ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

Forum African de partage des meilleures pratiques dans le domaine des TIC


Allocution D'ouverture



11 OCTOBRE 2013, Ouagadougou, Burkina Faso


English 

 

Monsieur le Président,
Excellences,
Mesdames et Messieurs les délégués,
Mesdames et Messieurs,


C'est un grand honneur pour moi et un véritable plaisir de me retrouver ici avec vous, à Ouagadougou, à l'occasion du "Forum Africain de partage des meilleures pratiques dans le domaine des TIC".


A en juger par l'ordre du jour de cette réunion, nous avons un nombre considérable de sujets à examiner et de très nombreux orateurs vont s'exprimer au cours des deux prochains jours. J'attends avec grand intérêt les résultats de cette réunion.


Pour mettre les discussions en perspective, permettez-moi de revenir un peu en arrière, de m'arrêter sur les progrès que nous avons déjà accomplis, sur les écarts qui restent à combler, sur notre rôle à l'UIT pour aider à connecter tous les habitants de la planète et, enfin et surtout, sur la nécessité d'assurer la sûreté et la sécurité du monde en ligne, tout comme nous le faisons dans le monde réel.


Mesdames et Messieurs,


Nous avons accompli au cours des quelques dix dernières années des progrès spectaculaires en ce qui concerne le développement des TIC.


En l'an 2000, le taux de pénétration du cellulaire mobile en Afrique était inférieur à 2% et la plupart des gens pensaient que le téléphone mobile ne serait rien d'autre qu'un article de luxe réservé aux plus riches, en d'autres termes, au plus petit nombre.


Pourtant aujourd'hui la téléphonie mobile est financièrement abordable et disponible sur l'ensemble de ce grand continent. Les données de l'UIT donnent à penser que d'ici la fin de 2013 le taux de pénétration du mobile en Afrique sera supérieur à 63%.


Plus récemment, nous avons assisté à l'essor extraordinaire du large bande mobile, une technologie grâce à laquelle les personnes ayant accès à l'Internet n'ont jamais été si nombreuses et qui continue d'afficher le taux de croissance le plus rapide dans toute l'histoire de l'humanité.


L'Afrique a tiré parti du large bande mobile avec une rapidité incroyable et elle rattrape actuellement son retard par rapport à d'autres régions plus vite que pour n'importe quelle autre technologie.


De fait, le taux de pénétration du large bande mobile ici, en Afrique, à l'aube de 2014, sera proche des taux observés dans la région des Etats arabes et la région Asie-Pacifique il y a tout juste deux ans, au début de 2012.


Mais il nous reste encore beaucoup à faire car 70% des habitants des pays en développement et plus de 90% des habitants des pays les moins avancés ne sont toujours pas connectés alors que nous arrivons en 2014.


Ce constat est d'une importance fondamentale car la finalité n'est pas la technologie pour la technologie. La technologie doit être mise au service de l'éducation pour tous, elle doit permettre d'améliorer les soins de santé, d'autonomiser les femmes et de renforcer la protection de l'environnement.


Mesdames et Messieurs les délégués,


L'UIT tout entière oeuvre pour que tous les habitants de la planète puissent être connectés et pour améliorer l'expérience de ceux qui sont déjà en ligne.


Connecter le monde: notre Secteur du développement des télécommunications (UIT-D) fait un excellent travail en fournissant une assistance aux pays en développement, en particulier dans le domaine du renforcement des capacités, et en aidant les pays à adopter des cadres réglementaires qui permettront d'accélérer le déploiement des infrastructures et d'élargir l'accès des utilisateurs aux réseaux.


Améliorer l'expérience des utilisateurs et, avant toute chose, leur donner la possibilité d'avoir un accès en ligne: le travail réalisé par notre Secteur des radiocommunications (UIT-R) est inestimable. Ce Secteur veille à ce que les fréquences à l'échelle mondiale soient attribuées de façon appropriée (et réaménagées lorsque cela est nécessaire) et coordonnées et assure aussi, bien sûr, la coordination des satellites.


Faire en sorte que les infrastructures fonctionnent mieux: nous pouvons tous remercier notre Secteur de la normalisation des télécommunications (UIT-T) qui, par exemple, veille à ce que les infrastructures de réseaux puissent fonctionner ensemble de manière transparente pour l'utilisateur et travaille dans des domaines comme la normalisation des techniques de compression. En effet, grâce aux normes de l'UIT sur les techniques de compression qui ont récemment été adoptées, les utilisateurs n'auront besoin que de la moitié de la largeur de bande qu'ils utilisent actuellement pour télécharger le même contenu. Je n'ai pas besoin de vous dire à quel point cela est important dans des régions comme l'Afrique où la largeur de bande est encore trop rare.


Au niveau plus large de la politique générale, l'UIT a défendu activement l'élargissement du déploiement du large bande à l'échelle mondiale afin d'atteindre plus vite les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).


Sur ce front, nous avons fait équipe avec l'UNESCO en 2010 pour créer la Commission sur le large bande au service du développement numérique et, au cours des trois dernières années, nous avons travaillé inlassablement pour sensibiliser l'opinion à cette très importante question de développement.


La Commission sur le large bande s'est réunie à New York le 21 septembre pour lancer le rapport de cette année de la série "La situation du large bande" qui contient les tous derniers classements par pays pour ce qui est de l'accessibilité et de l'utilisation du large bande.


Mesdames et Messieurs,


Alors que le monde est de plus en plus connecté et interconnecté et que, de plus en plus d'informations et de connaissances se retrouvent sous la forme de bits et d'octets – bits et octets qui très souvent ignorent les frontières – nous devons être certains que nous pouvons avoir confiance dans ce nouveau monde en ligne merveilleux.


Cela ne signifie pas simplement que nous devons veiller à la sûreté et la sécurité du monde en ligne; il nous faut aussi veiller à ce que la liberté et le respect de la vie privée soient garantis et protégés.


Nous devons réduire autant que faire se peut les risques liés à une utilisation illicite des TIC et adopter pour l'avenir, et c'est là le plus important, une approche multilatérale et multi-parties prenantes.


Nous devons donc tous travailler main dans la main avec d'autres organismes intergouvernementaux et garantir la participation active de toutes les parties prenantes, comme les organismes locaux et régionaux ainsi que les organisations de la société civile.


Des progrès importants sont accomplis avec des initiatives comme le partenariat ITU-IMPACT, qui est aujourd'hui officiellement entériné par 145 pays et qui a tenu hier à Ouagadougou bien sûr une réunion très utile et fructueuse. Nous sommes également très reconnaissants au Président Compaoré pour le soutien qu'il apporte en tant que Président du Conseil consultatif international d'IMPACT.


Une autre initiative très importante est l'initiative sur la Protection en ligne des enfants (COP), réseau de collaboration internationale qui agit pour promouvoir la protection en ligne des enfants dans le monde entier. Ce réseau, qui compte un nombre croissant de partenaires, fournit, avec d'autres institutions et partenaires des Nations Unies, des indications sur le comportement à adopter en ligne et a déjà touché un très vaste public.


Mesdames et Messieurs les délégués,


Je suis convaincu personnellement qu'avec le temps nous arriverons à mettre en place, avec la participation pleine et entière des gouvernements du secteur privé et de la société civile, un cadre mondial régissant le cyberespace.


Cette tâche est aussi importante que celle de connecter les individus car quel est l'intérêt d'être connecté si l'on ne peut pas avoir confiance dans le monde en ligne?


Nous devons donc travailler inlassablement pour que l'Internet soit plus sûr pour tout un chacun tout en faisant en sorte que les droits de l'homme fondamentaux ne soient pas sacrifiés lorsqu'il s'agit de faire face à de nouveaux risques ou d'utiliser les possibilités offertes par les TIC pour réagir aux menaces du monde réel.


Je peux vous assurer de l'attachement sans faille de l'UIT au processus de collaboration et de coopération.


Pour conclure, permettez-moi de remercier une fois de plus le Burkina Faso d'avoir accueilli cet important Forum et, en particulier, le Président Compaoré, sous l'égide duquel est placé ce Forum, pour son soutien personnel.


Je vous remercie.