Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Qtel et l’environnement
se convertir au vert petit à petit
image
Photographe: Qtel
Sheikh Abdullah Bin Mohammed Bin Saud Al Thani
Président du groupe Qtel

Les entreprises de télécommunications ont un rôle évident à jouer quand il s’agit de l’environnement. Tout d’abord, comme toute entreprise dont les activités ont un impact sur l’environnement, il nous faut réduire notre empreinte carbone et veiller à intégrer la dimension durabilité dans nos pratiques opérationnelles.

En second lieu, et tout aussi important, il nous faut reconnaître le rôle primordial qui revient à la communication s’agissant d’éduquer le monde sur le changement climatique et de favoriser les innovations qui en tiennent compte, et d’adapter nos services en conséquence.

Qtel explore en permanence de nouveaux moyens d’assumer cette double responsabilité. En sa qualité de première entreprise de télécommunications du Qatar, Qtel a investi dans une infrastructure de réseaux pour la téléphonie, l’accès à Internet, la télévision numérique et la technologie d’entreprise dans le pays tout entier. Le groupe Qtel, profondément enraciné au Qatar, a toujours eu comme priorité de veiller à ce que la mise en place de l’infrastructure s’accompagne d’un minimum d’impact sur la communauté. Bien évidemment, à mesure que les impacts sur l’environnement se manifestaient, nous les avons intégrés à notre stratégie.

En tant qu’entreprise, nous avons appris énormément en travaillant de concert avec des organismes et groupes environnementaux internationaux. En mars 2008, l’initiative de Qtel en faveur de l’environnement a fait un bond en avant lorsque nous avons commencé à travailler avec le Programme national de sensibilisation et d’évacuation sans danger de déchets électroniques (NPRASDEW) au Qatar. Cette initiative, lancée par le Conseil suprême de l’environnement et des réserves naturelles (SCENR), était une réponse apportée à l’accord convenu au niveau mondial visant à diminuer les déchets électroniques et à réduire l’impact de leur élimination sur l’environnement. Il s’agissait de sensibiliser le public aux dangers que représentent les déchets et à la manière de les éliminer sans nuire à l’environnement..

Cette double initiative s’est déroulée en deux temps au cours de l’année 2008. Le premier temps a vu le recrutement d’experts internationaux chargés de mettre au point des recommandations pour la gestion des déchets électroniques au Qatar. Dans un deuxième temps a été défini un train d’initiatives à long terme, tant publiques que privées, visant à réduire les déchets électroniques produits dans le pays, train de mesures mis au point en partenariat avec un groupe d’experts. Qtel a fourni l’appui matériel aux deux étapes.

L’un des principaux défis que pose ce processus consiste à travailler avec tous les acteurs en jeu — du secteur public comme du secteur non gouvernemental — pour créer des processus à l’échelle du pays pour l’élimination des déchets. En tant qu’opérateur, Qtel ne peut être tenu responsable de chaque ordinateur portable ou téléphone mobile désaffecté au Qatar, mais ce que nous pouvons faire c’est oeuvrer de concert avec les distributeurs, les vendeurs et les autorités municipales pour convenir d’un processus commun et veiller à ce que tous nos clients le comprennent.

Nous nous sommes également efforcés d’intégrer des priorités environnementales dans notre stratégie d’expansion, de minimiser notre empreinte carbone et de réduire notre consommation de ressources. Qtel a été le premier opérateur de la région à signer un accord avec un nouveau venu sur le marché concernant le partage de sites externes. En vertu de cet accord, Qtel partage plus de la moitié de ses antennes de téléphonie mobile. En partageant ces sites, les deux entreprises réussissent à assurer une large couverture, à rationaliser les coûts et, plus important encore, à réduire l’impact sur l’environnement et les communautés en évitant d’installer d’inutiles antennes dans le pays.

Qtel a également examiné d’autres secteurs de ses opérations dans le souci de réduire son impact sur l’environnement. L’un des points soulevés a été celui de l’utilisation de cartes téléphoniques PVC par les utilisateurs de cartes prépayées. Ces cartes produisent en effet un gros volume de déchets non biodégradables. En novembre 2009, Qtel a lancé une nouvelle série de cartes téléphoniques biodégradables pour les utilisateurs de téléphones mobiles. Au fil du temps, ces nouvelles cartes vont remplacer les millions de cartes téléphoniques PVC que Qtel vend chaque année.

Au sein même de l’entreprise, Qtel a réussi à diminuer sa consommation de ressources. Tout en mettant en place pour de nombreux clients un environnement sans papier, nous utilisions nous-mêmes plus de papier que nécessaire. Pour inciter notre personnel à réduire leur consommation de papier, nous avons lancé un concours mensuel destiné à sensibiliser le personnel aux questions environnementales au siège de Qtel.

A l’occasion du Concours Conservatree (Conserver un arbre), les salariés du bureau s’efforcent à tous les étages de réduire leur consommation de papier; les efforts déployés sont mesurés tous les mois par un «Comité vert» bénévole. L’étage qui réduit le plus sa consommation de papier se voit remettre un pin en pot et décerner le titre d’«Etage Conservatree Qtel».

La création du Comité vert a été proposée par des employés soucieux de l’environnement qui se sont regroupés pour défendre cette cause. D’autres initiatives environnementales existent au sein de Qtel pour réduire la consommation de papier, dont les archives en ligne et la gestion du flux de travail grâce aux logiciels Sharepoint et Oracle, dans le but de parvenir à un milieu de travail sans papier. Nous sommes également sur le point de mettre en place un programme de recyclage du papier et du plastique. A l’extérieur, l’entreprise est en train de passer dans toute la mesure du possible aux relations clients sans papier, en prévoyant la facturation en ligne, le paiement par mobile et la gestion des comptes par des machines en libre service.

Aux responsabilités opérationnelles des entreprises de télécommunications s’ajoutent leurs responsabilités éducatives. Nos employés ne sont sans doute pas des experts en sciences de l’environnement, mais nous sommes en revanche bien placés pour soutenir ceux qui le sont et pour aider à répandre leurs conclusions grâce à nos services de communication.

Qtel appuie la recherche sur un certain nombre de questions environnementales touchant de près le secteur. En 2008, le Département de génie électrique de l’Université du Qatar, en coopération avec Qtel, a publié une étude sur les rayonnements radioélectriques émis par les réseaux sans fil au Qatar. Cette étude, la plus complète menée dans le pays, a été remise aux autorités règlementaires, aux associations médicales et aux organismes de recherche internationaux, et a été affichée sur notre site web.

Toute stratégie relative à la responsabilité sociale des entreprises, visant notamment à protéger l’environnement, se doit de s’assurer le soutien du public si on veut qu’elle réussisse. A cet égard, la stratégie de Qtel est représentée par le mot d’ordre, «Pour le Qatar, main dans la main», et s’articule autour de cinq priorités dans le cadre de ses relations avec la communauté: éducation, soins de santé, questions environnementales, aide social et sport.

S’agissant de son rôle de gardien de l’environnement, Qtel s’est dès le début fixé comme objectif de faire prendre conscience à ses employés des questions environnementales de manière à ce qu’eux puissent assurer les fonctions d’ambassadeur porteur de ce message important auprès de la communauté tout entière. Ce sont là de petites mesures que nous prenons; nous sommes convaincus que, travaillant main dans la main, nous pouvons faire beaucoup pour notre planète et notre peuple.

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2018
Deni de responsabilité - Protection des données privées