Logo SMSI Sommet Mondial sur la Société de l'information
Nations Unies (ONU)  l'Union internationale des télécommunications  

 

 

 


  
 SALLE DE PRESSE DU SOMMET : COMMUNIQUÉS DE PRESSE 
 

 Le Secrétaire général de l'UIT ouvre le premier Sommet mondial sur la société de l'information


Il invite les responsables de la planète à mettre les avantages de la formation à la disposition de tous

Genève, 10 décembre — Secrétaire général de l'UIT et Secrétaire général du Sommet, Yoshio Utsumi a invité des personnalités à stature mondiale à partager les trésors des puissantes technologies de l'information et de la communication (TIC) avec les économies les plus pauvres, et à en façonner l'utilisation en vue d'un monde meilleur.

"Aujourd'hui, l'information est source de pouvoir et la route qui mène aux richesses. Dieu nous a donné le pouvoir de voir et d'entendre. Nos parents et nos professeurs nous ont enseigné à lire et à écrire et à utiliser l'information pour expliciter le monde dans lequel nous vivons. Maintenant, les technologies de l'information et de la communication suppriment, par leur puissance, les frontières du temps et de l'espace, qui longtemps nous ont tenu séparés les uns des autres", a-t-il déclaré à l'ouverture du Sommet mondial sur la société de l'information.

"Mais trop nombreux sont ceux qui dans le monde n'ont pas accès à l'information et aux outils qui le rendent possible. Tant que subsisteront les injustices de la fracture numérique, nous ne pourrons pas profiter des promesses du cyberespace, faute d'une conscience claire. Le Sommet est l'occasion unique d'élaborer une conception commune de la société de l'information naissante tout en nous attaquant aux problèmes d'aujourd'hui."

La quantité d'informations et de connaissances dont nous disposons toujours plus devraient servir un idéal plus noble, comme la paix, la démocratie et la liberté, a ajouté M. Utsumi.

Alors que 54 pays sont plus pauvres aujourd'hui qu'en 1990, les TIC ont un rôle capital à jouer en contribuant à créer un monde plus prospère.

Ces trois prochains jours, les représentants des Etats, d'universités, de la société civile, de l'industrie et des médias travailleront sans relâche à l'élaboration d'engagements de portée mondiale afin que les puissants outils d'aujourd'hui soient utilisés pour satisfaire des besoins à l'échelle mondiale comme l'illettrisme et la pauvreté.

Organisé sous le haut patronage du Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, le Sommet est coordonné par l'Union internationale des télécommunications, institution spécialisée des Nations Unies.

"Du commerce à la télémédecine, de l'enseignement à la protection de l'environnement, nous avons entre nos mains, à l'intérieur de nos ordinateurs et dans les cieux au dessus de nous la capacité d'améliorer le niveau de vie de millions et de millions d'êtres humains. Mais une société de l'information ouverte, libre de toute exclusion, profitant à tout un chacun, ne saurait voir le jour sans un engagement plein et entier, sans investissements. Nous nous en remettons à vous, aujourd'hui ici assemblés, pour réaliser ces actes de volonté politique", a déclaré de son côté M. Annan.

Les responsables politiques de plus de 175 pays participeront au Sommet, 10 — 12 décembre 2003, pour approuver une conception commune, exposée dans une Déclaration de principes, et pour s'engager à mettre en oeuvre un Plan d'action dans lequel seront posés des jalons en vue de faire de cette conception une réalité.

Un des objectifs est de connecter tous les villages, toutes les écoles, tous les hôpitaux et tous les édifices publics en TIC d'ici à 2015 et de faire en sorte que la moitié de la population mondiale ait à sa portée des TIC. Le plan précise le rôle et les responsabilités de toutes les parties prenantes, notamment du secteur public et du secteur privé.

Ces engagements, on l'espère, nous permettront de parvenir plus facilement aux objectifs arrêtés par les Chefs d'Etat à l'occasion du Sommet du Millénaire: lutter contre la pauvreté et la maladie, résoudre le problème des sans-abri, enrayer la dégradation de l'environnement et remédier à l'inégalité entre les genres.

La Déclaration reconnaît qu'il faut de toute urgence assurer l'accès universel aux TIC et étendre les infrastructures sur lesquelles ces technologies reposent. Elle rappelle également que des environnements propices sont essentiels pour élargir l'accès aux technologies et l'utilisation des technologies, et souligne que de gros efforts de renforcement des capacités sont nécessaires pour parvenir à l'accès universel. L'importance d'une large disponibilité d'applications à faible coût ainsi que du respect du multilinguisme, de la diversité et du principe d'adéquation culturelle des contenus est également soulignée.

Les délégués se sont accordés sur tous les points, y compris sur les droits de propriété intellectuelle, la gouvernance de l'Internet, le financement du développement des TIC, les droits de l'homme et la liberté d'expression, questions qui avaient suscité de vifs débats.

A l'ouverture du Sommet, plus de 12 000 délégués représentant tous les secteurs étaient accrédités. Cette semaine, environ 200 activités seront menées parallèlement par des organismes scientifiques, l'industrie, la société civile et les institutions d'assistance, l'objet étant d'illustrer la "fracture numérique", c'est-à-dire les disparités d'accès aux TIC entre les pays les plus riches et les pays les plus pauvres du monde au moyen de démonstrations de projets — et de nouer des partenariats pratiques.

Les orateurs qui ont pris la parole à la cérémonie d'ouverture du Sommet ont insisté sur le fait que le SMSI offre une occasion unique d'accélérer la dynamique des forces technologiques, réglementaires et économiques positives en présence et d'améliorer la qualité de vie des populations des pays qui jusqu'ici n'étaient pas connectés, et ils se sont félicités de ce que le SMSI se déroule sous le double signe de la coopération et du consensus.

Pour citer M. Utsumi, "pendant la dernière décennie, l'accès au réseau téléphonique (fixe et mobile) a été multiplié par trois. En particulier, le réseau mobile s'est étendu en moins de 20 années à un point tel qu'il couvre désormais plus de 1,25 milliard d'habitants de la planète". Ces chiffres donnent matière à espérer aux habitants du continent africain, puisque 97% d'entre eux n'ont accès à aucun moyen de télécommunication, quel qu'il soit. Mais s'il est vrai que la fracture numérique, considérée dans son ensemble, se réduit peu à peu, en ce qui concerne l'accès aux nouvelles technologies telles que le large bande et l'Internet mobile, la situation se dégrade encore.

Le SMSI a pour objet de combler ce fossé, de faire en sorte qu'aucune nouvelle fracture n'apparaisse, de faire en sorte aussi que les TIC soient mises au service d'objectifs supérieurs dans le monde entier, et d'instituer la confiance et la sécurité dans l'utilisation, aujourd'hui, des puissants outils que nous offrent les TIC.


A propos du SMSI:

Le Sommet mondial sur la société de l'information offre à tous les principaux décideurs une occasion exceptionnelle d'élaborer une optique et une interprétation communes de la société de l'information et de traiter l'ensemble des questions qui se posent dans ce domaine. Le SMSI réunira des chefs d'Etat, des chefs de secrétariat des institutions spécialisées des Nations Unies, des représentants des organisations non gouvernementales et des entités de la société civile, des dirigeants du secteur privé et des représentants des médias. Il s'agira d'élaborer une déclaration d'intention affirmant clairement une volonté politique et un plan d'action concret afin de donner forme à la future société de l'information et de faciliter l'accès de tous les pays, qui en ont un besoin urgent, aux technologies de l'information, de la transmission des connaissances et des communications aux fins du développement.

Le Sommet, dont la tenue a été approuvée par l'Assemblée générale des Nations Unies, sera organisé sous les auspices de Kofi Annan, Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, l'UIT — l'institution spécialisée des Nations Unies chargée des télécommunications — étant chargée d'en organiser la préparation. 

Le Sommet aura lieu en deux phases: Genève (10-12 décembre 2003) et Tunis (16-18 novembre 2005). (www.itu.int/wsis)

 

information de base | première phase: Genève | deuxième phase: Tunis | inventaire | salle de presse | liens

Début de page - Droit d'auteur © SMSI 2006 Tout droits réservés - Logo du SMSI
Confidentialité des informations
Mis à jour le 2003-12-22