Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  
 SALLE DE PRESSE : FICHES ANALYTIQUES

 Sommet mondial et politiques


Le développement du cadre politique nécessaire pour l'ère numérique est encore embryonnaire. Un certain nombre de questions qui se posent à divers niveaux - cyberstratégies nationales, accès universel, gouvernance mondiale, promotion des échanges commerciaux, protection de la vie privée, liberté de l'information, droits de propriété intellectuelle, sécurité des réseaux - présentent une importance sociale et économique vitale pour toutes les nations, et pourtant ces questions sont encore à définir avec précision.

Alors qu'il s'agit d'adopter les premières mesures stratégiques en vue de développer un cadre général pour l'ère numérique, le Sommet mondial sur la société de l'information peut nous offrir une plate-forme extrêmement précieuse pour arrêter un certain nombre de principes de base propres à délimiter le débat politique, à l'échelle nationale comme à l'échelle internationale, afin de:

• définir à l'échelle des nations des cyberstratégies fondées sur une politique et une réglementation propices, liées aux plans économiques et reconnaissant l'importance du cybergouvernement et de la cybergouvernance;

• élaborer une "feuille de route" détaillée et réaliste pour la gouvernance mondiale de la société de l'information;

• remédier aux lacunes que présentent les cadres et les dispositifs qui, à l'échelle mondiale, font obstacle à la mise en oeuvre et à l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC);

• assurer un accès universel et économique aux TIC;

• promouvoir une large participation à la prise de décision et à la gouvernance concernant le domaine des TIC;

• faire en sorte que les cadres nationaux et internationaux définissent un équilibre judicieux entre les mesures de stimulation de l'innovation et de la créativité, en particulier lorsqu'il s'agit de donner des moyens d'agir au secteur privé à l'échelle locale;

• assurer la confidentialité et la sécurité des réseaux TIC tout en garantissant la liberté des flux d'information et de communication;

• définir un cadre propre à assurer la protection de la vie privée et la sécurité des réseaux, et à instaurer la confiance;

• promouvoir des médias ouverts et informatifs pour assurer la liberté d'expression et le débat dans de bonnes conditions;

• promouvoir la diversité des contenus et la diversité culturelle, et faciliter le partage des connaissances;

• promouvoir de nouveaux modèles de création et de diffusion de contenus locaux et d'applications de ces contenus, le principe de liberté d'expression étant reconnu comme absolument fondamental dans la société de l'information;

• fixer des objectifs concrets et atteignables pour l'accès et la connectivité dans les zones rurales, à l'échelle nationale et à l'échelle internationale, dans les établissements d'enseignement, les universités et les hôpitaux;

• mettre en valeur le capital humain par divers programmes - alphabétisation, éducation, formation, recherche-développement - dans le cadre d'alliances et de solutions innovantes;

• accorder la priorité aux TIC et aux médias dans les politiques d'aide au développement.

Le Sommet a atteint un accord commun pour réduire la farcture numérique, s'assurant qu’aucun pays ne saurait être laissé en marge de la révolution des TIC. Pour les nations du monde, il ne s'agit plus de savoir s'il faut investir dans les TIC, mais bien de répondre aux enjeux importants de cette révolution et d'en tirer le meilleur parti.

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2004 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2004-02-24