Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  

Plan d’action – Genève 2003

C.    Grandes orientations

C1.    Le rôle des gouvernements et de toutes les parties prenantes dans la promotion des TIC pour le développement

8.    La participation effective des gouvernements et de toutes les parties prenantes est cruciale pour le développement de la société de l’information et implique de leur part à tous collaboration et partenariat.

a)    Tous les pays devraient encourager l’élaboration de cyberstratégies nationales, y compris en ce qui concerne le nécessaire renforcement des ressources humaines, d’ici à 2005, compte tenu des conditions propres à chaque pays.

b)    Il faudrait établir au niveau national un dialogue structuré impliquant toutes les parties prenantes, y compris au moyen de partenariats public/privé, en vue d’élaborer des cyberstratégies pour la société de l’information et d’échanger les meilleures pratiques.

c)    Dans l’élaboration et la mise en œuvre des cyberstratégies nationales, les parties prenantes devraient tenir compte des besoins et des préoccupations aux niveaux local, régional et national, et en particulier, pour optimiser les avantages des initiatives qui seront prises, de la notion de durabilité. Le secteur privé devrait être impliqué dans la réalisation de projets concrets pour développer la société de l’information aux niveaux local, régional et national.

d)    Chaque pays est encouragé à mettre en œuvre d’ici à 2005 au moins un partenariat opérationnel public-privé (PPP) ou entre plusieurs secteurs, à titre de projet pilote.

e)    Il faudrait définir à l’échelle nationale, régionale et internationale des mécanismes de mise en œuvre et de promotion de programmes entre parties prenantes de la société de l’information.

f)    Il faudrait étudier la viabilité de portails multipartenaires qui seraient créés au niveau national pour les populations autochtones.

g)    D’ici à 2005, les organisations internationales et les institutions financières concernées devraient élaborer leurs propres stratégies d’utilisation des TIC pour le développement durable, y compris des modes durables de production et de consommation, en tant que moyen efficace de contribuer à la réalisation des objectifs énoncés dans la Déclaration du Millénaire des Nations Unies.

h)    Les organisations internationales devraient publier, dans leurs domaines de compétence, notamment sur leurs sites web, des informations fiables communiquées par les parties prenantes concernées sur l’expérience acquise dans l’intégration effective des TIC.

i)    Il faudrait encourager l’adoption d’un ensemble de mesures corrélées, entre autres: projets de pépinière d’entreprises, placements de capital-risque (aux niveaux national et international), fonds d’investissement publics (y compris le microfinancement de PME et de micro-entreprises), stratégies d’encouragement de l’investissement, appui à l’exportation de logiciels (conseil commercial) et appui aux réseaux de recherche-développement et à la création de parcs de logiciels.

 

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2007 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2007-01-04