Nouvelles de l'UIT

Pour en savoir plus sur l'évolution des télécommunications

中文  |  English  |  Español  |  Русский  |  download pdf
                     

Rapport spécial sur ITU TELECOM WORLD 2009: Nouveaux besoins, nouvelles réalités
Cérémonie d’ouverture
Photographe: State of Geneva
David Hiler
Président du Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève
 
 
Wang Jianzhou
Président-Directeur général de China Mobile
 
 
Saud bin Majed Al Daweesh
Président-Directeur général, STC Group
 
image
 
Cérémonie d’ouverture d’ITU Telecom World 2009 (de gauche à droite): Moritz Leuenberger, Conseiller fédéral et Chef du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et des communications (Suisse); le Président Paul Kagame de la République du Rwanda; le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Ban Ki-moon et le Secrétaire général de l’UIT Hamadoun I. Touré
 

Les grands noms du monde politique et du monde industriel présents à ITU Telecom World 2009, qui s’est tenue à Genève du 5 au 9 octobre, ont pu voir dans une collaboration renforcée et un dialogue à haut niveau une force positive pour le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Plus de 2 250 hautes personnalités — le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des ambassadeurs, des directeurs d’instance de réglementation et des P.-D. G. d’entreprises du monde entier — se sont réunis pour considérer les questions les plus pressantes de l’heure, par exemple le changement climatique, la reprise de l’économie mondiale et la cybersécurité

Cérémonie d’ouverture

La cérémonie d’ouverture s’est amorcée sur une allocution du Président du Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève, David Hiler, qui a souhaité à tous les participants une excellente semaine à ITU Telecom World 2009; ont ensuite pris la parole le Secrétaire général de l’UIT, Hamadoun I. Touré; le Conseiller fédéral et Chef du Département fédéral de l’environnement, du transport, de l’énergie et des communications de la Confédération helvétique, Moritz Leuenberger; le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon; le Président de la République du Rwanda, Paul Kagame; le Président-Directeur général de China Mobile, Wang Jianzhou; et enfin le Président-Directeur général du Groupe STC, Saud bin Majed Al Daweesh.

La cérémonie s’est terminée par la projection d’un message vidéo de l’ex-Président de la République sudafricaine, Nelson Mandela, qui a déclaré «Les TIC sont, à elles seules, le moyen le plus puissant dont nous disposons pour faire progresser l’humanité», et qui a instamment invité les participants à soutenir les efforts déployés pour connecter le monde et réduire la fracture numérique.

«Le monde a changé depuis la dernière exposition ITU Telecom World (Genève, 2003): «En 2003, nous venions de franchir la barre du premier milliard d’abonnements à la téléphonie mobile. A la fin de cette année, nous en serons à 4,6 milliards. En 2003, 680 millions d’habitants du globe utilisaient l’Internet. Aujourd’hui, ils sont 1,8 milliard — dont plus de la moitié disposent d’un accès large bande»

Hamadoun I. Touré,
Secrétaire général de l’UIT

Le monde entier communique

M. Touré a fait observer à quel point le monde a changé depuis la dernière exposition ITU Telecom World (Genève, 2003): «En 2003, nous venions de franchir la barre du premier milliard d’abonnements à la téléphonie mobile. A la fin de cette année, nous en serons à 4,6 milliards. En 2003, 680 millions d’habitants du globe utilisaient l’Internet. Aujourd’hui, ils sont 1,8 milliard — dont plus de la moitié disposent d’un accès large bande».

Le Secrétaire général de l’UIT a invité tous les participants représentant le monde développé à prendre conscience des opportunités économiques qui s’offrent à l’heure actuelle: «les pays en développement ne s’adressent pas aux pays développés «la sébile à la main», mais leur présentent des propositions dans l’intérêt de tous»; M. Touré a exhorté les pays en développement à «dépasser le stade de la charité et de l’assistance, à retrousser leurs manches, à se mettre au travail, à concrétiser les possibilités de faire des affaires et à prospérer» en créant le bon environnement.

Le Conseiller fédéral suisse, Moritz Leuenberger, a salué la thématique de la manifestation «Réseaux ouverts — Intelligences connectées» en insistant sur le rôle essentiel des TIC pour la liberté de communiquer et en affirmant «nous devons protéger cette liberté, tout comme nous protégeons l’environnement».

Le Secrétaire général de l’ONU rappelle l’importance des TIC

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, a évoqué l’importance des TIC qui «offrent aux Nations Unies de nouvelles possibilités de parvenir à ses objectifs de paix, de respect, de droits de l’homme et de développement», déclarant que les TIC sont par ailleurs «un outil absolument capital alors que la planète entière doit faire face à la menace du changement climatique». Le Secrétaire général de l’ONU entend pousser tous les pays à «conclure un contrat» lorsque les négociateurs vont se retrouver à Copenhague (Danemark) du 7 au 18 décembre 2009 pour la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique. Au reste, a-t-il déclaré, les grands noms de l’industrie savent bien qu’un accord complet, équitable et efficace sera un facteur de croissance, et sera aussi favorable à l’environnement qu’à l’économie.

Pour citer de nouveau le Secrétaire général de l’ONU, «Les TIC nous permettent déjà de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’aider les pays à s’adapter aux effets du changement climatique. Cela fait plusieurs décennies que les Nations Unies fournissent des semences et des engrais aux agriculteurs du continent africain. Ces facteurs de production demeurent essentiels. Mais aujourd’hui, nous ajoutons à la panoplie un nouvel outil avec les messages textes (qui permettent par exemple de communiquer rapidement et largement toutes sortes d’informations météorologiques) et, au début de cette année, nous nous sommes associés avec un certain nombre de fournisseurs de services de téléphonie mobile et d’autres partenaires pour installer dans l’ensemble de l’Afrique 5 000 nouvelles stations météorologiques qui nous permettront de contrôler l’impact du changement climatique et de transmettre immédiatement sur les téléphones portables des agriculteurs les nouvelles importantes. Nous espérons ainsi atteindre le plus grand nombre possible d’agriculteurs africains — car la survie de sept Africains sur dix dépend de l’agriculture».

Dans le monde entier, les TIC nous permettent de sensibiliser les populations au changement climatique et, surtout, «les pays et les secteurs industriels qui adhérent à la cause d’une croissance écologique seront les champions de l’environnement et de l’économie en ce XXIe siècle».

«Notre présence dans le cadre de cet important événement nous offre une occasion exceptionnelle de procéder à des échanges de vues et de résultats d’expérience et de nous informer directement quant aux grandes tendances dans le secteur des TIC.»

Perspective africaine

Le Président rwandais Paul Kagame s’est exprimé dans le même sens: «Chaque jour nous apporte de nouvelles preuves de l’impossibilité de séparer la protection de l’environnement du développement économique, alors que nous nous investissons dans des solutions innovantes pour sauver notre planète». Et M. Kagame d’ajouter que la thématique forte d’ITU Telecom World 2009 — Réseaux ouverts — Intelligences connectées — avait une signification particulière pour l’Afrique, qui pourtant n’a que tardivement adopté les TIC et créé des entreprises dans ce secteur.

Appelant l’attention sur l’évolution de la situation depuis le Sommet Connecter l’Afrique tenu par l’UIT dans la capitale de son pays, Kigali, en octobre 2007, le Président Kagame a relevé que des investissements massifs ont Cérémonie d’ouverture été consacrés aux infrastructures des communications en Afrique, à hauteur de plusieurs milliards USD, investissements dont les répercussions ont été importantes à divers niveaux. «Tout d’abord, les taxes ont diminué de 30% en moyenne, de sorte qu’un plus grand nombre d’habitants peuvent accéder aux services de communication et disposer de meilleures conditions de vie. Par ailleurs, ces investissements ont rapporté plus de 40 milliards USD aux investisseurs eux-mêmes. En troisième lieu, ces investissements ont puissamment contribué à l’expansion de la base fiscale des nations du continent, à la création de petites et moyennes entreprises, à la création de nouveaux emplois aussi». Enfin, il apparaît que la nouvelle infrastructure est un très puissant outil d’intégration régionale, puisqu’elle relie les pays entre eux et les connecte aux passerelles internationales.

S’agissant plus particulièrement du Rwanda, l’évolution a été sensible depuis le Sommet Connecter l’Afrique: le Président Kagame a précisé que plus d’un demi-milliard USD a été investi dans l’infrastructure des communications — dont 70% d’investissements privés. «Ces investissements, massifs, et leurs retombées en Afrique, ne sont ni une assistance ni des prêts susceptibles de piéger les nations dans la spirale de l’endettement. Les progrès remarquables ainsi réalisés en Afrique et au Rwanda procèdent de l’amélioration de la situation économique, de la mise en place de politiques plus efficaces, du renforcement des partenariats entre le secteur public et le secteur privé et enfin de la multiplication des efforts consacrés à la mise en valeur des compétences de la population active », a ajouté le Président rwandais.

Les progrès de la Chine

Expliquant que les TIC sont désormais une composante indispensable de la vie de la population, le P.-D. G. de China Mobile, Wang Jianzhou, a déclaré que «en Chine, des îles les plus isolées jusqu’à la chaîne de l’Himalaya, même les agriculteurs les moins aisés ont désormais la possibilité d’utiliser les réseaux hertziens pour obtenir en temps réel les informations dont ils ont besoin, notamment en ce qui concerne les prix des produits agricoles». En Chine, les opérateurs de télécommunication ont commencé de mettre en service des réseaux de la troisième génération (3G) au début de l’année, ce qui a été grandement favorable au développement des équipements et à la création de multiples possibilités d’emploi.

Le P.-D. G. de China Mobile a fait savoir que le service de mini-messagerie (SMS) continue de faciliter la vie de la population: «A l’heure actuelle, China Mobile traite plus de 1,8 milliard de SMS par jour», et l’information écrite est l’une des formes de contenu les plus appréciées: «Plus de 40 millions d’habitants sont abonnés au service mobile «actualités» proposé par China Mobile».

En ce qui concerne le changement climatique, M. Wang a noté que les TIC ont également un rôle à jouer dans la conservation de l’énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais les industriels doivent d’abord examiner leur propre efficacité économique: «Jusqu’ici, nous pensions que l’industrie des télécommunications se caractérisait par une faible consommation d’énergie; mais, suite à la construction d’un grand nombre de stations de base et à la forte utilisation des serveurs, la consommation énergétique est désormais l’un des principaux éléments de coût d’exploitation, et il est indispensable de la réduire», a déclaré M. Wang, qui a précisé que China Mobile a lancé un «plan d’action écologique dont l’objet est de parvenir à réduire la consommation d’énergie par le jeu de divers moyens techniques: adaptation des équipements, adoption de systèmes de refroidissement éoliens ou hydrauliques naturels, recyclage des matériaux d’emballage, promotion de sources d’énergie renouvelable telles que l’énergie solaire et l’énergie éolienne»

«Le service de minimessagerie (SMS) continue de faciliter la vie de la population. A l’heure actuelle, China Mobile traite plus de 1,8 milliard de SMS par jour.»”

M. Wang a insisté sur le fait que les émissions de gaz à effet de serre peuvent aussi être réduites grâce à l’incidence positive des objets et processus interconnectés du fameux «Internet des objets». «Aujourd’hui, avec l’expansion des réseaux de télécommunication (et plus particulièrement des réseaux hertziens) et la mise au point des systèmes de capteurs, nous disposons de meilleures conditions pour promouvoir l’Internet des objets»: de l’avis de cet orateur, il en résultera des gains d’efficacité dans de nombreux processus, et donc une importante conservation de l’énergie.

Les grandes tendances: un premier aperçu

Saud Al Daweesh, P.-D. G. de STC, a déclaré: «C’est un grand plaisir de prendre part à ITU Telecom World 2009, surtout aux côtés de participants aussi éminents, et de constater le vif intérêt suscité par les télécommunications et l’informatique. Notre présence dans le cadre de cet important événement nous offre une occasion exceptionnelle de procéder à des échanges de vues et de résultats d’expérience et de nous informer directement quant aux grandes tendances dans le secteur des TIC. Nous sommes heureux de vous faire part e certains de nos résultats et de mettre en avant l’expérience internationale que nous avons tirée de notre rapide expansion dans une dizaine de pays».

 

Toutes les photos de ce rapport spécial sont dues à P. Christin/UIT, D. Keller/UIT, V. Martin/UIT et F. Rouzioux/UIT, sauf indication contraire

 

  Page précédente Version imprimable Début de page Envoyer ce lien à un ami Page suivante © Droits d'auteur pour les Nouvelles de l'UIT 2014
Deni de responsabilité - Protection des données privées