Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  
 SALLE DE PRESSE : AVIS AU MÉDIAS

Le Sommet mondial sur la société de l'information s'ouvre à Tunis

Tunis, 16 novembre — La seconde phase du Sommet mondial sur la société de l'information a commencé aujourd'hui, et plus de 16 000 délégués de 176 pays ont fait le voyage de Tunis pour débattre des stratégies susceptibles d'améliorer l'accessibilité, notamment financière, des technologies de l'information et de la communication.

Dans l'allocution qu'il a prononcée à la cérémonie d'ouverture du Sommet, M. Yoshio Utsumi, Secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT) et Secrétaire général du SMSI, a exhorté les dirigeants de tous les pays du monde à placer les technologies de l'information et de la communication (TIC) au coeur des politiques nationales de développement économique et social.

M. Utsumi a évoqué avec enthousiasme les possibilités sans précédent qu'offrent les nouvelles technologies, tout en formulant une mise en garde: si l'accès à ces puissants outils de croissance économique restait l'apanage des nations les plus riches, les inégalités, dans le monde, risqueraient de s'accentuer encore.

"Il est en notre pouvoir d'édifier une société plus juste et plus équitable, une société de l'information dans laquelle les pays en développement, malgré leur industrialisation encore insuffisante, leurs contraintes géographiques ou une histoire récente tumultueuse, auront – pour la première fois peut-être dans l'histoire de l'humanité - des chances bien réelles de combler le retard qu'ils ont par rapport à leurs voisins plus aisés", a ajouté M. Utsumi au cours des discussions qui ont suivi la cérémonie.

Le Sommet a été officiellement ouvert par S. E. M. Zine El Abidine Ben Ali, Président de la Tunisie, qui a souhaité la bienvenue aux délégués rassemblés à Tunis-Carthage, cité placée sous le signe du dialogue depuis des temps immémoriaux, pour édifier une société du savoir et de la communication porteuse d'un avenir plus prometteur pour toute l'humanité. Le Président de la Tunisie a insisté sur la nécessité d'une coopération renforcée entre tous les acteurs internationaux, car il s'agit de réduire les clivages entre les peuples et de parvenir à une société de l'information équilibrée, sure et équitable.

Prenant la parole après le Président Ben Ali, le Secrétaire général de l'ONU, M. Kofi Annan, a dans ses observations appelé l'attention des participants sur le problème de la gouvernance de l'Internet, déclarant que l'Organisation ne ménageait aucun effort pour protéger et renforcer l'Internet, et faire en sorte que ses bienfaits soient accessibles à tous. "Mais je tiens à préciser, pour éviter tout malentendu, que l'Organisation des Nations Unies ne souhaite pas prendre le contrôle de l'Internet, le policer ou le réglementer de toute autre manière" a déclaré M. Annan, qui a pour conclure exprimé son espoir que la future société mondiale de l'information fera avancer la cause du développement, de la dignité et de la paix.

L'importance du principe d'accès ouvert à l'information a été rappelée aussi par M. Samuel Schmid, Président de la Confédération helvétique pour qui la liberté d'expression et la liberté de l'information doivent absolument constituer des thèmes centraux au cours de ce Sommet mondial, et au-delà.

Ont également pris la parole pendant la cérémonie d'ouverture M. Craig Barrett, Président de la société Intel Corporation, S. E. M. l'ambassadeur Janis Karklins, Président du Comité de préparation de la phase de Tunis, et Mme Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003.

Prenant la parole en tant que représentante de la société civile, Mme Ebadi a préconisé la création d'une commission spéciale sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies, qui serait composée de représentants de l'UIT, de l'UNESCO, de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies, de l'UNICEF, du PNUD, de diverses ONG et qui serait chargée de suivre l'évolution de problèmes comme le filtrage des contenus sur l'Internet ou les restrictions imposées à la liberté d'expression.

En tant que représentant du secteur privé, M. Barrett a déclaré que l'Internet était le support par excellence pour l'accès à l'information, les échanges commerciaux, les communications et surtout l'éducation et a souligné qu'il fallait que le processus décisionnel repose sur un savoir acquis par l'enseignement et la formation professionnelle.

L'ambassadeur Karklins a dit que le Sommet marquerait profondément notre vision du futur. Ce Sommet n'est pas en effet une réaction à un problème, a-t-il ajouté, mais plutôt à un enjeu, celui d'améliorer la vie de tous les habitants de la planète.

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2005 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2005-11-17