ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

Allocution Prononcée devant les Parlementaires

jeudi 21 avril 2011, Burundi


English 

Distingués présidentes et présidents des Commissions parlementaires,
Honorables députés, Honorables sénateurs,

Mesdames et Messieurs,

 
C'est un grand plaisir et un honneur d'être ici parmi vous aujourd'hui, au Burundi et d'avoir l'occasion de prendre la parole devant vous.
 
Au cours de la dernière décennie, nous avons été les témoins d'une généralisation de l'utilisation des technologies de l'information et de la communication qui sont devenues omniprésentes et dont l'influence s'est étendue à tous les domaines de l'activité humaine.
 
Il n'est en fait pas exagéré de dire que nous avons assisté à une transformation radicale, en ce sens que les TIC autrefois considérées comme un luxe sont devenues aujourd'hui un vecteur essentiel de progrès social et économique.
 
Qui aujourd'hui, tout particulièrement qui d'entre vous ici présents dans cette assemblée, pourrait imaginer sa vie quotidienne ou son travail sans téléphone mobile? Les TIC ont en quelque sorte aboli les distances, rapproché les personnes plus que jamais et elles continueront de le faire.
 
Les conséquences sont énormes pour notre organisation l'UIT qui, comme vous le savez, est l'institution spécialisée des Nations Unies s'occupant du développement des TIC dans le monde.
 
En octobre dernier, l'UIT a tenu sa 18ème Conférence de plénipotentiaires à Guadalajara (Mexique). Ce fut l'occasion pour nos membres - l'Union compte aujourd'hui 192 Etats Membres avec le Timor Leste qui est récemment devenu Membre - de définir les priorités de l'Union pour les quatre années à venir pour qu'elle continue de jouer un rôle utile, au cœur même du secteur des TIC.
 
Nous avons constaté avec beaucoup d'intérêt que la très grande majorité des Etats Membres, dans leur déclaration de politique générale, ont fait du déploiement de l'infrastructure large bande une nécessité et une priorité et je reviendrai sur l'importance du large bande dans un moment.
 
A Guadalajara, nos membres ont pris plusieurs décisions marquantes et ont adopté un grand nombre de résolutions importantes, notamment sur les sujets suivants:  
  • l'accessibilité;
  • les TIC et les changements climatiques;
  • le renforcement de la présence régionale de l'UIT;
  • les mesures pour faciliter la lutte contre l'utilisation des réseaux de télécommunication à des fins illicites
  • la conformité et l'interopérabilité;
  • les communications d'urgence et l'assistance humanitaire;
  • l'admission de Membres de Secteur des pays en développement;
  • la réduction de l'écart en matière de normalisation;
  • l'admission d'établissements universitaires à participer aux travaux de l'Union;
  • les mesures spéciales en faveur des petits Etats insulaires en développement et des pays en développement sans littoral; et
  • les réunions électroniques.
Les membres ont également adopté un certain nombre de résolutions essentielles sur les questions relatives à l'Internet; ces résolutions renforcent et mettent en lumière l'engagement pris par l'UIT de travailler avec la communauté Internet pour que tous les citoyens de la planète puissent bénéficier des avantages de l'Internet.
 
Autant dire que les quatre années à venir seront très chargées pour l'UIT et que nous attendons de chacun de nos Etats Membres, sans exception, et bien sûr du Burundi, qu'ils continuent de soutenir l'Union dans ses travaux comme ils l'ont toujours fait depuis de nombreuses, très nombreuses années. Le Burundi pour sa part apporte son soutien à l'UIT depuis pratiquement 50 ans, c'est à dire depuis février 1963, lorsqu'il est devenu Membre de l'Union.
 
Honorables parlementaires,
 
Nous nous rapprochons très rapidement de 2015, date butoir qui a été fixée pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ainsi que des buts fixés par le Sommet mondial sur la société de l'information.
 
Je suis sincèrement convaincu que pour espérer accélérer les progrès sur la voie de la réalisation de ces objectifs, il nous faut exploiter pleinement le potentiel des TIC.
 
Les TIC nous aident à progresser de façon incroyable dans de nombreux domaines: amélioration des soins de santé, réduction de la pauvreté, responsabilisation des femmes. Elles contribuent à créer des emplois et à doper la croissance, la productivité et la compétitivité économique sur le long terme.
 
Je me réjouis qu'au cours de mon premier mandat de quatre ans de Secrétaire général de l'UIT nous ayons été les témoins de si grands progrès concernant le développement des TIC dans le monde et que nous comptions aujourd'hui plus de 5 milliards d'abonnements à la téléphonie cellulaire mobile à l'échelle de la planète.
 
Même dans bon nombre des pays parmi les plus pauvres de la planète, le taux de pénétration de la téléphonie cellulaire mobile dans les foyers en zone rurale est aujourd'hui supérieur à 50 %.
 
Ici, au Burundi, le nombre d'abonnements à la téléphonie cellulaire mobile a été multiplié par huit en l'espace de tout juste cinq ans; toutefois le taux de pénétration constaté de 20% cette année reste encore bien en dessous de la moyenne du Continent africain qui avoisine les 50%. Je dois cependant vous rassurer car au regard du déploiement de nouvelles stratégies  dans le secteur  des TIC, notamment l’engouement de toutes les parties prenantes lors de la retraite gouvernementale hier à NGOZI  . je suis convaincu que nous verrons encore des progrès spectaculaires dans ce domaine au Burundi au cours des quelques prochaines années.   
 
Le prochain grand enjeu bien sûr est de reproduire, pour l'Internet et le large bande en Afrique, le miracle du mobile. Il est vrai que nous avons beaucoup progressé puisque le taux de pénétration de l'Internet a triplé au cours des quatre dernières années sur le continent pour atteindre 11% début 2010 mais il nous reste encore beaucoup à faire, en particulier en ce qui concerne le large bande.
 
Il n'est pas exagéré de dire que l'Internet - et en particulier le large bande - représente peut être la plus grande chance de progrès économique et social pour ce grand continent qui est le nôtre.  
 
L'Internet nous permettra en fait d'avoir des soins de santé plus efficaces et sera synonyme de meilleur enseignement, d'environnement durable, de services de transport plus efficaces et d'approvisionnement énergétique plus intelligent et plus économique. Il nous apportera toute une gamme de nouvelles applications et de nouveaux services, par exemple les services bancaires mobiles qui se sont révélés être révolutionnaires en Afrique, en particulier au Kenya.
 
Deux choses doivent toutefois changer si nous voulons que le monde en ligne devienne une réalité pour tous les Africains.
 
Premièrement, les gouvernements doivent faire du large bande la priorité de leur programme de développement afin d'accélérer le déploiement des réseaux large bande et d'étendre les avantages de ces réseaux au plus grand nombre.
 
C'est pourquoi l'UIT, en collaboration avec l'UNESCO, a créé au début de l'an dernier, la Commission "Le large bande au service du développement numérique". Coprésidée par Paul Kagamé, Président du Rwanda, et Carlos Slim, Président d'honneur à vie du Grupo Carso, elle compte une cinquantaine de membres éminents représentant le secteur public et le secteur privé.
 
Deuxièmement, nous devons faire en sorte que l'accès à l'Internet, et en particulier l'accès large bande, deviennent financièrement beaucoup plus abordables qu'ils ne le sont aujourd'hui. Cela ne sera possible que si la capacité augmente et la concurrence s'accroît, ce qui se produit à l'échelle du continent. 
 
Mesdames et Messieurs, Honorables députés et sénateurs
 
This brings me to my closing statements, which concern the vital importance of regulation in terms of ICTsJe voudrais pour terminer m'arrêter sur l'importance cruciale de la réglementation en ce qui concerne les TIC.
 
Une réglementation efficace et des cadres réglementaires adaptés sont véritablement indispensables pour stimuler la croissance, généraliser l'accès aux TIC, renforcer le déploiement du large bande et faire en sorte que nous passions la vitesse supérieure pour atteindre les OMD.
 
En ce qui concerne le secteur des TIC, une bonne réglementation est synonyme de prévisibilité et de stabilité et réduit les risques. Elle encourage les investissements dans les infrastructures des TIC et récompense la concurrence et les modèles d'activité économique innovants.
 
Dans le même temps, elle protège les consommateurs en assurant la transparence du marché et en garantissant un système de règlement des différends équitable.
 
La question n'est pas simple toutefois, en particulier dans un monde de plus en plus complexe où les divergences sont de plus en plus nombreuses et où l'environnement des TIC est en rapide évolution.
 
Nous ne vivons plus dans le monde simple des postes et des télécommunications mais dans le monde complexe du numérique où:
 
  • les frontières entre infrastructures et contenus ont convergé et ont pratiquement disparu;
  • la cybersécurité est devenue une préoccupation pour tous les acteurs;
  • les applications et les services TIC ne relèvent plus seulement du seul secteur des TIC; 
  • et la seule véritable constante est le changement.
 
Cette exigence de la vitesse des mutations technologiques nous oblige sans cesse à revoir les lois et à adapter notre législation à cet environnement changeant.
 
C’est à ce titre que je plaiderai  une bonne interaction entre l’exécutif et le législatif et que je sollicite   votre bienveillant concours en ce qui concerne l’examen et l’adoption  des lois de ce secteur des TIC , outil indispensable à l’activité des autres composantes de l’économie de votre pays et  dont les amendements  successifs sont inévitables pour coller à la réalité technologique.
 
Je voudrais enfin me réjouir de l’excellence des liens de coopération et de travail qui existent entre l’ Union Interparlementaire Mondiale et l’UIT. Les actions communes organisées à Genève, permettent de mieux informer et mieux sensibiliser les parlementaires de toutes les régions du monde sur les enjeux , les défis  mais aussi le formidable espoir que représentent les TIC pour répondre aux besoins  multiples des populations que vous représentez afin de bâtir et léguer un meilleur monde  pour les prochaines générations.
 
Je suis sensible à l’honneur qui nous est fait de partager avec vous notre expérience et vous invite lors de vos passages à Genève  dans le cadre de l’Union Interparlementaire à venir nous rendre visite à la Place des Nations  , au siège de l’UIT. 
 
Je vous remercie de votre  aimable attention.