Union Internationale des Télécommunications   UIT
عربي  |  中文  |  English  |  Español  |  Русский
 
 Recherche avancée Recherche avancée Plan du site Contactez-nous Copie Imprimable
 
Page d'accueil : Salle de presse
   

Dossier de presse (UIT-R)

La chasse aux satellites fictifs

Alors que la demande de services par satellite ne cesse d'augmenter, en particulier dans les pays en développement où le satellite constitue une solution efficace pour acheminer la radio, la télévision ou d'autres services vers de vastes zones où l'infrastructure terrestre est peu satisfaisante, le Bureau des radiocommunications de l'UIT ne ménage aucun effort pour optimiser la gestion des ressources du spectre et de l'orbite afin que la capacité satellitaire limitée soit partagée équitablement entre tous les pays.

Aujourd'hui, on utilise plus de 800 satellites géostationnaires pour offrir une gamme de services toujours plus large: radiodiffusion télévisuelle et sonore, prévisions météorologiques, surveillance de l'environnement, télésurveillance, communications en vol, liaisons satellite de données ou téléphoniques. Seule instance internationale chargée de la gestion des ressources du spectre et de l'orbite à l'échelle mondiale, le Bureau des radiocommunications de l'UIT doit approuver les positions orbitales proposées pour tous les nouveaux satellites afin de s'assurer qu'ils ne brouillent pas les systèmes et les services existants.

Pendant de nombreuses années, cette tâche a constitué un problème majeur, en raison des "satellites fictifs", autrement dit des systèmes à satellites qui n'existent pas, dont les dossiers s'empilaient en attente d'un examen par le BR, ce qui en fait bloquait le déploiement de services dont on avait grand besoin dans de nombreuses régions du monde. Puisque, en fait, il ne peut exister qu'une seule orbite pour les satellites géostationnaires, à environ 36 000 kilomètres au dessus de l'Equateur, il faut prévoir un certain espacement entre les satellites en orbite, ce qui signifie que le nombre de "créneaux" disponibles est limité. De ce fait, certaines administrations et certaines sociétés privées se sont inscrites et ont "réservé" des créneaux orbitaux de façon désordonnée dans le but de se prémunir contre une éventuelle pénurie ou d'empêcher des rivaux de les utiliser.

Conscients du fait qu'ils doivent assurer un accès équitable aux services hertziens, les membres de l'UIT ont fini par trouver une solution ingénieuse à ce problème avec l'instauration du système de recouvrement des coûts selon lequel les propriétaires de satellites remboursent le BR pour les travaux techniques longs et complexes que suppose la coordination des satellites sur l'orbite.

 

Comme l'a déclaré Valery Timofeev, le Directeur du Bureau des radiocommunications: "Le système a apporté une solution efficace au problème: en effet, les satellites fictifs ont été supprimés du Fichier de référence, l'arriéré concernant les systèmes en attente de coordination a été résorbé et les dépenses du BR ont été remboursées grâce à un modèle performant permettant de calculer les coûts à la charge de l'utilisateur, en place depuis de nombreuses années."

 

Ce fut une bonne nouvelle pour tous ceux qui mettent au point de nouvelles applications faisant appel au satellite, par exemple l'utilisation de l'Internet ou des téléphones mobiles à bord des avions ou bien encore les services évolués de surveillance du climat. Les Membres de l'UIT-R ont déjà donné le feu vert à la téléphonie par satellite et à l'Internet large bande à bord des avions et les fournisseurs de services se sont déjà mis sur les rangs pour commencer à offrir, plus tard cette année, des communications téléphoniques et des communications de données.

Au nombre des avancées récentes, il faut citer l'élargissement par la CMR-07 des attributions à titre primaire faites au service d'exploration de la Terre par satellite (SETS) afin d'encourager le développement des services scientifiques, par exemple les systèmes d'alerte avancée pour la prévision des catastrophes, les applications de météorologie et de suivi de l'évolution du changement climatique, ainsi que l'harmonisation des dispositions techniques et réglementaires applicables au service fixe par satellite (SFS) à 800 MHz afin d'élargir au maximum l'accès au spectre pour le SFS (communications, télévision et Internet).

 

Articles

ITU

ITU-R

ITU-T

ITU-D

 

 

Début de page -  Commentaires -  Contactez-nous -  Droits d'auteur © UIT 2009 Tous droits réservés
Contact pour cette page : Division des affaires extérieures et de la communication institutionelle
Mis à jour le 2009-09-29