Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Les décisions phares de Guadalajara
Cybersécurité
 
image
Photographe: Shutterstock
 

Définitions et termes relatifs à l'instauration de la confiance et de la sécurité dans l'utilisation des technologies de l'information et de la communication

Résolution 181 (nouvelle)

Par l'intermédiaire de cette nouvelle résolution, la conférence a approuvé la définition de la cybersécurité présentée comme suit dans la Recommandation UIT–T X.1205:

«On entend par cybersécurité l'ensemble des outils, politiques, concepts de sécurité, mécanismes de sécurité, lignes directrices, méthodes de gestion des risques, actions, formations, bonnes pratiques, garanties et technologies qui peuvent être utilisés pour protéger le cyberenvironnement et les actifs des organisations et des utilisateurs. Les actifs des organisations et des utilisateurs comprennent les dispositifs informatiques connectés, le personnel, l'infrastructure, les applications, les services, les systèmes de télécommunication, et la totalité des informations transmises et/ou stockées dans le cyberenvironnement. La cybersécurité cherche à garantir que les propriétés de sécurité des actifs des organisations et des utilisateurs sont assurées et maintenues par rapport aux risques affectant la sécurité dans le cyberenvironnement. Les objectifs généraux en matière de sécurité sont les suivants:

  • Disponibilité;

  • Intégrité, qui peut englober l'authenticité et la non-répudiation;

  • Confidentialité.»

Désormais, cette définition sera employée dans les activités de l'UIT relatives à l'instauration de la confiance et de la sécurité dans l'utilisation des TIC.

Le Secrétaire général est chargé de porter cette résolution à l'attention des organisations internationales et des autres entités concernées s'occupant de la sécurité des télécommunications/TIC pour qu'elles l'examinent et lui donnent la suite voulue, selon qu'il conviendra. Le Directeur du TSB est chargé de faire rapport au Conseil sur toute recommandation nouvelle ou révisée adoptée par l'UIT–T concernant les termes ou les définitions relatifs à la cybersécurité ou ayant une incidence sur ces termes et définitions, ou sur d'autres définitions pertinentes concernant la confiance et la sécurité dans l'utilisation des TIC.

Renforcement du rôle de l'UIT dans l'instauration de la confiance et de la sécurité dans l'utilisation des technologies de l'information et de la communication

Résolution 130 (Rév. Guadalajara, 2010)

Cette résolution mise à jour fait à différentes reprises référence à des décisions récentes prises par d'autres organes de l'UIT ainsi qu'à des initiatives plus récentes, comme le Programme mondial cybersécurité. Aux termes de cette résolution, l'UIT devrait continuer d'accorder à ces travaux un rang de priorité élevé, conformément à ses compétences et à ses connaissances spécialisées. La résolution ainsi mise à jour définit certains domaines qui sont considérés comme «questions relevant de la compétence nationale». Aux termes de cette résolution, «l'UIT doit consacrer essentiellement des ressources et des programmes aux domaines de la cybersécurité qui correspondent à son mandat de base et à ses connaissances spécialisées, notamment le domaine technique et celui du développement, et à l'exclusion de ceux qui concernent l'application par les Etats Membres de principes juridiques ou politiques se rapportant à la défense et à la sécurité nationale, à la cybercriminalité et aux contenus, qui relèvent de leurs droits souverains». Toutefois, ainsi qu'il est souligné plus loin dans la résolution, cela n'empêche pas l'UIT de s'acquitter de son mandat qui consiste à élaborer des recommandations techniques destinées à réduire les vulnérabilités de l'infrastructure des TIC, ni de fournir toute l'assistance qui a été décidée à la Conférence mondiale de développement des télécommunications réunie à Hyderabad (Inde), en juin 2010 (CMDT-10).

D'ailleurs, l'une des décisions de la CMDT-10 a été que l'UIT devait aider les Etats Membres, en particulier les pays en développement, à élaborer des mesures juridiques appropriées et réalisables en matière de protection contre les cybermenaces. Cette résolution révisée charge le Directeur du BDT d'élaborer, conformément aux résultats de la CMDT-10, un projet visant à renforcer la coopération dans le domaine de la cybersécurité et à lutter contre le spam, pour répondre aux besoins des pays en développement, en collaboration étroite avec les partenaires concernés.

Elle charge le Directeur du Bureau de la normalisation des télécommunications d'intensifier les travaux menés au sein des commissions d'études existantes de l'UIT–T pour faire face aux menaces et aux vulnérabilités existantes ou futures qui nuisent aux efforts visant à instaurer la confiance et la sécurité dans l'utilisation des TIC et de faciliter la mise en oeuvre des projets issus des résultats de l'AMNT-08, en particulier de la Résolution 50 (Rév. Johannesburg, 2008), relative à la cybersécurité, et de la Résolution 52 (Rév. Johannesburg, 2008), relative à la lutte et au combat contre le spam. Le Directeur du TSB devrait poursuivre la collaboration avec les organisations compétentes afin d'échanger des bonnes pratiques et de diffuser des informations, par exemple dans le cadre d'ateliers et de séances de formation en commun et, sur invitation, de contributions écrites.

Aux termes de cette résolution, le Secrétaire général et les Directeurs des Bureaux sont chargés de continuer à examiner les travaux effectués par les trois Secteurs et par d'autres organisations compétentes dans le cadre du Programme mondial cybersécurité de l'UIT, ainsi que d'autres initiatives visant à remédier aux menaces existantes et futures. Sur la base de cet examen, le Secrétaire général proposera au Conseil un plan d'action visant à renforcer le rôle de l'UIT dans l'instauration de la confiance et de la sécurité dans l'utilisation des TIC.

Enfin, cette résolution invite les Etats Membres, les Membres de Secteur et les Associés à promouvoir l'élaboration de programmes d'enseignement et de formation pour sensibiliser davantage les utilisateurs aux risques dans le cyberespace.

Rôle de l'UIT dans la protection en ligne des enfants

Résolution 179 (nouvelle)

En réponse aux inquiétudes quant à la meilleure façon de protéger les enfants et les jeunes en ligne, cette nouvelle résolution cherche à définir le mandat des travaux et des activités de l'UIT dans ce domaine.

Elle encourage l'UIT à poursuivre son initiative pour la Protection en ligne des enfants (COP) comme moyen de sensibilisation et d'éducation face aux dangers du cyberespace. Elle prie le Conseil de l'UIT de maintenir son Groupe de travail sur la protection en ligne des enfants. Elle encourage le Secrétaire général à coordonner les activités menées par l'UIT avec d'autres initiatives analogues prises aux niveaux national, régional et international, ainsi qu'à porter cette résolution à l'attention du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, afin de renforcer l'engagement pris par le système des Nations Unies en faveur de la protection en ligne des enfants.

Rôle de l'UIT concernant les questions de politiques publiques internationales ayant trait aux risques d'utilisation des technologies de l'information et de la communication à des fins illicites

Résolution 174 (nouvelle)

L'utilisation des technologies de l'information et de la communication à des fins illicites pourrait avoir des conséquences préjudiciables sur les infrastructures, la sécurité nationale et le développement économique d'un pays. Cette nouvelle résolution intitulée «Rôle de l'UIT concernant les questions de politiques publiques internationales ayant trait aux risques d'utilisation des technologies de l'information et de la communication à des fins illicites» appelle à la prise de mesures pour restreindre ce type d'utilisation. Elle charge le Secrétaire général de sensibiliser davantage les Etats Membres aux incidences négatives que peut avoir l'utilisation des ressources de l'information et de la communication à des fins illicites. Le Secrétaire général devrait en outre prendre les mesures nécessaires pour maintenir le rôle de l'UIT consistant à coopérer, dans le cadre de son mandat, avec d'autres organismes des Nations Unies, à la lutte contre l'utilisation des TIC à des fins illicites.

A cet égard, la résolution souligne l'importance des résultats du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), en particulier le rôle de l'UIT en tant que modérateur pour la mise en oeuvre de la grande orientation C5 du SMSI («Etablir la confiance et la sécurité dans l'utilisation des TIC»). Elle rappelle qu'aux termes de cette grande orientation C5, «En coopération avec le secteur privé, les pouvoirs publics devraient prévenir et détecter la cybercriminalité et l'utilisation abusive des TIC et y remédier: en élaborant des lignes directrices qui tiennent compte des efforts en cours dans ces domaines; en envisageant une législation qui autorise des investigations efficaces et des poursuites en cas d'utilisation illicite; en encourageant les efforts d'assistance mutuelle; en renforçant l'appui institutionnel sur le plan international afin de prévenir et de détecter de tels incidents et d'y remédier; et en encourageant l'éducation et la sensibilisation».

Dans cette nouvelle résolution, il est en outre demandé à l'UIT, en sa qualité de coordonnateur pour la grande orientation C5 du SMSI, d'organiser des réunions des Etats Membres et des parties prenantes concernées du secteur des TIC, y compris les fournisseurs de services géospatiaux et d'information, afin d'examiner des solutions pour faire face à l'utilisation des TIC à des fins illicites et de prévenir cette utilisation, tout en prenant en considération l'intérêt général du secteur des TIC.

L'UIT va aussi recueillir des bonnes pratiques en ce qui concerne les mesures prises par les Etats Membres pour empêcher l'utilisation des TIC à des fins illicites.

Les Etats Membres et les parties prenantes concernées du secteur des TIC sont invités à poursuivre leur dialogue aux niveaux régional et national, en vue de trouver des solutions au problème de l'utilisation des TIC à des fins illicites.

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2018
Deni de responsabilité - Protection des données privées