Page d'accueil UIT Union Internationale des Télécommunications English Español 
  Copie Imprimable 
Page d'accueil UIT
Page d'accueil : Nouvelles de l'UIT
  
DES LEADERS S’ATTAQUENT AUX PROBLÈMES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET DE LA CYBERSÉCURITÉ AU SEGMENT DE HAUT NIVEAU DE LA SESSION DE 2008 DU CONSEIL

Comment se protéger en ligne

Plamen Vatchkov

Plamen Vatchkov, Président du Conseil, a été le modérateur de la session intitulée «Sécurité en ligne: un appel est lancé pour prendre des mesures». A l’heure actuelle, alors que les enfants sont toujours plus nombreux à avoir accès à l’Internet (par exemple sur des sites de réseaux sociaux), ils sont de plus en plus souvent confrontés à des sites web au contenu déplacé et à des situations potentiellement dangereuses. Bien des contenus Internet ne devraient pas être vus par les enfants, qu’il s’agisse de scènes sexuellement explicites ou de recettes de fabrication de bombes. Les internautes risquent d’être harcelés, d’avoir leurs machines infectées par des virus informatiques ou d’être la proie de prédateurs sexuels. L’orateur a appelé à soutenir l’Initiative de l’UIT pour la protection en ligne des enfants (COP), qu’il a invité chaque Etat Membre à adopter.

Diarra Mariam Flantié Diallo

Diarra Mariam Flantié Diallo, Ministre des communications et des nouvelles technologies du Mali, a déclaré ce qui suit: «dans la vie quotidienne, Internet est avant tout synonyme d’une plus grande liberté. Plus grande liberté pour les particuliers, qui sont chaque jour des millions à se connecter dans le monde. Plus grande liberté pour les entreprises, qui peuvent ainsi avoir accès aux marchés mondialisés». Toutefois, a-t-elle ajouté, l’Internet peut également présenter des risques accrus pour la sécurité, et elle a cité l’usurpation d’identité, la pornographie enfantine, le blanchiment d’argent et le trafic de drogue, voire les activités terroristes. Il est difficile de faire face à ces menaces dans un monde virtuel qui ne connaît pas de frontières. Le Mali, qui a adopté en 2005 une stratégie nationale TIC, s’emploie à créer un nouveau cadre juridique. A cet égard, la Convention du Conseil de l’Europe sur la cybercriminalité est un document de référence utile, au Mali comme ailleurs. Ainsi que l’a dit Mme Diallo, «il devrait être possible d’élaborer une législation sur le plan mondial et il nous faut donc échanger nos bonnes pratiques». Le Mali souhaite que l’UIT participe à cette tâche afin d’assurer une coopération internationale harmonieuse dans la rédaction des textes juridiques et réglementaires, la fourniture d’informations et l’appui au développement des ressources humaines nécessaires à cette tâche, en particulier à la formation de juristes. Toutes ces mesures devraient servir à renforcer la confiance des utilisateurs dans les TIC et à assurer la poursuite du développement de la société de l’information. La Ministre a conclu en soulignant que «en tant que femme et mère, je suis très consciente des dangers que courent les enfants; c’est pourquoi je soutiens sans réserve l’Initiative de l’UIT pour la protection en ligne des enfants».

Sherif Hashem

Sherif Hashem, Vice-Président exécutif, Inofotech Industry Development Agency (Egypte), a décrit la situation des TIC dans son pays. Le Ministère des communications et des technologies de l’information (MCIT) de l’Egypte, créé en 1999, est chargé de coordonner de nombreuses initiatives. Le cadre juridique inclut une Loi pour la protection des enfants promulguée en 2008. Plus des deux tiers des écoles égyptiennes ont accès à l’Internet et 25% des internautes sont des enfants. Bien souvent, ceux-ci en savent plus en informatique que la génération qui les précède et «de nombreux parents ne surveillent pas du tout le comportement de leurs enfants en ligne». En réponse à la question de savoir comment rendre plus sûr l’univers en ligne, M. Hashem a dit qu’il était essentiel de sensibiliser les parents, les enseignants, les fonctionnaires et les enfants eux-mêmes, à qui il faut apprendre à utiliser l’Internet en toute sécurité. Il faut en outre mettre en place des cadres juridiques et réglementaires. L’Egypte a créé une unité spéciale de répression de la cybercriminalité et il existe des programmes tels que la «Cyber Peace Initiative» (Initiative pour la cyberpaix) de la Première Dame du pays, Suzanne Mubarak, qui sensibilise à l’utilisation sans risque de l’Internet. Pour conclure, M. Hashem a dit qu’«il est déterminant, pour notre réussite, que l’UIT soutienne ces efforts».

Pascal Villeneuve

Un message de la Directrice exécutive du Fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Ann Venneman, a été prononcé par Pascal Villeneuve, Directeur associé. «L’accès à l’information est un droit de l’homme et un droit de l’enfant», a dit Mme Venneman. Or, les menaces visant l’intégrité physique et mentale des enfants semblent de plus en plus fréquentes, comme l’indique une étude des Nations Unies sur la violence subie par les enfants, publiée en octobre 2006. La solution au problème des cybermenaces est en partie d’ordre technique — par exemple avec l’utilisation de logiciels filtrants — mais il faut aussi sensibiliser les enfants et les personnes qui s’en occupent. Mme Venneman a évoqué le troisième Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants et des adolescents qui a eu lieu à Rio de Janeiro du 25 au 28 novembre 2008. «L’UIT et de nombreux autres partenaires participent à cette rencontre», a-t-elle indiqué. L’UNICEF accueille favorablement les efforts de l’UIT pour renforcer la protection des enfants dans le cyberespace, par exemple l’Initiative pour la protection en ligne des enfants, a-t-elle conclu. L’UNICEF encourage aussi la création de partenariats public-privé, essentiels si on veut réussir à protéger efficacement les enfants.

Deborah Taylor Tate

Deborah Taylor Tate, membre de la Federal Communications Commission (FCC) des Etats-Unis, a dit que l'UIT était «l'instance mondiale idéale pour la discussion des problèmes de sécurité en ligne». Le monde compte aujourd'hui une centaine de millions de sites web et leur nombre ne cesse d'augmenter dans tous les pays, y compris les pays en développement. «La prochaine génération, la «i-génération», compte sur nous pour lui ouvrir la voie et lui permettre de naviguer en toute sécurité dans le cyberespace». L'Internet est omniprésent dans la vie des enfants des pays industrialisés. La répression doit s'appliquer, partout dans le monde, à la pornographie enfantine en ligne, aux prédateurs sexuels, aux harceleurs et aux trafiquants. De nombreux pays du monde consentent d'importants efforts, a-t-elle dit, citant les exemples de réseaux pédophiles récemment démantelés en Australie, en Espagne et au Japon. Mme Tate a exhorté tous les pays à harmoniser leurs législations à cet égard. «Nous parlons aujourd'hui d'éducation, de prévention et de protection de la vie précieuse de nos enfants avant qu'un malheur ne leur arrive», a-t-elle dit. L'UIT et son site web pour la protection en ligne des enfants sont «parfaitement adaptés» aux échanges d'expériences et d'informations. «Je partage l'objectif de l'UIT, qui est de renforcer la sécurité, d'apaiser les craintes et de généraliser les avantages des TIC en vue de construire une société de l'information inclusive, en particulier pour les enfants du monde — de Tombouctou au Tennessee et partout ailleurs.»

Christiane
Agboton-Johnson

Christiane Agboton-Johnson, Directrice exécutive adjointe de l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR), a expliqué qu'il fallait aujourd'hui protéger, non seulement l'espace terrestre, maritime et aérien, mais aussi le cyberespace. Or, les règles qui s'appliquent à ce nouvel environnement sont rares. «Des attaques peuvent être lancées à distance, sans que leurs auteurs risquent d'être tués ou blessés. Tout en restant pour ainsi dire invisible, il est possible de frapper l'ennemi au cœur en visant des particuliers ou des Etats, sans distinction», a-t-elle dit. Au-delà de la stabilité et de la sécurité internationales, la cybersécurité est intrinsèquement liée aux fondements mêmes de la sécurité humaine et aujourd'hui, plus que jamais, la communauté internationale doit prendre des mesures pour faire face aux diverses menaces qui la guettent. Il est important de donner aux parties prenantes des informations qui leur permettent de comprendre les risques et de réagir en conséquence. C'est pourquoi l'UNIDIR a organisé en 2007 un Forum du désarmement sur les dangers des TIC, cyberterrorisme compris. Mme Agboton-Johnson a également fait référence à l'Initiative de l'UIT pour la protection en ligne des enfants. «Les jeunes sont — malheureusement — la cible de nombreuses attaques sur différents fronts, dont la pornographie et la violence armée. Des programmes spécifiques doivent être élaborés pour protéger ces jeunes, dont les mentalités sont quelquefois façonnées davantage par leurs découvertes sur l'Internet que par les membres de leur famille.» Pour conclure, Mme Agboton-Johnson s'est demandé si les progrès des TIC aboutissaient à la création d'espaces de liberté ou, au contraire, de champs de bataille, avec les conséquences dévastatrices qui pourraient en résulter.
 

Déclaration du Secrétaire général

Le Segment de haut niveau a pris fin le 13 novembre avec une déclaration de M. Touré. «Assurer la cybersécurité est l’un des grands défis de notre époque», a-t-il dit. «L’UIT a pris la direction des efforts visant à promouvoir la cybersécurité et à lutter contre l’afflux de cybermenaces». Le Secrétaire général a ensuite souligné que «le changement climatique est un défi à l’échelle de la planète, défi que nous devons impérativement relever — non pas dans notre seul intérêt, mais dans celui de nos enfants». Il s’agit là d’un autre domaine dans lequel l’UIT «peut vraiment faire changer les choses». L’UIT continuera à unir ses efforts à ceux d’autres institutions du système des Nations Unies afin de «faire front commun» face à ces défis et à d’autres défis tout aussi importants.

 

 

 

Début de page - Commentaires - Contactez-nous - Droits d'auteur © UIT 2014 Tous droits réservés
Contact pour cette page : Unité de la Communication institutionnelle
Date de création : 2014-10-02