Banner WTPF 2009

Tunisie
Allocution de M. Ali  Ghodbani, Président de l'Instance Nationale des Télécommunications  


Mesdames et Messieurs,

Permettez moi tout d’abord de remercier les autorités portugaises pour leur chaleureux accueil et la parfaite organisation de cet important événement qui est le quatrième en son genre depuis sa création par la conférence de plénipotentiaires (Kyoto 1994). Il se tient, pour la première fois, en dehors de la ville abritant le Siège de l’UIT, dans cette belle ville carrefour de civilisation : Lisbonne.

C’est un grand honneur pour moi, Mesdames Messieurs, de prendre la parole pendant cette importante rencontre internationale : Un espace de dialogue, de débat et de sensibilisation, ce forum qui offre une tribune sur des sujets d’intérêt universel dépassant le contexte strictement national des différents pays.

Mesdames et Messieurs,
Le monde des technologies de l’Information et de la communication offre une opportunité réelle pour le développement de nos sociétés.

Les nouvelles technologies peuvent être considérées, de plus en plus, par leur potentiel d’innovation, comme le moteur de changements couvrant des aspects souvent opposés, l’harmonie et le bouleversement. Elles interviennent dans de nombreux domaines de notre vie quotidienne, par leur dynamisme technologique et leur dimension universelle. Elles influent sur les structures sociales, l’activité économique et commerciale, l’éducation et plus généralement les mentalités.

Les nouvelles technologies recèlent, Mesdames et Messieurs, d’immenses possibilités pour permettre à chacun d’accéder plus facilement à l’information, à la culture, à l’éducation, à la santé, en un mot à l’Autre. Elles accélèrent de manière vertigineuse, la circulation de l’information sous ses différentes formes et les échanges entre les hommes.

L’usager final, de ce fait, a une appétit de plus en plus croissante pour un contenu riche, diversifié, de qualité, convivial et rapide d’accès ne pouvant être assuré que par un accès large bande multiservices indépendamment du support emprunté ou de la technologie utilisée.

Le développement du protocole IP a rendu le déploiement et l’exploitation des réseaux plus simples et plus faciles donc moins onéreux et ouvre, ainsi de nouvelles opportunités à la concurrence et partant à la réduction des tarifs et l’amélioration de la qualité de service. La convergence et les politiques liées à l’Internet ainsi que les réseaux de prochaine génération constituant les deux premiers thèmes de ce forum seront certainement développés sur leur différents aspects lors de nos débats.

L’UIT, dont je salue le dynamisme et les efforts continus, a reçu le mandat d’oeuvrer à la mise en application des conclusions du Sommet Mondial sur la Société de l’Information pour éviter la coexistence dans ce monde, de nantis et de démunis et pour que les TIC ne soient plus considérées, uniquement, en termes d’assistance fournie par les pays développés aux pays en développement et soient exploitées pour le bien être de l’humanité.

Les nouvelles technologies offrent en effet, une opportunité de développement et de croissance mais comme toute innovation majeure, l’avènement de ces technologies et leurs expansions rapides peuvent aussi, si l’on n’y prend garde avoir des risques d’une aggravation des disparités économiques et sociales, ou des multiplications de cyber menaces.

Des mécanismes et des initiatives existent fort heureusement pour éviter ces dérapages comme « Connecter l’Afrique » ou le débat engagé sur la cybersécurité lors du conseil 2008. Les deux thèmes du Forum couvrant les nouvelles questions en rapport avec les politiques des télécommunications et la réglementation, d’une part, et le règlement des télécommunications internationales d’autre part, offrent une occasion pour débattre de ces enjeux.

Plusieurs expériences réussies par des pays émergents et en développement peuvent donner l’exemple à d’autres pays et être mises à contribution pour une coopération réussie et bénéfique.

Mon pays, la Tunisie, grâce à une volonté politique affirmée, a pris, très tôt, conscience de ces mutations et ces opportunités et a engagé un vaste programme de développement du secteur basée sur une stratégie ambitieuse et volontariste intéressant toutes les contrées du pays et toutes les couches sociales.

Ce programme a couvert principalement :

  • l’instauration d’un cadre règlementaire adapté et évolutif,
  • l’encouragement de la concurrence par l’ouverture graduelle du marché,
  • la mise en place d’un plan de formation et de renforcement des capacités des ressources
    humaines,
  • l’encouragement de la recherche appliquée, l’innovation et la veille technologique,
  • la promotion du secteur privé dans les TIC et le développement du partenariat public
    privé.

Ceci a permis au secteur de contribuer de 10% au PIB national grâce à une croissance assurée de l’ordre de 18%.

Pour conclure, il est toujours utile de nous rappeler, Mesdames et Messieurs, que notre secteur est aujourd’hui, en pleine mutation technologique. Il nous appartient, de savoir accompagner ces tendances et apprécier ces incidences par une formation adéquate, une réglementation et une régulation adaptées et anticipatives.

Notre tâche évolue constamment, Mesdames et Messieurs ce qui la rend particulièrement passionnante.

Je vous remercie de votre attention.