Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Elections à la Conférence de plénipotentiaires de 2010: Faites connaissance avec les candidats
Entretien avec Brahima Sanou (Burkina Faso)
Candidat au poste de Directeur du Bureau de développement des télécommunications
 
Brahima Sanou
 

Question 1

Une mission fondamentale de l’UIT est de contribuer à offrir un accès équitable et durable, à un prix abordable, aux télécommunications et aux technologies de l’information et de la communication (TIC) afin de stimuler le développement socio-économique au sens large. Votre expérience vous a-t-elle préparé à cette mission pour les années à venir et quelles sont vos attentes?

Brahima Sanou: Le niveau de robustesse, de fiabilité et sécurisation du réseau et des services mondiaux de télécommunications/TIC sera toujours celui des maillons les plus faibles. Mes 30 années d’expérience, d’abord dans le secteur des télécommunications du Burkina Faso, un des pays les moins avancés (PMA) et enclavé, ensuite dans la structure de supervision des activités de l’UIT en tant que membre du Conseil de l’UIT, et enfin en tant que Directeur régional de l’UIT pour l’Afrique, région présentant les plus grands défis en termes de développement, m’ont permis de bien appréhender la mission fondamentale de l’UIT. Par conséquent, si je suis élu Directeur du Bureau de développement des télécommunications (BDT), je pourrai contribuer pleinement à la réalisation des objectifs fixés pour les années à venir dans un contexte de diversité géographique et économique, car mon expérience me permet de bien comprendre les besoins de nos Membres et de mettre en oeuvre les programmes et activités tels que conçus à la base.


Question 2

Quels sont, selon vous, les problèmes liés à la mise en oeuvre du Plan d’action d’Hyderabad qu’a adopté la récente Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT-10) qui s’est tenue en Inde et quelles perspectives ouvre ce Plan?

Brahima Sanou: La mobilisation des ressources nationales, régionales et internationales dans le cadre de partenariats pour la mise en oeuvre des initiatives régionales, coordonnées des membres, est le plus grand défi. Les résultats des réunions préparatoires régionales en vue de la Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT-10) montrent que les priorités, notamment celles liées aux cyberapplications, au passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique et au développement du large bande, sont des priorités transrégionales. Nous savons par ailleurs que les régions sont à des niveaux différents en ce qui concerne la solution apportée à ces questions. Pour rester pertinent et efficace, le BDT devra appuyer la mise en oeuvre verticale par région par une synergie horizontale et transrégionale pour promouvoir le partage des solutions et des bonnes pratiques. A cette fin, les cinq programmes adoptés par la CMDT-10 sont les outils les mieux appropriés pour le partage des solutions et des bonnes pratiques. Il importe aussi de définir et d’accorder toute l’attention requise aux produits et services phares à travers lesquels le BDT peut continuer à renforcer la pertinence de l’UIT pour les autres acteurs et bénéficiaires. A mon avis, les Etats Membres ont été clairs à la CMDT-10 sur la façon dont ils veulent que ces programmes soient mis en oeuvre.


Question 3

Le paysage des TIC évolue rapidement. Il sera essentiel d’attirer de nouveaux Membres de Secteur pour renforcer l’Union et élargir sa composition afin qu’elle puisse continuer de répondre aux besoins d’un marché des TIC en plein essor. Comment peuton améliorer le système d’adhésion pour attirer et accueillir de nouveaux membres issus de toutes les branches d’activité des TIC — acteurs traditionnels ou nouveaux arrivants sur le marché — tout en fidélisant les Membres actuels dans les trois Secteurs?

Brahima Sanou: Les Membres de Secteur ne viendront à l’UIT que s’ils y trouvent une valeur ajoutée de nature à répondre à leurs préoccupations. Ces préoccupations sont diverses et dynamiques. Pour attirer de nouveaux Membres de Secteur et fidéliser les membres actuels, l’UIT doit s’efforcer de mieux comprendre cette diversité de besoins et de préoccupations afin d’être proactive dans les solutions qu’elle proposera pour satisfaire ces besoins. L’UIT doit s’efforcer d’attirer tous les nouveaux acteurs des TIC tout en fidélisant les membres actuels. Pour ce faire, il faut que chacun trouve une valeur ajoutée pour chacun dans la dynamique de ses besoins.


Question 4

IEn 2012, l’UIT organisera la Conférence mondiale des radiocommunications (CMR-12), l’Assemblée mondiale de normalisation des télécommunications (AMNT-12) et une Conférence mondiale sur les télécommunications internationales (CMTI-12). Quelles sont les grandes questions en matière de développement des télécommunications qui y seront examinées?

Brahima Sanou: Les grandes questions d’intérêt direct pour le développement des télécommunications sont les suivantes:

  • les questions liées entre autres au dividende numérique qui permettra d’utiliser les bandes de fréquences appropriées pour l’accès universel large bande au moindre coût;

  • les questions liées à l’écart qui existe en matière de normalisation entre pays en développement et pays développés pour permettre aux pays en développement de contribuer pleinement aux activités de normalisation de l’UIT;

  • les questions liées à la convergence des infrastructures et des services de télécommunications/TIC et les défis et opportunités associés.

A mon avis, la Conférence mondiale des radiocommunications et l’Assemblée mondiale de la normalisation des télécommunications de 2012 revêtent une importance particulière pour les pays en développement, surtout à un moment où le «large bande» sera le catalyseur pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la gouvernance, du commerce ou bien dans d’autres domaines. Je souhaite que toutes ces questions soient abordées avec la plus grande ouverture d’esprit en mettant en avant l’intérêt supérieur des Membres.


Question 5

Quelles seront vos grandes priorités au cours des quatre années à venir?

Brahima Sanou: Mes priorités dans la mise en oeuvre du plan stratégique et du plan opérationnel pour les prochaines années sont les suivantes:

  • la mobilisation des ressources pour la mise en oeuvre du Plan d’action d’Hyderabad;

  • le renforcement de l’environnement favorable à l’investissement privé pour le développement des réseaux large bande et des services associés;

  • le renforcement des partenariats et de la coopération basés sur les avantages comparatifs avec les organisations régionales, aux autres organisations du système des Nations Unies, au secteur privé et à d’autres acteurs;

  • l’assistance aux pays dans l’élaboration et la mise en oeuvre de politiques et stratégies de prévention et de gestion des catastrophes;

  • la promotion du rôle de la femme et des jeunes dans la création des solutions TIC pour le développement.

Je soutiendrai ces actions prioritaires par une bonne gouvernance basée sur l’obligation de résultats dans la transparence, la motivation du personnel autour du travail et de la productivité, et le renforcement de la présence régionale.


Question 6

La structure «fédérale» de l’UIT — qui comprend le Secrétariat général, le Secteur des radiocommunications, le Secteur de la normalisation des télécommunications et le Secteur du développement des télécommunications — exige collaboration et esprit d’équipe. Quelles sont, à votre sens, les composantes fondamentales d’un bon travail d’équipe?

Brahima Sanou: Mon expérience du terrain m’enseigne que ce n’est pas le Bureau de développement des télécommunications, le Bureau de la normalisation ou le Bureau des radiocommunications qui importent le plus pour les membres, mais plutôt les produits et services que l’UIT fournit au moment opportun. La distribution des tâches entre les Bureaux et le Secrétariat général n’est pas une fin en soi mais un arrangement pour mieux fournir les produits et services au nom de l’UIT. Par conséquent je résumerai les fondamentaux de l’esprit d’équipe comme suit: «l’objectif de chacun doit être de travailler pour le succès et la gloire des autres». La structure «fédérale» fait partie, dans une certaine mesure, du patrimoine culturel de l’Union. J’ai la conviction profonde qu’une très bonne collaboration entre les trois Secteurs d’une part et avec le Secrétariat général d’autre part ne peut que renforcer l’UIT, et je suis très connu pour être un homme d’équipe. Je m’engage donc à travailler en très franche et étroite collaboration avec les autres fonctionnaires élus pour leur succès et leur gloire.


Question 7

On dit souvent que la prospérité d’une organisation ou d’une entreprise passe par une bonne équipe. Quel message souhaitez-vous adresser aux personnes avec lesquelles vous serez amené à travailler pour mettre en oeuvre le plan stratégique et les buts stratégiques qu’approuvera la Conférence de plénipotentiaires pour la période 2012−2015, dans les limites budgétaires qui seront également arrêtées par cette conférence pour la même période?

Brahima Sanou: L’UIT étant un prestataire de services, son principal atout et son principal outil de production est son personnel. Ce personnel est en même temps une richesse qu’elle doit protéger et fructifier en créant une synergie entre les objectifs de l’UIT et les besoins du personnel, et en conjuguant dynamique de groupe et épanouissement individuel. Le travail et la productivité demeurent la valeur cardinale de référence qui motivera mon action alliant harmonieusement rigueur et recherche du consensus.


Biographie

Brahima Sanou a acquis 30 années d’expérience dans le secteur des télécommunications/ TIC, dont 12 ans en tant que fonctionnaire de l’UIT — y compris 10 ans en tant que Chef du Bureau Régional de l’UIT pour l’Afrique, région ayant le plus grand nombre de pays et faisant face aux plus grands défis en termes de développement (28 des 48 PMA du monde) dans un environnement multilingue (anglais, français, espagnol et portugais). Il a aussi une très bonne expérience international pour avoir été Membre du Conseil de l’UIT pendant presque 10 ans et pour avoir représenté un groupe de 15 pays africains au Conseil des Gouverneurs d’INTELSAT dans les années 90. Au niveau national, M. Sanou a exercé de hautes fonctions dans le secteur des télécommunications, qui lui ont valu d’être élevé au grade de Chevalier de l’Ordre National du Burkina Faso.

Ingénieur des télécommunications de formation, il est aussi titulaire d’un diplôme postuniversitaire du Centre d’études financières, économiques et bancaires de Paris, ce qui lui confère la capacité et l’ouverture d’esprit nécessaires pour appréhender les aspects économiques et financiers des problèmes de développement des télécommunications/TIC.

Il est co-auteur du premier rapport sur les implications de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) de l’OMC sur le secteur des télécommunications en Afrique. Sa riche expérience du terrain, au coeur des préoccupations quotidiennes des pays en développement, lui a valu d’être élu «Meilleur Manager ou Responsable Public», prix décerné par African Telecom People en 2007.

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées