l’échelle nationale, régionale et internationale, notamment en ce qui concerne les systèmes de communication par satellite et autres systèmes, afin de contribuer à fournir la capacité nécessaire pour répondre aux besoins des pays et de leurs citoyens et d’assurer la prestation de nouveaux services basés sur les TIC. La réalisation par l’Union internationale des télécommunications (UIT) et, le cas échéant, par d’autres organisations internationales concernées, d’études techniques, réglementaires et opérationnelles doit être soutenue, le but étant:

i.    d’élargir l’accès aux ressources de l’orbite et d’assurer à l’échelle mondiale l’harmonisation des fréquences et la normalisation des systèmes;

ii.    d’encourager les partenariats public/privé;

iii.    de promouvoir la fourniture de services mondiaux par satellite à haut débit pour les régions mal desservies, telles que les zones reculées et à faible densité de population;

iv.    d’étudier d’autres systèmes susceptibles d’assurer une connectivité à haut débit.

e)    Dans le contexte des cyberstratégies nationales, il faudrait répondre aux besoins particuliers des personnes âgées, des handicapés, des enfants, particulièrement des enfants marginalisés, et des autres catégories défavorisées ou vulnérables, notamment au moyen de mesures éducatives, administratives et législatives appropriées, pour assurer leur parfaite intégration dans la société de l’information.

f)    Encourager la conception et la production d’équipements et de services TIC qui soient facilement accessibles, à des conditions financières abordables pour tous, notamment aux personnes âgées, aux handicapés, aux enfants, particulièrement aux enfants marginalisés, et aux autres catégories défavorisées ou vulnérables, et promouvoir le développement de technologies, d’applications et de contenus adaptés à leurs besoins, en s’inspirant du principe de design universel et en ayant recours à des technologies d’assistance.

g)    Pour lutter contre l’analphabétisme des technologies financièrement abordables et des interfaces informatiques non textuelles devraient être mises au point afin de faciliter l’accès aux TIC.

h)    Des efforts devraient être déployés au plan international en faveur de la recherche-développement, afin de mettre à la disposition des utilisateurs finaux des équipements TIC adéquats et financièrement abordables.

i)    Il convient d’encourager l’utilisation de la capacité hertzienne, y compris satellitaire, non employée, dans les pays développés et a fortiori dans les pays en développement, pour desservir les zones reculées, en particulier dans les pays en développement et dans les pays à économie en transition, et d’élargir la connectivité à faible coût dans les pays en développement. Une attention particulière devrait être accordée aux pays les moins avancés (PMA) dans les efforts qu’ils déploient pour établir une infrastructure de télécommunication.

j)    Il faudrait optimiser la connectivité entre les principaux réseaux d’information en encourageant la création et le développement de réseaux fédérateurs TIC et de points d’échange Internet au niveau régional, afin de réduire les coûts d’interconnexion et d’élargir l’accès au réseau.

k)    Des stratégies devraient être élaborées pour développer la connectivité mondiale financièrement abordable, et donc pour améliorer l’accès. Les coûts de transit et d’interconnexion Internet, négociés au niveau commercial, devraient être établis en fonction de paramètres objectifs, transparents et non discriminatoires, compte tenu des travaux en cours.

l)    L’utilisation conjointe des médias traditionnels et des nouvelles technologies devrait être encouragée et favorisée.

 

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2007 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2007-01-04