Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Colloque mondial des régulateurs
L’appel du Président sénégalais, Abdoulaye Wade, à l’ouverture du Colloque mondial des régulateurs de l’UIT: «Des ordinateurs pour tous, le numérique pour tous»
Président sénégalais, Abdoulaye Wade
Photographe: ITU/V. Martin
Président sénégalais, Abdoulaye Wade

Un accueil chaleureux réservé au Sénégal

Dans le monde du haut débit, «une nouvelle échelle de réglementation» est aujourd’hui nécessaire pour trouver un juste équilibre entre concurrence dans le domaine des services et concurrence dans le domaine des infrastructures. Il s’agit notamment de garantir un accès équitable et non discriminatoire aux réseaux et de lever les obstacles qui pourraient empêcher les utilisateurs de profiter pleinement des avantages d’un monde numérique de plus en plus déterminé par la vitesse, l’accès ubiquitaire et une tarification abordable.

C’est l’une des conclusions du 10e Colloque mondial des régulateurs (GSR-10), organisé par le Bureau de développement des télécommunications de l’UIT (BDT), en collaboration avec l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) du Sénégal. Le colloque a attiré 437 participants, parmi lesquels des régulateurs, des décideurs et des prestataires de services de 81 pays.

Tenus à Dakar sous les auspices du Président sénégalais Abdoulaye Wade, le Forum mondial des chefs d’entreprise du secteur des TIC (9 novembre) et le Colloque mondial des régulateurs (10–12 novembre) ont offert aux participants une plate-forme mondiale de premier plan pour confronter les expériences, parvenir à des consensus et définir des approches communes pour faire face aux marchés de plus en plus complexes des technologies de l’information et de la communication (TIC). Les réunions ont notamment porté sur l’évolution constante du marché hertzien et mobile, sur l’incidence du haut débit sur le secteur des TIC, mais aussi au-delà de ce secteur, sur le passage de la télévision analogique à la télévision numérique et sur l’attribution du «dividende numérique», gamme des ultra hautes fréquences (bande des 470–862 MHz) potentiellement libérée par cette transition.

A la cérémonie d’ouverture du colloque qu’il présidait, le Président Wade a souligné que chacun devrait pouvoir profiter des avantages apportés par le dividende, même ceux qui ne sont pas conscients du passage à l’économie numérique. Le Sénégal, a-t-il ajouté, est très satisfait des réalisations de l’UIT et du soutien que l’Organisation apporte aux pays en développement pour progresser dans l’édification de la société de l’information et du monde numérique. Il a précisé qu’il ne ménagerait pas ses efforts pour aider l’UIT dans son action et contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement définis par les Nations Unies. Il a félicité Hamadoun I. Touré pour sa réélection au poste de Secrétaire général de l’UIT, Sami Al Basheer Al Morshid, Directeur sortant du BDT, pour sa contribution au développement du secteur des TIC et Brahima Sanou pour son élection au poste de Directeur du BDT.

Le Président Wade a demandé à toutes les parties prenantes (gouvernements, décideurs, régulateurs et secteur privé) de concentrer leurs efforts sur un seul et simple défi: des ordinateurs pour tous, le numérique pour tous. Le monde apparaît plus que jamais divisé en deux camps: ceux qui communiquent et ceux qui ne communiquent pas. Fort heureusement, a-t-il expliqué, l’Internet nous permet aujourd’hui de combler ce fossé numérique, les ordinateurs constituant le moyen d’accéder au domaine le plus totalement démocratique qui soit. Mais la révolution numérique ne doit laisser personne sur le bord de la route, a ajouté le Président. Pour être mieux équilibrée et plus harmonieuse, une société fondée sur l’information doit reposer sur un accès généralisé aux ordinateurs, de sorte que les pays accusant aujourd’hui un retard dans ce domaine ne soient pas définitivement exclus. L’Afrique, en particulier, s’emploie ardemment à équiper ses populations avec les technologies modernes.

Des initiatives nationales pour combler le fossé numérique

Le Président Wade a mis en avant certaines initiatives nationales prises par le Sénégal pour combler le fossé numérique, dont la dernière en date, le projet «cybercases ». Ces cybercases joueront le rôle de centres de télécommunication et de formation pour les villageois et la jeunesse. Equipées d’ordinateurs et d’un accès à l’Internet, elles permettront aux populations, dans tout le pays, de regarder la télévision et de communiquer par vidéotéléphonie avec le monde entier. Une cybercase pilote est déjà en service dans la ville de Poponguine, région de Thiés, et des ressources budgétaires ont été allouées pour l’installation de 130 cybercases supplémentaires sur l’ensemble du territoire sénégalais, l’objectif à terme étant d’en installer 350. Le programme prévoit la formation, par chaque cybercase, de quelque 500 jeunes par an, dans des domaines aussi divers que l’agriculture et l’électronique.

Le Président Wade a ensuite annoncé l’installation au Sénégal d’une usine qui devrait produire 400 000 ordinateurs par an. Insistant sur la nécessité d’équiper les Africains d’ordinateurs et de connecter l’Afrique au reste du monde, il a souligné que parler de connectivité alors que les gens n’ont pas d’ordinateurs, c’est prêcher dans l’air. Il a en outre fait valoir que l’ordinateur est le moyen le plus rapide d’accéder au savoir. Ce projet de production d’ordinateurs imprimera un élan au programme lancé par le Président dans son pays sous le slogan «un ordinateur pour chaque élève, un ordinateur pour chaque enseignant».

        
Ndongo Dia
Ndongo Diao
Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes du Sénégal et Président du GSR-10

Le dessein du Président Wade est de créer un système intégré, où les ordinateurs sont omniprésents et à disposition de chaque élève pendant toute sa scolarité, de la maternelle à l’université. Il a commencé à mettre en oeuvre ce projet en lançant la Case des tout-petits, peu après son élection à la tête du pays. Ce programme de niveau local permet d’initier de jeunes enfants (de 2 à 6 ans) à l’utilisation de jouets modernes, notamment des jeux sur ordinateur. Rompue aux toutes dernières technologies, la génération de la Case des tout-petits aura devant elle un meilleur avenir. Les parents et la collectivité aussi sont éduqués et formés à la Case des tout-petits. Cette initiative n’est qu’un exemple parmi d’autres des activités entreprises par le Sénégal pour intégrer les TIC dans son système éducatif.

Par ailleurs, au titre du Fonds de solidarité numérique, dont le Président Wade est un précurseur, une entreprise française, le Groupe AXA, a offert au Sénégal 30 000 ordinateurs à reconditionner.

Le Sénégal a mis en place un comité national pour accélérer le passage de la télévision analogique à la télévision numérique en vue de respecter l’objectif de 2015 fixé par l’UIT dans un plan pour la radiodiffusion numérique, qui couvre quelque 116 pays (pour l’essentiel en Afrique et en Europe). Le Président Wade a demandé aux régulateurs de fournir l’environnement adéquat en vue des investissements à faire et a vivement encouragé le secteur privé à continuer d’investir dans le secteur des TIC en Afrique. Les régulateurs doivent certes relever de multiples défis, mais il est une question qui doit être pour eux une priorité: comment protéger les données à caractère personnel dans le monde numérique?

Ndongo Diao, Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes du Sénégal et Président du GSR-10, a fait remarquer que le Président Wade, qui a fondé cette agence ainsi que le Fonds de développement dédié au service universel, avait déjà habitué l’Afrique aux rouages de l’«économie du savoir», dont les réseaux de communication électronique constituent l’infrastructure fondamentale. Le Président Wade avait alors montré, avec audace et fermeté, qu’il voulait accélérer la reprise économique en Afrique, ce qui l’a amené à lancer, avec d’autres leaders africains, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

«Le Sénégal, sous le leadership de son Président, Maître Abdoulaye Wade, Coordonnateur du volet TIC du NEPAD, est très heureux d’organiser, en collaboration avec l’UIT, cet événement mondial majeur, qui réunit tous les organes de régulation et tous les décideurs du secteur des TIC et des télécommunications», a déclaré M. Diao en accueillant les participants. Cette réunion mondiale doit contribuer à la réduction de la fracture numérique en définissant l’orientation et le périmètre futurs de la régulation, a-t-il appelé de ses voeux.

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées