Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  
 SALLE DE PRESSE : PREMIÈRE PHASE, GENÈVE : PREPCOM-3 : FAITS SAILLANTS
 Mardi, 23 septembre 2003
 

La Conférence aux prises avec une complexité croissante

Le PrepCom-3 continue à travailler dans un esprit de coopération et de progrès, mais dans une structure toujours plus complexe. Les Groupes de la conférence sont désormais les suivants: Sous﷓Comité 2, groupe des "amis du Président du Sous-Comité 2" chargé d'harmoniser les travaux sur le projet de Plan d'action et Groupe de travail du Sous-Comité 2 chargé de mettre au point le projet de Déclaration de principes. De même que sept groupes ad hoc ont été établis pour travailler sur tel ou tel thème de la Déclaration, neuf nouveaux groupes ont été créés pour réfléchir à des points précis du Plan d'action. Ces points sont les suivants:

• Sécurité sur l'Internet
• Créer un environnement propice
• Identité/diversité culturelle
• Infrastructures
• Accès aux informations et aux connaissances
• Financement
• Applications TIC
• Médias/dimensions éthiques
• Renforcement des capacités

Harmoniser la Déclaration de principes et le Plan d'action est une tâche ardue, étant donné que chaque révision est décidée dans le cadre des différents groupes. Lorsque des membres de phrase sont modifiés, même légèrement, il convient de veiller à la cohérence à l'intérieur d'un même document et entre les deux documents. Il en va ainsi des expressions "informations à caractère public" et "normes ouvertes, interopérables, non discriminatoires et établies en fonction du marché".

Les groupes ad hoc rendront compte de leurs conclusions au Sous-Comité 2.

Les travaux sur le financement progressent

Les débats du groupe ad hoc sur le financement portent sur les façons de stimuler l'investissement et le financement pour aider à faire face au problème de la fracture numérique. Les avis divergent sur la question de savoir s'il convient d'utiliser les mécanismes de financement existant ou d'entreprendre d'en créer de nouveaux. Les pays en développement sont très favorables au projet de création d'un "Fonds de solidarité numérique". Certains se prononcent également en faveur du renforcement des activités complémentaires, y compris des travaux d'organismes internationaux tel que l'UIT en faveur de projets de développement précis. D'autres pays préféreraient que les travaux prévoient d'autres solutions telles que les investissements du secteur privé, les méthodes de coopération au niveau microéconomique et macroéconomique et la création de cyberstratégies sur le plan national.

Pour accélérer les négociations, le Président du groupe ad hoc a créé un sous-groupe de rédaction chargé de traiter les questions suivantes:

• Priorités (cyberstratégies et lutte contre la pauvreté)
• Mobilisation d'investissements au service du renforcement des infrastructures et des capacités (participation du secteur privé, partenariats public/privé)
• Aide publique au développement (aspects quantitatif et qualitatif)
• Mobilisation de nouvelles ressources

Les logiciels à code source ouvert et les droits de propriété intellectuelle au coeur du débat

Les débats ont été très animés concernant le rôle joué par les logiciels à code source ouvert et les droits de propriété intellectuelle pour promouvoir l'accès généralisé aux TIC. Néanmoins, les délégations ont uni leurs efforts pour arriver à des textes de compromis visant à donner satisfaction à toutes les parties. Même sur des points aussi épineux, les négociations avancent de manière satisfaisante.

Applications TIC en exergue

La section C7 du Projet de Plan d'action (Document DT/2) se subdivise en sept volets auxquels le groupe ad hoc spécialement désigné a consacré un examen approfondi; ces sept volets sont: 

• le cybergouvernement
• le commerce électronique
• la télésanté
• le télétravail
• la téléécologie
• la cyberagriculture, et
• la cyberscience.

Compte tenu du grand nombre d'applications extraordinaires susceptibles d'être mises au service de tous dans la société de l'information, la seule véritable difficulté est d'en maintenir les textes aussi concis que possible. Les domaines correspondants ayant donné lieu à des contributions fournies de la part d'observateurs et d'Etats Membres, le groupe a progressé en déterminant un nombre considérable de sujets d'accord.

Dispositions arrêtées par le Groupe sur le renforcement des capacités

"Chacun devrait avoir les compétences nécessaires pour tirer pleinement parti de la société de l'information. L'utilisation des TIC devrait promouvoir l'éducation, la formation et le développement des ressources humaines", ainsi commence la section du Projet de Plan d'action consacrée au renforcement des capacités. 

Moyennant un travail de mise au point et de révision de la part du groupe ad hoc sur le renforcement des capacités, le Projet de Plan d'action devrait fixer des objectifs tantôt précis, tantôt de portée plus générale. 

Des révisions qu'il a été proposé d'apporter au Plan visent à:

"Promouvoir le développement des compétences pour tous dans le domaine de l'informatique, par exemple en concevant et en dispensant des cours d'initiation à l'informatique aux fonctionnaires des administrations publiques, en tirant parti des installations existantes telles que bibliothèques, centres communautaires polyvalents, points d'accès publics et/ou en créant des centres de formation aux TIC au niveau local, en coopération avec toutes les parties prenantes. Une attention particulière devrait être accordée aux groupes défavorisés et vulnérables."

Les autorités chargées de l'éducation nationale devraient quant à elles "veiller à ce que les jeunes aient des connaissances et des compétences suffisantes pour utiliser les TIC, notamment la capacité d'analyser et de traiter l'information de façon créative et novatrice", ainsi que l'indique plus loin le Projet de Plan.

Des groupes d'observateurs et les représentants de certains Etats ont insisté pour que le rôle de la femme dans la société de l'information reçoive toute l'attention qu'il mérite; il est en conséquence proposé dans le Plan d'"évaluer les besoins afin de supprimer les barrières qui existent entre les hommes et les femmes dans le domaine de l'éducation aux TIC, et de mettre au point des programmes pour sensibiliser les décideurs à cette question. Des programmes d'intervention précoce dans les matières scientifiques et techniques devraient cibler les jeunes filles, l'objectif étant d'augmenter le nombre de femmes spécialisées dans les TIC."

Considéré lui aussi comme important dans la société de l'information, le rôle des volontaires est par ailleurs souligné, comme en témoigne la volonté de "mettre en oeuvre des programmes de volontaires visant à dispenser une formation aux TIC, en particulier dans les pays en développement". 


Document non officiel - Pour information seulement

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2004 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2004-12-10