Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Réseau mondial des femmes décideurs dans le secteur des TIC
Entretien avec Jasna Matić
Jasna Mati?
Photographe: © Serbia/MTIS
Jasna Matić,
Ministre serbe des télécommunications et de la société de l’information

Jasna Matić, Ministre serbe des télécommunications et de la société de l’information, est l’élément moteur du nouveau Réseau mondial des femmes décideurs dans le secteur des TIC. Mme Matić a commencé à promouvoir le Réseau lors de la Conférence de plénipotentiaires de l’UIT tenue à Guadalajara en octobre 2010. Convaincus, les délégués ont soutenu à une large majorité la création de ce Réseau, ainsi que «l’intégration du principe de l’égalité hommes/femmes à l’UIT, et l’autonomisation des femmes grâce aux technologies de l’information et de la communication», comme prévu dans la Résolution 70 (Rév. Guadalajara, 2010).

Mme Matić a lancé le Réseau à New York le 25 février 2011 en tandem avec Michelle Bachelet, Directrice exécutive d’ONU Femmes, lors de la 55e session de la Commission de la condition de la femme. Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l’UIT, était l’un des responsables internationaux à appuyer le lancement du nouveau Réseau mondial. Dans un message vidéo, M. Touré a déclaré que l’UIT s’était engagée à promouvoir les technologies de l’information et de la communication en tant qu’outils pour autonomiser les femmes et les jeunes filles, ainsi qu’à encourager un plus grand nombre de jeunes filles et de femmes à travailler dans ce secteur. «Le monde actuel compte quelque 850 millions de femmes de moins de 24 ans. Le secteur des TIC étant désormais celui qui crée le plus grand nombre d’emplois, il nous faut les compétences, l’enthousiasme, les idées novatrices de ces femmes».”

C’est le 11 mars que Mme Matić a annoncé la création du Réseau, à l’occasion d’un débat de haut niveau organisé à l’UIT pour commémorer le centième anniversaire de la Journée internationale des femmes. Les Nouvelles de l’UIT ont pu à cette occasion lui poser quelques questions sur le nouveau Réseau mondial: sa vision, sa mission, ses objectifs et ses projets.

Comment envisagez-vous ce nouveau Réseau?

Jasna Matić: Il s’agit d’instaurer l’égalité entre hommes et femmes et d’autonomiser les femmes grâce aux technologies de l’information et de la communication. Nous voudrions vraiment ouvrir le secteur aux femmes et aux jeunes filles du monde entier. Notre démarche sera double. D’une part, nous espérons que les femmes et les jeunes filles feront des études et se lanceront dans une carrière dans ce secteur passionnant et en plein essor. D’autre part, nous aimerions que les femmes et les jeunes filles du monde entier, en tant que consommatrices et utilisatrices, mettent à profit les avantages des technologies de l’information et de la communication pour améliorer leurs conditions de vie.

Quel est l’objectif du Réseau?

Jasna Matić: Sa mission primordiale consiste à sensibiliser les populations pour encourager les femmes et les jeunes filles à utiliser les technologies de l’information et de la communication et à faire carrière dans ce secteur. Nous tenons avant tout à créer un environnement porteur pour les femmes et les jeunes filles qui leur permettra de participer à part entière et de faire des technologies de l’information et de la communication un outil d’autonomisation et un moyen de progresser professionnellement.

Qui peut faire partie de ce Réseau?

Jasna Matić: Nous nous attendons à ce que les professionnelles des TIC adhèrent à notre Réseau. Jusqu’à présent, toutes les femmes ayant fait carrière dans les TIC que nous avons sollicitées ont manifesté leur vif enthousiasme. Nous prévoyons que les utilisatrices des TIC dans le monde — que ce soit au sein d’un ministère, d’un organisme public, d’un organisme indépendant de réglementation, d’une entreprise ou d’un établissement universitaire — exerceront des fonctions importantes au sein du Réseau. Nous espérons également que les femmes et les jeunes filles souhaitant faire carrière dans les TIC y adhèreront et profiteront des projets de mentorat et d’apprentissage par l’observation mis en place par le Réseau.

Le Réseau est de toute évidence ouvert aux femmes membres de l’UIT. Il est facile d’y adhérer; notre portail a été créé à New York le 25 février et il existe un formulaire en ligne succinct à remplir (l’adresse Internet est www.witnet.org).

Quelles sont les principales activités organisées par le Réseau?

Jasna Matić: Notre activité phare, inscrite dans la Résolution 70, est la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC. Nous nous attendons à ce que tous les pays membres de l’UIT déclarent chaque année le quatrième jeudi d’avril Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC et qu’ils célèbrent cette journée en encourageant les filles à faire des études et à envisager une carrière dans ce secteur. Cette année, cette Journée sera fêtée le 28 avril.

Parmi les autres activités, relevons nos projets de mentorat et d’apprentissage par l’observation (Projets du Réseau mondial des femmes décideurs dans le secteur des TIC), qui rassembleront des professionnelles confirmées et de jeunes talents. Des femmes ayant fait carrière dans les TIC guideront des jeunes femmes et jeunes filles pour leur montrer ce que peut être une carrière dans ce secteur, et ce qu’il faut faire pour réussir dans ce domaine aussi important qu’exigeant.

Si, au cours des quatre années à venir (autrement dit, entre l’adoption de la Résolution 70 et la prochaine Conférence de plénipotentiaires, qui va se tenir en 2014), vous pouviez atteindre trois objectifs grâce à ce Réseau, quels seraient-ils?

Jasna Matić: Nous aimerions que la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC devienne une manifestation internationale pour que les jeunes filles du monde entier comprennent bien qu’elles peuvent faire carrière dans ce secteur. Les filles seraient alors plus nombreuses à étudier les mathématiques, les sciences, les sciences de l’ingénieur et l’informatique dans le secondaire et au-delà. Nous voudrions également voir un plus grand nombre de femmes occuper des postes à responsabilité dans les secteur des TIC, c’est-à-dire exercer des fonctions de direction et de décision au sein des Etats, des entreprises et des universités.

image
photo: AFP
Tablette fonctionnant avec le système d’exploitation Android 2.2

Avez-vous déjà des projets spécifiques en Serbie pour autonomiser les jeunes femmes et les jeunes filles et pour multiplier leurs chances dans le secteur des TIC, en application de la Résolution 70?

Jasna Matić: En tandem avec l’Association des étudiants en informatique de l’une des universités serbes, nous avons aidé les filles à créer une section réservée aux étudiantes. Nous menons actuellement un certain nombre d’activités avec elles — tables rondes et débats, par exemple. Les projets de mentorat et d’apprentissage par l’observation mis en place en Serbie cette année seront principalement axés sur les jeunes filles.

Existe-t-il en Serbie des stratégies que vous pourriez partager avec les membres de l’UIT sur la manière de multiplier le nombre de femmes décideurs dans le domaine des TIC?

Jasna Matić: De concert avec l’Association des femmes chefs d’entreprise, nous avons un projet d’autonomisation des femmes dans le but de les faire accéder à des postes de direction. Cette association compte une section informatique et nous espérons, grâce au réseautage, que ce «club de filles» permettra d’obtenir des résultats analogues à ceux obtenus par les «réseaux d’anciens» depuis des années.

D’après votre propre expérience de Ministre, quels sont les principaux obstacles empêchant l’accès des femmes et des jeunes filles aux postes de décision dans le secteur des TIC; dans le même temps, quelles sont les principales chances qui leurs sont offertes?

Jasna Matić: Je pense que les principaux obstacles relèvent des mentalités: ce que la plupart des gens attendent des rôles traditionnels impartis aux hommes et aux femmes. Cette mentalité continue de dominer dans les familles et chez les enseignants.

Sur un mode plus optimiste, et dans un souci de relever également les chances qui se présentent, je suis convaincue que les technologies de l’information et de la communication sont particulièrement adaptées aux femmes du fait même de l’élément communication, qui vient, je le pense, plus naturellement aux femmes. Les femmes tendent à communiquer mieux, surtout au niveau mondial. Elles devraient donc se lancer dans le secteur des TIC; je suis convaincue que les femmes seront la force dominante de l’industrie mondiale des communications au cours des années à venir.

Comment les femmes peuvent-elles aider à améliorer l’équilibre entre hommes et femmes aux postes de direction?

Jasna Matić: Les femmes doivent faire exactement ce que font les hommes: faire leur publicité, s’entraider, mieux communiquer, créer leurs propres réseaux, aider leurs jeunes collègues et demander conseil à leurs consoeurs.

image
photo: Serbia/MTIS

Envisagez-vous un rôle spécifique pour les TIC dans la promotion des objectifs du Réseau?

Jasna Matić: Oui, bien évidemment! Les TIC sont à la fois l’objet et l’outil de ce Réseau. Celui-ci fonctionnera principalement en ligne, et nous nous attendons à ce que nombre de nos principaux projets soient eux aussi en ligne. On trouvera donc des modalités de mentorat et d’apprentissage par l’observation en ligne; l’ensemble des brochures et des kits pratiques sont disponibles en ligne. Les TIC seront à la fois le vecteur et l’objet de ce Réseau.

La Résolution 70 telle que révisée par la Conférence de Guadalajara est encore assez récente, et la Serbie sera vraisemblablement l’un des premiers pays à célébrer la première Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC, le jeudi 28 avril 2011. Qu’avez-vous prévu?

Jasna Matić: Nous organisons plusieurs activités. Les entreprises multinationales de TIC présentes en Serbie vont organiser une journée portes ouvertes pour les filles, collégiennes et étudiantes, pour qu’elles puissent se faire une idée de la manière dont les choses se passent. Le Ministère des télécommunications et de la société de l’information va aller au-devant des écoles dans le pays tout entier et, en tandem avec certains des exploitants de télécommunication, nous allons lancer un concours du meilleur «tweet» sur le rôle des TIC dans notre vie quotidienne. Les lauréates se rendront à Belgrade, passeront une journée au Ministère et visiteront le Musée des sciences techniques Nikola Tesla. Le soir, il y aura une manifestation en réseau à laquelle assisteront les lauréates et des professionnelles des TIC. La première heure et demie sera consacrée au mentorat (selon le principe des «rencontres éclair»), suivie de la partie célébration à proprement parler.

     

Mme Matić, vous avez beaucoup fait pour amener le dividende numérique en Serbie, notamment dans le cadre de la transition entre radiodiffusion analogique et radiodiffusion numérique. Pourriez-vous faire le point de la situation et nous dire si une date a été fixée pour l’achèvement du passage au tout numérique en Serbie?

Jasna Matić: Conformément à la stratégie adoptée par le Gouvernement serbe il y a maintenant près de deux ans, le passage au numérique a été fixé au 4 avril 2012, et la Serbie s’alignera alors sur les pays voisins. Nous avons retenu les normes les plus avancées pour la télévision numérique, à savoir MPEG4 et DVB-T2, et plusieurs pays ont suivi notre exemple. Nous avons commencé à mettre en oeuvre un programme financé par l’Union européenne qui va nous aider à acquérir les équipements nécessaires à la radiodiffusion numérique. Nous bénéficions également de l’assistance technique d’une équipe dirigée par des experts de la BBC, qui se trouvent sur le terrain depuis déjà deux mois et passeront plus d’un an avec nous. Nous sommes en train d’établir un plan détaillé nous permettant d’assurer la transition d’ici à la date fixée.

Que diriez-vous à une jeune fille qui vous demanderait conseil sur les carrières dans le secteur des TIC?

Jasna Matić: Je lui dirais que les TIC constituent effectivement une carrière formidable pour une femme. Souvent, on attendra d’elle des choses très différentes et il se pourrait, quand elle arrivera à une réunion, qu’on lui dise «Ah si tu viens traduire, assieds-toi là-bas au fond». Mais il faut que les filles réalisent leurs rêves et les TIC sont très certainement un domaine où les femmes peuvent utiliser leurs compétences et réussir. Alors, je lui dirai de ne jamais renoncer à ses rêves; ce conseil d’ordre général vaut pour tout objectif que l’on s’est fixé.

Comment envisagez-vous de faire participer les pouvoirs publics, les organisations internationales, le secteur privé et les particuliers pour promouvoir le Réseau?

Jasna Matić: Nous pouvons d’ores et déjà compter sur un certain nombre de Ministres et de Ministres adjoints qui tiennent particulièrement à participer, ainsi que des organisations internationales. J’imagine que les entreprises privées vont se rallier au projet. Dans la lutte au plan mondial pour recruter les meilleurs, les entreprises et les pouvoirs publics, ainsi que les organisations internationales, tiennent absolument à recruter des compétences aussi diverses que possible. Nous espérons donc les faire participer à toutes nos activités. Certains se sont déjà proposés pour financer nos activités et tous — sans exception — ont dit vouloir y participer. Les kits pratiques disponibles sur le portail — celui sur la Journée des jeunes filles dans le secteur des TIC, ainsi que ceux sur le mentorat et l’apprentissage par l’observation — s’accompagnent donc de diverses activités adaptées à divers niveaux de ressources. Nous espérons que toutes les parties internationales pourront y trouver quelque chose qui leur convient.

Et pour conclure?

Jasna Matić: J’apprécie énormément l’appui offert par l’UIT, non seulement par le Secrétaire général lui-même, mais aussi par toutes les femmes extraordinaires qui ont travaillé avec nous. Je m’attends à une excellente coopération avec le Bureau de développement des télécommunications de l’UIT et son nouveau Directeur, Brahima Sanou. Forte de mon expérience, j’attends également énormément de la part d’ONU Femmes et de Madame Bachelet elle-même, qui a dit vouloir travailler de concert avec nous et qui jusqu’à présent nous a donné son appui sans réserve.

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées