Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский
                     

Colloque mondial des régulateurs
La concurrence peut-elle reproduire pour le haut débit le «miracle des communications mobiles»?
Hamadoun I. Touré
Photographe: ITU/V. Martin
Hamadoun I. Touré
Secrétaire général de l'UIT
image
Photographe: AFP/Image Source
 

Les événements organisés par l’UIT à Dakar portaient sur le thème «Faciliter le monde numérique de demain». Le GSR- 10 a été l’occasion d’examiner comment les régulateurs pouvaient stimuler le déploiement du haut débit à l’échelle d’un pays grâce à des réglementations évolutives et ciblées et une réflexion qui sort des sentiers battus. Pour que les marchés se développent, les régulateurs doivent suivre le rythme de la convergence et de l’intégration des réseaux ubiquitaires, en adaptant la structure et le mandat des institutions, en adoptant des pratiques d’excellence à la pointe du progrès et en utilisant de nouveaux outils, notamment des mécanismes novateurs de règlement des différends, ont souligné les participants.

Lors de son intervention à la cérémonie d’ouverture, Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l’UIT, a vivement encouragé les régulateurs du secteur des TIC du monde entier à faire pour l’Internet et le haut débit ce qu’ils avaient accompli avec tant de succès pour les communications mobiles. Deux choses doivent changer pour que le monde en ligne devienne une ressource ubiquitaire pour tous les Africains, a souligné M. Touré: «Premièrement, les Etats doivent placer le haut débit en tête de leurs priorité de développement. Deuxièmement, nous devons faire en sorte que l’accès à l’internet — et tout particulièrement au haut débit — soit beaucoup plus abordable. Sur ce point, le GSR peut jouer un rôle important. L’accessibilité économique est considérablement améliorée lorsqu’une dynamique concurrentielle est créée et qu’il existe des mesures incitatives claires pour renforcer les capacités.»

Remerciant le Président Abdoulaye Wade et les autorités sénégalaises pour l’organisation de la manifestation, M. Touré a rappelé les grandes mesures mises en oeuvre par le Président au Sénégal et dans le reste de l’Afrique pour réduire la fracture numérique et mettre les avantages offerts par les TIC à la portée de tous. Il a rappelé aux participants que le Président Wade était un visionnaire, qui avait beaucoup contribué au succès du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) grâce à son excellente initiative de création du Fonds de solidarité numérique. L’UIT avait été très honoré de décerner au Président Wade le tout premier Prix de la société mondiale de l’information, à Genève, le 17 mai 2006.

        
Sami Al Basheer Al Morshid
Photographe: ITU/V. Martin
Sami Al Basheer Al Morshid
Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT

Sami Al Basheer Al Morshid, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT, a souligné que depuis le premier GSR en 2000, la manifestation a constamment gagné en popularité. «Je me réjouis d’avoir participé à la réussite de cet événement, tout d’abord en tant que régulateur national, puis, ces quatre dernières années, comme directeur du BDT. C’est un grand plaisir pour moi d’avoir pu, à ce titre, organiser le GSR en Afrique subsaharienne pour la première fois dans l’histoire de cette manifestation», a-t-il déclaré.

M. Al Basheer a expliqué que, grâce aux efforts des 156 régulateurs du secteur des TIC que compte le monde aujourd’hui, l’accès aux services Internet est ouvert à la concurrence dans 93% des marchés et que, dans plus de 66%, l’offre de services de base sur un mode concurrentiel est maintenant la norme. Le secteur des TIC connaît depuis plusieurs années une croissance exceptionnelle, atteignant d’après les estimations quelque 5,3 milliards d’abonnements à la téléphonie mobile dans le monde, dont 940 millions à des services 3G fin 2010.

En dressant ce bilan, M. Al Basheer a expliqué que les régulateurs ont joué un rôle de premier plan en créant les conditions nécessaires à cette évolution et en favorisant l’innovation et l’investissement. Cela étant, il leur faut maintenant réorienter leurs priorités. «Nous devons non seulement créer les conditions favorables à l’investissement, maintenir ces conditions et favoriser la croissance du marché, mais aussi veiller à l’inclusion numérique effective pour tous. Au-delà des progrès réalisés dans la téléphonie mobile et l’Internet, il importe de s’employer tout particulièrement à soutenir l’offre d’infrastructures et de services dans les régions rurales et les zones mal desservies», a ajouté M. Al Basheer.

Prise en compte du point de vue de l’industrie

Deux séries de recommandations du Forum mondial des chefs d’entreprise du secteur des TIC, la première sur le thème «Réunir les conditions pour un avenir hertzien» et la seconde intitulée «Créer un environnement politique et réglementaire peu contraignant» ont également alimenté les débats du GSR-10. Mahfoudh Ould Brahim, Directeur général adjoint de l’opérateur mobile Expresso (Sénégal), qui présidait le Forum, a présenté ces recommandations ainsi qu’un rapport (voir le compte rendu).

Associations régionales de réglementation

Les participants du GSR-10 ont également pu écouter le compte rendu de la réunion des associations régionales de réglementation, tenue à Dakar le 9 novembre. Cette réunion a été l’occasion d’échanger des données d’expérience et d’examiner en priorité les façons de poursuivre la coopération intrarégionale, l’état des lieux de l’harmonisation des réglementations et les difficultés qui se posent, les expériences régionales en matière d’itinérance mobile à l’échelle internationale ainsi que le passage de la télévision analogique à la télévision numérique. Le rapport a été présenté par Alagi B. Gaye, Directeur général de la Public Utilities Regulatory Authority de Gambie et Vice- Président de l’Assemblée des régulateurs des télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO), qui présidait la réunion des associations régionales de réglementation.

Sessions interactives et ateliers*

Huit sessions interactives ont été organisées pendant le GSR-10 sur les thèmes suivants: Construire dès aujourd’hui le monde numérique de demain: incidences du large bande sur l’économie; La réglementation du XXIe siècle; Le spectre en transition: le dividende numérique; Règlement des différends dans le secteur des TIC; Les TIC et les changements climatiques: quel rôle pour les régulateurs?; Lutte contre les cybermenaces; Vivre la société de l’information; Mesurer l’efficacité de la réglementation. Venant enrichir le débat, des documents de travail portant sur ces différents sujets ont été élaborés en vue de la réunion internationale.

Outre ces sessions, deux ateliers ont été organisés sur les thèmes «Connecter une école, connecter une communauté » et «Programmes nationaux de connectivité dans les écoles», dans le cadre de projets nationaux et de l’initiative phare de l’UIT «Connecter une école, connecter une communauté». Une session finale s’est intéressée à «La voie à suivre».

1Lancement de l’édition du 10e anniversaire du Manuel sur la réglementation des télécommunications

A l’occasion du GSR-10 a été lancée l’édition spéciale du 10e anniversaire du Manuel sur la réglementation des télécommunications, qui a été élaborée conjointement par le Bureau de développement des télécommunications de l’UIT et l'infoDev (Banque mondiale). Venant compléter le Kit d’aide en ligne sur la réglementation des TIC, ce manuel fournit aux régulateurs une base solide sur laquelle développer des stratégies nationales pour stimuler la croissance des économies numériques.

 


* Le Rapport du président du GSR-10 offre un résumé détaillé de l’ensemble des sessions et des ateliers (disponible à l’adresse:
www.itu.int/ITUD/treg/Events/Seminars/GSR/GSR10/documents/GSRChairman_report.pdf).

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées