Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Le Président du Mexique, Felipe Calderón Hinojosa, donne le ton à la Conférence de plénipotentiaires
OEuvrer sans répit pour combler la fracture numérique
Felipe Calderón Hinojosa
Photographe: AFP/Notimex
Le Président du Mexique,
Felipe Calderón Hinojosa

Guadalajara: la Silicon Valley du Mexique

L'Etat de Jalisco compte de nombreux sites de toute beauté: depuis celui de Los Altos, inscrit sur la liste du Patrimoine mondial, avec ses terres hautes et ses belles plantations d'agaves, jusqu'à Puerto Vallarta, sans oublier la région de Tequila. Guadalajara — deuxième ville du Mexique et capitale de l'Etat de Jalisco — est une ville réputée pour sa richesse culturelle, qu'il s'agisse d'histoire, de traditions, ou d'architecture. L'industrie de haute technologie de Guadalajara, avec ses taux élevés de production de composants et d'articles électroniques, dont les téléphones mobiles, a valu à la ville le surnom de «Silicon Valley» du Mexique.

Le Président Calderón a réservé un accueil chaleureux aux délégués de toutes les régions du monde et leur a souhaité «de profiter pleinement de notre belle ville de Guadalajara et des endroits les plus prisés de l'Etat de Jalisco» — mais aussi la musique mariachi, la tequila, ou encore les spécialités culinaires locales.

Le Président a dit que l'Etat de Jalisco avait vu naître «quelques-unes des plus grandes célébrités du Mexique, voire du monde. Par exemple, Jimena Navarrete, Miss Univers 2010, est originaire de Jalisco. Quant à Chicharrito Hernández, le nouveau buteur de Manchester United, il est lui aussi originaire de Jalisco, plus précisément de Guadalajara, tout comme l'est Checo Pérez, pilote mexicain de Formule 2 et dont il a été annoncé qu'il courra en Formule 1 à partir de la saison prochaine».

Comme l'a expliqué le Président, l'Etat de Jalisco et la ville de Guadalajara sont très chers aux Mexicains, mais également très productifs et très assidus, produisant notamment de très nombreux articles dans le domaine des télécommunications en particulier, mais aussi plus généralement dans celui des technologies de l'information, des logiciels et du matériel informatique. Près de la moitié des BlackBerry du monde entier sont fabriqués à Guadalajara, a-t-il ajouté, brandissant le sien: «Il est fort probable que celui que vous avez entre les mains ait été lui aussi fabriqué au Mexique, dans cette même ville».

Le Président Calderón parlait depuis Expo Guadalajara, énorme centre accueillant expositions et salons commerciaux, l'un des plus importants du Mexique, où il a inauguré la 18e Conférence de plénipotentiaires de l'UIT, le 4 octobre 2010. Il a remercié l'UIT et tous ses Etats membres d'avoir choisi le Mexique pour y tenir sa conférence, qui allait tracer la voie que nous devrons tous suivre au cours des années à venir. «Guadalajara», a-t-il dit, «est le lieu idéal pour accueillir cette Conférence, car la ville est l'une des grandes métropoles, non seulement du Mexique mais aussi du continent, et possède en outre une infrastructure très développée».

Commémoration du bicentenaire de l'indépendance du Mexique et du centenaire de la révolution mexicaine

Le Président a souligné le symbolisme que représente la tenue de la Conférence de plénipotentiaires l'année où le Mexique, comme de nombreux pays d'Amérique, célébrait 200 ans d'indépendance et de liberté et, pour le Mexique, 200 ans de fierté d'être Mexicains. Pendant ces deux siècles, le Mexique a construit un pays démocratique où les élections se déroulent librement, un pays où chacun est libre de critiquer, d'avoir son opinion, de se réunir, de vivre. Un pays doté d'une économie solide qui, au deuxième trimestre de 2010, a enregistré un taux de croissance de 7,6%. Un pays aux racines autochtones solides, mais qui se prépare aussi à affronter l'avenir.

L'année 2010 marque également le centenaire de la révolution mexicaine, et le Président Calderón de rappeler les objectifs — que sont les droits sociaux de l'homme, la justice et l'équité — que la première révolution sociale du monde a mis sur le devant de la scène. Comme il l'a expliqué, «Aujourd'hui, 100 ans après cette révolution, il ne fait aucun doute que, partout dans le monde, les télécommunications sont un outil indispensable pour parvenir à instaurer la justice et l'équité. Et notre obligation est de faire en sorte que personne ne soit oublié, que tout un chacun puisse accéder aux nouvelles technologies et soit un acteur de cette nouvelle révolution fondée sur le savoir, l'information et l'exercice total et démocratique de la liberté d'expression».

image
Photographe: hemis.fr/AFP
 

La stratégie du gouvernement en matière de TIC: couverture, concurrence et convergence

Dans le monde actuel, la fracture numérique qui sépare ceux qui ont accès aux technologies de l'information et de la communication de ceux qui n'y ont pas accès est l'un des principaux obstacles à l'instauration de l'égalité des chances, l'une des principales causes d'inégalité. C'est pour cette raison que le Mexique met actuellement tout en oeuvre pour réduire cette fracture. «Ces cinq dernières années, la téléphonie mobile dans notre pays a enregistré un taux de croissance supérieur à 80%, passant de 45 utilisateurs pour 100 habitants en 2005 à 80 utilisateurs pour 100 habitants cette année, l'objectif que nous nous étions fixés à l'horizon 2012 ayant donc été dépassé. Le nombre d'internautes a également progressé de manière très significative. En 2005, nous recensions 17 utilisateurs de l'Internet pour 100 habitants, tandis qu'aujourd'hui, ce chiffre est passé à plus de 27… Quant à l'Internet large bande, nous sommes passés d'un utilisateur pour 100 habitants en 2005 à plus de 10 utilisateurs pour 100 habitants en juin de cette année.»

D'après le Président, malgré ces bons résultats, il existe bon nombre de domaines où le pays doit progresser. Par exemple, le Mexique est encore loin d'atteindre le taux de pénétration de 37% qu'affichent des pays comme le Danemark ou les Pays-Bas dans le domaine du large bande, ou encore de 140% que l'on observe dans le secteur de la téléphonie mobile en Grèce, au Portugal ou dans la Fédération de Russie. «C'est pour cette raison que mon gouvernement s'est résolument engagé en faveur des télécommunications et s'est engagé à faire en sorte que tous aient accès aux technologies de l'information et de la communication dans des conditions de concurrence et d'équité. Pour ce faire, le Mexique a adopté un certain nombre de mesures comme le Mexique n'en a pas connu depuis des décennies, afin de stimuler comme jamais auparavant le marché des télécommunications et d'offrir des services de meilleure qualité à moindre coût à un plus grand nombre de consommateurs.»

La stratégie adoptée par le Gouvernement mexicain a été baptisée «stratégie des trois C», pour couverture, concurrence et convergence technologique. Comme l'a expliqué le Président, «le gouvernement que je dirige est résolument attaché aux télécommunications, à l'accès aux télécommunications par le plus grand nombre possible de Mexicains dans des conditions de concurrence, de convergence technologique et de couverture optimale». Il a ensuite précisé les six grands axes de cette stratégie.

Passage de la diffusion analogique à la diffusion numérique

En premier lieu, le Mexique a avancé de six ans le passage à la télévision numérique de Terre, de 2021 à 2015, et envisage l'arrêt de la diffusion en mode analogique dès 2015. Le décret a été signé lançant le processus de transition. «De cette manière, le Mexique s'aligne sur les autres pays dans ce domaine et verra ainsi la concurrence s'accroître dans le secteur de la télévision et de la radiodiffusion en général, ce qui se traduira par une amélioration de la qualité du signal et un enrichissement des contenus télévisuels, tout en favorisant la convergence technologique et le développement des services de télécommunications», a expliqué le Président.

Libérer du spectre pour la téléphonie mobile évoluée

Le décret correspondant, qui a été signé et publié en septembre 2010, prévoit également que 108 MHz situés dans la bande des 700 MHz — l'une des meilleures bandes pour la téléphonie mobile évoluée — seront mis à la disposition des acteurs du marché, au plus tard en 2012. «Grâce à cette mesure, le Mexique continue sur la bonne voie pour ce qui est de l'application des recommandations de l'UIT concernant la quantité de spectre mise à la disposition des utilisateurs de ces services», a dit le Président.

image
Photographe: AFP
 

Un nouveau réseau de fibre optique pour renforcer les services de large bande

En deuxième lieu, afin de promouvoir la concurrence grâce à un nouveau réseau dorsal pour les télécommunications au Mexique, un appel d'offres a été lancé, visant à mettre à la disposition des entreprises choisies au Mexique 20 000 km de fibre optique appartenant au réseau de l'entreprise publique d'électricité, la Comisión Federal de Electricidad. «Non seulement cette mesure est synonyme de millions de dollars de recettes publiques provenant de la location de la fibre optique, mais aussi, et surtout, cet appel d'offres permet de mettre en place une nouvelle colonne vertébrale grâce à laquelle nous disposerons d'un troisième réseau dorsal national qui prendra en charge le service Internet large bande dans tout le pays», a expliqué le Président. Ce nouveau réseau sera opérationnel au second semestre de 2011 et entraînera un renforcement de la concurrence entre les fournisseurs de services vocaux, de données et vidéo interurbains.

Impact des appels d'offres portant sur le spectre radioélectrique

En troisième lieu, la conclusion des appels d'offres pour les bandes 1,7 et 1,9 GHz, ce qui a permis de libérer 90 MHz supplémentaires, soit 60% de plus que la largeur de bande utilisée précédemment par les services de téléphonie mobile.

Le principal but de ces appels d'offres, qui ont reçu l'aval de la Commission fédérale de la concurrence, est de renforcer le marché et la concurrence et d'éliminer les obstacles à l'arrivée de nouveaux concurrents sur le marché des télécommunications au Mexique. Comme l'a fait valoir le Président, ce processus a permis au pays de renflouer ses caisses. De même, la quantité de spectre à la disposition de tous les opérateurs a nettement augmenté et le marché de la téléphonie mobile au Mexique s'est transformé, passant d'un opérateur dominant à quatre opérateurs nationaux à 100% se faisant concurrence sur un pied d'égalité.

Portabilité du numéro

En quatrième lieu, depuis plus de deux ans le Mexique a mis en place un système de portabilité du numéro pour la téléphonie mobile, grâce auquel les utilisateurs ont la possibilité de changer de fournisseur de services téléphoniques et sont plus exigeants quant à la qualité du service qu'ils utilisent et au prix qu'ils paient. «Ces mesures permettront au Mexique de consolider un marché des télécommunications qui, ces cinq dernières années, a progressé à un rythme annuel moyen supérieur à 10%. De la même manière, elles contribueront à accroître la pénétration des services, en particulier dans les zones rurales à faible pouvoir d'achat.»

Lancement de nouveaux satellites

En cinquième lieu, le Mexique a engagé un processus qui va lui permettre de lancer trois nouveaux satellites qui seront essentiels pour mener des activités liées à la sécurité mais aussi pour tirer pleinement parti de la bande L, que le Mexique est autorisé à utiliser, ainsi que pour continuer à renforcer le marché des télécommunications et rendre celles-ci accessibles aux communautés les plus isolées et difficiles d'accès.

image
Photographe: MKU/AFP
 

Fourniture du WiMAX

En sixième lieu, des négociations sont en cours avec les titulaires d'une concession pour l'utilisation de la bande des 2,5 pour que cette bande puisse être utilisée pour la fourniture du WiMAX dans tout le pays et dans les principales villes, dans l'espoir d'accroître plus encore l'accès aux services Internet.

«Nous travaillons pour que les consommateurs Mexicains aient accès à des services de télécommunication de qualité à moindre coût et sans privilège. Nous savons néanmoins que cela ne suffira pas à éliminer la fracture numérique. C'est pourquoi le gouvernement participe également très activement à des programmes visant à améliorer la couverture et la connectivité sociale », a dit le Président.

Accès communautaire

Le Mexique a en effet conclu des accords avec des entreprises du secteur afin d'assurer des services de téléphonie publique, de téléphonie pour les particuliers et Internet à plus de 11 000 petites localités du pays, comptant de 500 à 2 500 habitants. Pour ce faire, il a fallu installer près de 200 000 lignes destinées à plus de 7 millions de Mexicains vivant dans ces communautés défavorisées. De la même manière, des localités encore plus petites — de 100 à 500 habitants — représentant 4 millions de Mexicains, bénéficient d'un accès communautaire aux services de téléphonie. De plus, de nouveaux projets visant à fournir des services large bande aux utilisateurs à faible revenu ont été développés.

Le système e-Mexico

Grâce aux réseaux de couverture sociale, le système public e-Mexico fournit des services de télécommunication à plus de 122 000 centres éducatifs, écoles et universités dans le pays, à 24 000 unités de santé, ce qui permet déjà au Mexique de tenir des consultations médicales à distance dans des communautés isolées, et à presque 10 000 bureaux de l'administration publique. Il s'agit là d'une étape particulièrement importante pour garantir la connectivité sociale.

«Avec ces mesures, le Gouvernement du Mexique travaille pour que les moins favorisés puissent avoir accès aux télécommunications, puissent avoir accès, de façon équitable, non seulement à la télévision, à la radio et à la téléphonie, mais aussi à l'Internet, et puissent évoluer sur le plan personnel, mais aussi contribuer au développement du pays grâce aux technologies de l'information et de la communication», a fait valoir le Président Calderón.

Un appel aux décisions visant à renforcer les télécommunications dans le monde entier

Le Président a invité la conférence à prendre des décisions qui permettront de renforcer les télécommunications dans le monde entier et ainsi d'encourager et de faciliter leur utilisation, en particulier par les plus vulnérables, au Mexique et partout dans le monde. «Les technologies de l'information et de la communication sont les fondations sur lesquelles nous pouvons construire le Mexique et le monde juste et équitable dont nous rêvons, dans lequel l'information et la culture servent de tremplin au développement», a-t-il dit, ajoutant que la conférence non seulement s'efforcerait de renforcer l'UIT et de consolider son rôle, mais aussi permettrait de «franchir des étapes déterminantes pour atteindre cet objectif auquel nous aspirons tant: vivre dans un monde qui communique plus et mieux, où personne, j'ai bien dit personne, n'est exclu de l'accès aux technologies de l'information et de la communication».

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2019
Deni de responsabilité - Protection des données privées