Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  
  SALLE DE PRESSE : PREMIÈRE PHASE, GENÈVE : PREPCOM-1 : FAITS SAILLANTS
 vendredi, 5 juillet 2002

Discussions informelles

A son cinquième jour de réunion, le Comité de préparation du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) a travaillé de manière plus informelle et plus détendue que lors des journées précédentes. Au lieu de se rassembler pour poursuivre le débat sur le Règlement intérieur et les thèmes du Sommet, les participants se sont scindés en plusieurs groupes pour examiner les questions qui les préoccupaient le plus. Ces réunions informelles sont l'occasion pour tous les partenaires, qu'ils viennent de la société civile et de milieux d'affaires ou de l'ONU et de ses institutions spécialisées, d'identifier les synergies découlant de la première série de réunions préparatoires au Sommet.

Comme c'est le cas dans tout sommet international, chaque partenaire propose un ordre du jour et présente des questions précises qu'il souhaiterait voir traitées au plus haut niveau politique. Le SMSI ne fait pas exception à la règle. Quels que soient les problèmes d'ordre logistique qui risquent de se poser pour répondre aux besoins particuliers de chaque partenaire, tous les protagonistes, conscients de l'importance du Sommet, sont déterminés à ce que le SMSI ne soit pas freiné par des obstacles bureaucratiques.

En dépit de la complexité des thèmes et des questions liés au SMSI, les membres du Comité d'organisation du Sommet de haut niveau (HLSOC) ont décidé de collaborer avec le Secrétariat exécutif pour définir un programme qui devrait leur permettre de mieux coordonner leurs initiatives avec les mesures qui seront prises lors des conférences régionales à venir. Pour M. John Dryden, représentant de l'OCDE, il était indispensable de définir sans tarder l'enjeu et les thèmes généraux du SMSI afin d'orienter les débats des quatre conférences régionales sur les TIC qui seront organisées avant la prochaine réunion du Comité de préparation. Même si de nombreuses questions restent à traiter, cette réunion de haut niveau a toutefois permis à ses participants de se mettre d'accord sur la nécessité de clarifier la signification et les enjeux du SMSI.

Bâtir les fondations du Sommet

Au cours d'une réunion informelle durant laquelle ils ont examiné les documents de travail établis par le Sous-Comité 2, les Etats Membres ont exprimé leurs opinions sur les thèmes et les principes du SMSI. Tout comme la veille, les délégations ont formulé des propositions en vue de clarifier le contenu du Sommet, tout en s'efforçant de faire accepter le libellé des thèmes par tous les Etats Membres. Le représentant de l'Union européenne (UE) a insisté sur la nécessité d'organiser un sommet équilibré, dont les résultats devraient satisfaire tous les partenaires. "Le Comité de préparation et le Sommet devraient unir leurs efforts afin de mettre les avantages de la société de l'information à la portée de tous et devraient adopter une démarche équilibrée en ce qui concerne les questions d'infrastructures et de contenu, y compris en rapport avec la fracture numérique", a-t-il déclaré.

Les Etats Membres ont insisté sur la nécessité de mieux expliquer les termes généraux, tels que la gouvernance, la diversité culturelle et la fracture numérique. Le délégué du Canada a regretté que les documents de travail ne fassent pas suffisamment référence aux "individus/populations" et a souligné l'importance de la "communauté de personnes", incluant en particulier les femmes et les enfants. Souscrivant aux propos de son homologue canadien, le représentant de l'Egypte s'est déclaré favorable à l'inclusion du terme "individus/populations" dans le texte qui présente les principes régissant le SMSI. Le représentant de la Corée, pour qui il est nécessaire de définir plus clairement les avantages du SMSI, a estimé, quant à lui, qu'il fallait mieux expliquer l'utilité d'une telle démarche au niveau mondial en vue de l'édification de la société de l'information.

Cette réunion informelle, qui a permis aux Etats Membres, non seulement de développer la notion de diversité culturelle et de clarifier la signification de la gouvernance mondiale, mais aussi de réorganiser les thèmes, s'est avérée très utile pour définir la thématique du SMSI.

Un point de vue européen

La Commission économique des Nations Unies pour l'Europe, ainsi que le Gouvernement de la Roumanie, en collaboration avec l'équipe de l'UIT pour le SMSI, tiendront une conférence régionale de préparation au SMSI, du 7 au 9 novembre 2002 à Bucarest (Roumanie). Comme le montre la réunion informelle qui a rassemblé en ce jour des représentants des pays membres de la Commission économique, du secteur privé et de la société civile, il reste beaucoup à faire pour coordonner les activités liées aux TIC avant la prochaine réunion de préparation du SMSI prévue pour mars 2003. Cette conférence régionale permettra de présenter les stratégies de différents pays, les difficultés rencontrées et les succès remportés dans toute l'Europe, comme l'a souligné M. Dan Nica, Ministre des communications et des technologies de l'information de la Roumanie. Ce sera aussi l'occasion pour les participants de mieux comprendre les différents stades de l'évolution sur la voie de la transition vers la société de l'information. C'est en Europe que se tiendra la première conférence régionale sur les TIC et le développement. Au cours de la séance, le Comité a débattu des différents objectifs de la société de l'information, des initiatives et des stratégies, regroupés en trois grands thèmes propres au SMSI: la vision de la société de l'information, l'accès et les applications. Il est à noter que les participants ont discuté de la disponibilité et de la fourniture de services en ligne, de l'accessibilité à ces services et de l'allégement de la bureaucratie dans ce domaine.

S'exprimant au nom de la Chambre de commerce internationale, Mme Maria Cattaui a insisté sur les relations d'interdépendance entre la bonne santé du secteur commercial et son environnement technologique. Elle a en outre souligné qu'il était important d'établir et d'entretenir des relations entre les gouvernements, les particuliers et les entreprises pour que la société de l'information puisse prospérer à travers toute l'Europe. Elle a rappelé que le droit de la concurrence, le libre marché et le libre-échange, ainsi que les droits de propriété intellectuelle, étaient aussi des éléments essentiels de l'édification de la société de l'information.

Même s'il a reconnu l'utilité des tables rondes thématiques proposées pour le SMSI, le délégué de la Fédération de Russie a exprimé quelques préoccupations au sujet de la mise en place des infrastructures et de la création du contenu. Parallèlement, le représentant de la Lettonie a appelé à l'organisation d'une tribune dans le cadre de laquelle serait élaboré un modèle mondial de la société de l'information, tandis que les délégués du Danemark et de l'Irlande ont insisté sur la nécessité de créer un environnement stimulant pour tous les partenaires. Le délégué de l'Arménie, qui a souligné combien les partenariats étaient importants, a insisté sur le besoin d'en nouer de nouveaux, qui perdureraient au-delà du SMSI, et qui favoriseraient la poursuite de la collaboration en matière de TIC et de projets de développement.

Conclusion des débats

La dernière séance plénière du Comité de préparation s'est ouverte avec deux heures de retard. Le Président du Comité de préparation, M. Samassekou, a remercié les participants des efforts soutenus qu'ils ont fournis tout au long de la semaine et a souligné que le dialogue devait rester ouvert et ciblé sur la recherche d'un consensus, aux fins d'adoption des rapports finals. Même s'il leur reste encore à débattre de certains points, les Etats Membres sont parvenus à élaborer un cadre viable grâce auquel les participants aux futures réunions du Comité de préparation et au SMSI pourront aller de l'avant.


Le Comité a rapidement approuvé le rapport du Sous-Comité 1, qui comprend trois différents documents ayant trait au Règlement intérieur. Il a toutefois été difficile de parvenir à un consensus sur le rapport présenté par le Sous-Comité 2. L'Ambassadeur du Mexique, qui est aussi le Président du Sous-Comité 2, a appelé l'attention du Comité sur deux documents dont l'un porte sur les principes régissant le SMSI et l'autre est consacré aux thèmes du Sommet. Il a indiqué que le Sous‑Comité 2 avait effectivement adopté le premier document relatif aux principes, mais qu'il n'avait pas eu le temps d'aborder les nombreuses questions liées aux thèmes. Le Président du Comité, M. Samassekou, a invité les membres à s'exprimer brièvement sur ce point.

Le délégué du Brésil a rappelé, en ouvrant le débat, qu'il avait proposé de regrouper les deux documents, proposition qui avait été approuvée à la majorité des voix lors des débats du Sous‑Comité. Le représentant de l'Inde a rappelé la nécessité de disposer d'un document qui permettrait d'orienter les débats lors des conférences régionales et a exhorté les participants à entreprendre de recenser les synergies potentielles entre les conférences régionales à venir et les mesures prises par le Comité de préparation du SMSI.

Etant donné que le Sous-Comité 2 n'était pas parvenu à mettre au point les thèmes du SMSI, le représentant de l'Inde a proposé la tenue d'une réunion informelle avant la deuxième réunion du Comité de préparation. Partageant l'avis de son homologue indien, le délégué de la Suisse a suggéré d'organiser une réunion de deux à trois jours, à l'automne, afin de mettre définitivement ces thèmes au point. Tout en se déclarant favorable à la proposition formulée par les délégués de l'Inde et de la Suisse, le représentant des Etats-Unis a suggéré que la réunion se tienne en même temps qu'une autre réunion organisée à Genève afin de réduire les frais de voyage des délégations. Les représentants du Pakistan, de la Colombie et de la Fédération de Russie, entre autres, ont eux aussi appuyé la proposition formulée par les délégués de l'Inde et de la Suisse.

Enfin, il restait à fixer la date à laquelle se tiendrait la deuxième réunion du Comité de préparation. La période du 24 mars au 4 avril a été proposée dans un premier temps, mais le représentant du Danemark a rappelé que la Commission des droits de l'homme de l'ONU siégerait à ces mêmes dates. N'étant pas parvenu à fixer d'autres dates, le Comité a demandé au Secrétariat de lui proposer une solution. Tout en notant qu'il restait à résoudre certaines questions d'ordre institutionnel et logistique, le Président, M. Samassekou, a déclaré close la première réunion du Comité de préparation à 19 h 15.

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2004 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2004-12-10