Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

La Commission de haut niveau «Le Large bande au service du développement numérique» présente son rapport
Vers un avenir bâti sur le large bande
United Nations Secretary-General Ban Ki-moon
Photographe: ITU/G. Tubbeh
“Les technologies de l'information et de la communication jouent un rôle croissant de moteurs du développement socio-économique, mais seuls des partenariats, comme celui créé avec la Commission «Le Large bande au service du développement numérique», peuvent garantir que ces technologies sont à la hauteur de leur potentiel extraordinaire.”
Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies
image
Photographe: ITU/G. Tubbeh

Le Dr Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l'UIT, a exhorté les leaders mondiaux à faire en sorte que l'accès aux réseaux large bande devienne une réalité pour plus de la moitié de la population de la planète d'ici à 2015, et que l'accès aux réseaux haut débit soit un droit civique fondamental.

Le Dr Touré a lancé ce défiaux politiciens, aux Chefs de Secrétariat des Institutions des Nations Unies et aux personnalités influentes de l'industrie à l'occasion de la deuxième réunion de la Commission «Le Large bande au service du développement numérique», qui a présenté son rapport final1 au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors d'une manifestation organisée à New York le 19 septembre 2010, en lien avec le Sommet des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Les Objectifs du Millénaire pour le développement

  1. Réduire l'extrême pauvreté et la faim
  2. Assurer l'éducation primaire pour tous
  3. Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
  4. Réduire la mortalité infantile
  5. Améliorer la santé maternelle
  6. Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d'autres maladies
  7. Préserver l'environnement
  8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement
   

Le Dr Touré a déclaré «Le large bande est la prochaine technologie qui va nous faire basculer dans une nouvelle ère et qui a véritablement le pouvoir de tout transformer. Elle peut créer des emplois, doper la croissance et la productivité et encourager la compétitivité économique sur le long terme. C'est aussi l'outil le plus puissant que nous ayons à disposition dans la course que nous avons engagée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement dans le délai fixé, c'est à dire d'ici à cinq ans.»

Recevant ce rapport, M. Ban a relevé que la technologie avait la capacité d'imprimer un nouvel élan au modèle de développement. «Les technologies de l'information et de la communication jouent un rôle croissant de moteurs du développement socio-économique, mais seuls des partenariats, comme celui créé avec la Commission «Le Large bande au service du développement numérique», peuvent garantir que ces technologies sont à la hauteur de leur potentiel extraordinaire», a dit M. Ban, qui a ajouté: «Le rapport de la Commission contribue pour beaucoup aux efforts que nous déployons pour que les avantages des technologies de l'information et de la communication servent les objectifs de paix, de sécurité et de développement universel qui sont ceux des Nations Unies.»

Le rapport de la Commission intitulé «Un impératif de leadership pour 2010: vers un avenir bâti sur le large bande», inclut une Déclaration de haut niveau dans laquelle les Commissaires appellent à «mettre le large bande à la portée de tous». En outre, cette déclaration souligne la nécessité d'un «leadership mondial du plus haut niveau et d'une lame de fond visant à façonner l'avenir du large bande par le déploiement de plans nationaux large bande et par la reconnaissance à grande échelle de l'élaboration de politiques en matière de technologie, d'innovation et d'investissement du secteur privé qui seront les instruments d'habilitation des programmes de développement international et du développement tout au long du XXIe siècle».

De Bruxelles à Kigali et de New Delhi à Washington, des politiques prospectives et des plans sont mis en place en vue d'un Internet large bande omniprésent. Des pays comme l'Australie, le Brésil, la Chine, l'Inde, l'ex-République yougoslave de Macédoine et la République sudafricaine ont lancé des initiatives large bande, faisant profiter d'autres pays de leurs connaissances et de leurs expériences. Le rapport de la Commission précise que: «ces développements écartent radicalement et délibérément le débat sur la politique et les investissements, des arguments relatifs à l'augmentation de la connectivité à des liaisons large bande à haut débit, vers l'accroissement de la demande et l'adoption de produits et de services numériques publics et privés pour le bien de l'ensemble de la société, via l'accès à une large gamme de contenus, d'informations, de savoirs et d'applications mis à la disposition de tous les secteurs de l'économie».

image
Photographe: ITU/G. Tubbeh
Commissaires du large bande à New York

Le rapport ajoute: «La nouvelle donne et les perspectives du développement numérique doivent être solidement ancrées dans les esprits des leaders mondiaux, qui doivent en faire un de leurs impératifs de leadership» et invite instamment ces leaders à reproduire le «miracle mobile» de la première décennie du XXIe siècle dans un «boom du large bande» pour la création de ressources haut débit accessibles à tous et avantageuses pour tous. L'UIT prévoit un total de 900 millions d'abonnés au large bande d'ici à 2010 et estime que le large bande mobile deviendra la technologie d'accès privilégiée pour des millions d'habitants des pays en développement, où les liaisons fixes sont rares et onéreuses à déployer.

    “De Bruxelles à Kigali et de New Delhi à Washington, des politiques prospectives et des plans sont mis en place en vue d'un Internet large bande omniprésent. Des pays comme l'Australie, le Brésil, la Chine, l'Inde, l'ex- République yougoslave de Macédoine et la République sudafricaine ont lancé des initiatives large bande, faisant profiter d'autres pays de leurs connaissances et de leurs expériences.”

Définition du large bande

La Commission n'a pas défini de manière explicite l'expression «large bande» en termes de vitesse minimale spécifique de transmission car les définitions varient d'un pays à l'autre. Reconnaissant que le large bande est parfois également défini en termes d'ensemble spécifique de technologies, de nombreux membres de la Commission ont estimé qu'il était approprié de se référer au large bande «comme une infrastructure de réseau capable de fournir de manière fiable divers services issus de la convergence grâce à l'accès à haut débit à un ensemble de technologies». Son rapport se concentre donc sur le large bande considéré comme un ensemble de concepts, tels qu'un service toujours connecté (l'utilisateur n'ayant plus à se reconnecter à un serveur à chaque nouvelle connexion) et une grande capacité, c'est-à-dire la possibilité de transporter de gros volumes de données par seconde plutôt qu'à un débit particulier.

“Un rapport de l'Organisation mondiale de la santé estime qu'il manque dans le monde près de 4,3 millions de personnes dans le secteur médical, les situations les plus graves étant constatées dans les pays les plus pauvres. Le large bande pourrait trouver des applications telles que le conseil médical, le suivi, le diagnostic et la formation et contribuer à combler le manque de personnel médical.”    

Principaux résultats

Ce rapport résume les principaux résultats des travaux de la Commission obtenus à ce jour. Il souligne notamment que l'une des principales applications rendues possibles par le large bande est la télémédecine. Il cite un rapport de l'Organisation mondiale de la santé qui estime qu'il manque dans le monde près de 4,3 millions de personnes dans le secteur médical, les situations les plus graves étant constatées dans les pays les plus pauvres. Le large bande pourrait trouver des applications telles que le conseil médical, le suivi, le diagnostic et la formation et contribuer à combler le manque de personnel médical.

Le large bande pourrait permettre l'émergence d'une gamme de services allant de la recherche et de l'échange d'informations médicales par courriel et par navigation sur le web jusqu'à la transmission vidéo haute définition et en temps réel de procédures médicales de diagnostic et de formation. Grâce à ces nouveaux services, on pourrait atteindre plusieurs des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

En ce qui concerne l'enseignement, le rapport de la Commission met en lumière l'exemple de l'Uruguay où tous les enfants ont reçu un ordinateur portable et un accès à l'Internet à l'école. Le coût total du projet «Ceibal», achevé en octobre 2009, ne représentait que moins de 5% du budget de l'éducation nationale de ce pays mais il est probable que les enfants «connectés» y trouveront largement leurs comptes en matière d'enseignement.

Le lien entre la pénétration du large bande et le développement économique

    “Des recherches menées récemment laissent à penser que l'on peut attendre des retours positifs des investissements dans les infrastructures large bande. Il ressort par exemple d'une analyse conduite par la Commission européenne que le large bande peut créer plus de 2 millions d'emplois en Europe d'ici à 2015 et que l'on peut espérer une augmentation du produit intérieur brut (PIB) d'au moins 636 milliards EUR.”

Des recherches menées récemment laissent à penser que l'on peut attendre des retours positifs des investissements dans les infrastructures large bande. Il ressort par exemple d'une analyse conduite par la Commission européenne que le large bande peut créer plus de 2 millions d'emplois en Europe d'ici à 2015 et que l'on peut espérer une augmentation du produit intérieur brut (PIB) d'au moins 636 milliards EUR.

En Allemagne, des études menées début 2010 ont conclu que la construction de réseaux large bande créera au moins 1 million d'emplois au cours de la prochaine décennie. Dans le même temps, au Brésil, une étude a révélé que le taux de croissance de l'emploi avait augmenté jusqu'à 1,4% grâce au large bande. En Chine, on estime que chaque augmentation de 10% de la pénétration du large bande entraîne une hausse de 2,5% du PIB.

 

image

Coût abordable — Une question brûlante

Avec ces exemples et d'autres, le rapport explique que la question n'est pas: «Pourquoi le large bande?» mais qu'il faut plutôt répondre aux interrogations suivantes: «Qui relèvera le défide la transformation socioéconomique déclenchée par les révolutions du mobile et du large bande? Les gouvernements sont-ils conscients de l'extraordinaire potentiel du large bande qu'ils pourraient mettre au service de leurs citoyens? L'industrie peut-elle assurer l'inclusion du large bande pour tous, même sur les segments du marché où les perspectives sont plus incertaines?» Cela conduit à une question importante: «Comment la connectivité et les contenus large bande peuvent-ils être fournis de la façon la plus accessible et la plus économique possible à tous les citoyens et dans leurs propres langues».

La Commission estime que dans un monde «d'opportunité numérique», la question brûlante est de savoir ce qu'il en coûtera à ceux qui ne choisissent pas l'inclusion du large bande pour tous aux niveaux mondial, régional, national ou local; ces choix doivent être faits aujourd'hui plutôt que demain. C'est un avertissement difficile au vu des disparités immenses de l'accessibilité des prix du large bande dans le monde. Par rapport au revenu mensuel national moyen, ce sont ceux qui ont le moins de moyens pour se l'offrir qui payent le plus pour se connecter au large bande.

“L'UIT prévoit un total de 900 millions d'abonnés au large bande d'ici à 2010 et estime que le large bande mobile deviendra la technologie d'accès privilégiée pour des millions d'habitants des pays en développement, où les liaisons fixes sont rares et onéreuses à déployer.”    

L'accessibilité des prix est sans aucun doute en relation directe avec l'usage; ceci explique pourquoi environ 30% de la population des pays fortement «câblés» d'Europe de l'Ouest, des régions Asie-Pacifique et Amérique du Nord sont abonnés à un service large bande, mais que dans les pays du BRIC (Brésil, Fédération de Russie, Inde et Chine), la pénétration n'est que d'environ 10% et que dans les pays les plus pauvres du monde, le large bande ne touche que moins de 1% de la population.

Sur les 132 pays qui ont défini l'accès universel et/ou le service universel, plus des deux tiers ont inclus l'accès à l'Internet dans cette définition. Une trentaine de pays au moins ont, de manière explicite, englobé l'accès au large bande; c'est le cas du Brésil, de la Chine, du Ghana, du Kazakhstan, de la Malaisie, du Maroc, du Nigéria, du Pérou, de l'Espagne, du Sri Lanka, de la Suisse et de l'Ouganda. Quelques pays sont même encore allés plus loin. Par exemple, en Finlande, tous les finlandais ont le droit d'accéder à une connexion internet 1 Mbit/s depuis juillet 2010, suite à une loi passée en 2009, ce qui en fait le premier pays du monde à déclarer l'accès au large bande comme un droit légal.

Dans son rapport, la Commission insiste sur la nécessité de promouvoir la diversité culturelle et le multilinguisme dans l'univers en ligne. Elle exhorte les gouvernements à ne pas dresser d'obstacles à l'entrée sur le marché, à ne pas taxer trop lourdement le large bande et les services connexes et à assurer la mise à disposition de larges parties du spectre pour soutenir la croissance du large bande mobile.

Dégager un consensus en faveur de l'engagement et de la coordination

Alors que les réseaux de prochaine génération basés sur le large bande deviennent rapidement la dorsale de l'économie numérique, on peut avancer certaines hypothèses sur la formation d'un consensus en faveur de l'engagement et de la coordination de l'inclusion du large bande pour tous. Selon la Commission:

  • Cela nécessitera avant tout le leadership des gouvernements, au plus haut niveau, celui du premier ministre ou du chef d'Etat, et le soutien d'un mécanisme de gouvernance.

  • Une approche ascendante s'appuyant sur une large base est également nécessaire pour que se dessine l'engagement vis-à-vis du concept du large bande pour tous.

  • Il conviendra de renforcer la sensibilisation des responsables des orientations politiques, des décideurs en général et du grand public, aux avantages économiques et sociaux du large bande.

  • La grande partie des investissements dans le large bande viendra du secteur privé et les décideurs politiques doivent donc s'engager auprès des industriels et des investisseurs à promouvoir les objectifs politiques dans une perspective plus large.

  • Dans les régions où il est difficile d'attirer les investissements privés, les autorités publiques et les entités privées devront chercher de nouvelles voies de coopération pour élargir l'accès au large bande et son utilisation.

Le rapport de la Commission insiste sur le fait que pour assurer l'expansion du large bande, il faut coordonner les actions de tous les secteurs de l'industrie, de l'administration et de l'économie. «Le développement de projets isolés ou de réseaux dupliqués au coup par coup est non seulement inefficace mais il retarde l'arrivée d'infrastructures qui deviennent pourtant aussi essentielles dans le monde moderne que les routes ou l'alimentation électrique.»

Une plate-forme de progrès

    “Le développement de projets isolés ou de réseaux dupliqués au coup par coup est non seulement inefficace mais il retarde l'arrivée d'infrastructures qui deviennent pourtant aussi essentielles dans le monde moderne que les routes ou l'alimentation électrique.”

Intitulé «Le large bande: une plate-forme de progrès», le deuxième rapport de la Commission «Le large bande au service du développement du numérique», est actuellement examiné par les commissaires et sera remis lorsqu'ils auront terminé leur tâche. Il contiendra des exemples plus détaillés, des preuves, des choix techniques et des stratégies en vue de l'extension des réseaux large bande pour qu'ils soient à la portée de tous. En attendant, le sommaire de ce rapport, qui a été distribué lors de la réunion de la Commission le 19 septembre à New York, est disponible à: www.broadbandcommission.org/report2.pdf.

Les archives en ligne de la Commission large bande ont été inaugurées en septembre 2010. Baptisées «Sharehouse», elles accueilleront des rapports de recherche, des études de cas des pays industrialisés et en développement, tous les autres matériels utiles pour informer les gouvernements et les industriels — ainsi que les communautés individuelles — et expliquer pourquoi le large bande connaît une telle importance dans notre monde et comment s'y connecter. Ces archives sont ouvertes à tous et chacun peut y apporter des contributions (www.itu.int/bbcommission/sharehouse.html).

 


1 Le rapport de la Commission «Le large bande au service du développement numérique» peut être téléchargé à: www.broadbandcommission.org/report1.pdf

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées