ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

Réunion générale annuelle de la PITA

11 avril 2011, Nouméa, Nouvelle Calédonie


English   

 
Excellences
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

C'est un grand plaisir et un honneur d'être parmi vous aujourd'hui, ici à Nouméa, pour la séance plénière d'ouverture de la 15ème Réunion générale annuelle de l'Association des télécommunications des îles du Pacifique (PITA). L'UIT est fière d'être une fois de plus à vos côtés pour cet événement annuel important.

Depuis sa fondation, la PITA travaille sans relâche pour promouvoir le développement des TIC dans les îles du Pacifique et pour mettre en place les mécanismes nécessaires à la coopération et la complémentarité entre ses membres. La PITA a également fait un excellent travail pour promouvoir et enrichir les politiques et stratégies communes de développement de créneaux technologiques essentiels.

En tant qu'organisation régionale, la PITA a également été très active et efficace pour rassembler les meilleures idées et les meilleures initiatives des pays du Pacifique, à l'instar de l'UIT qui s'efforce de tirer parti de sa structure fédérative.

La PITA a su encourager les investissements locaux et étrangers dans le secteur des TIC des îles du Pacifique. Elle s'est employée à coordonner les efforts des régulateurs tout en renforçant le rôle du secteur privé.

La réussite de la PITA s'explique notamment par sa capacité à tirer parti, tout comme l'UIT, du fait qu'elle compte parmi ses membres des entités du secteur public et du secteur privé, y compris des ministres, des régulateurs, des opérateurs, des fournisseurs de services et d'autres acteurs du secteur des TIC au sens large.

La PITA peut ainsi adopter une approche globale et équilibrée en ce qui concerne le développement des TIC dans la région, sachant qu'elle est à l'écoute de tous ses membres et qu'elle comprend les intérêts de chacun d'eux.

Cela est essentiel car les TIC font aujourd'hui partie intégrante de notre vie à tous, ce que nous n'aurions même pas pu imaginer il y a plus de 15 ans lorsque la décision de créer la PITA a été prise.

Nous en sommes tous bien conscients, les TIC contribuent à la création d'emplois, stimule la croissance, la productivité et la compétitivité économique à long terme. Elles sont sans aucun doute l'outil le plus puissant dont nous disposons pour parvenir au progrès social et économique sur l'ensemble de la planète. Elles jouent également un rôle essentiel car elles accélèrent les progrès sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.

Ceux d'entre vous qui me connaissent bien savent combien la mission fondamentale de l'UIT, à savoir connecter le monde, me tient à coeur.

Je me réjouis qu'au cours de mon premier mandat de quatre ans de Secrétaire général de l'UIT nous ayons été les témoins de si grands progrès en ce sens puisque l'on compte aujourd'hui dans le monde plus de 5 milliards d'abonnements à la téléphonie cellulaire mobile.

Même dans bon nombre des pays les plus pauvres de la planète, le taux de pénétration de la téléphonie cellulaire mobile dans les foyers vivant en zone rurale dépasse aujourd'hui 50%.

Il s'agit là d'une victoire éclatante dont nous devrions tous être fiers.

Mesdames et Messieurs

Au cours de mon second mandat de Secrétaire général de l'UIT qui a commencé au début de cette année, je veux que soient accomplis pour l'accès à l'Internet dans le monde les mêmes progrès que ceux auxquels nous venons assister pour la téléphonie mobile.

Nous avons fait d'immenses progrès, puisque quelque 2 milliards de personnes sont déjà en ligne aujourd'hui. Mais nous ne devrions pas oublier que près de 5 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à la mine d'informations et aux très nombreuses possibilités qu'offre l'Internet. Elles vivent bien sûr, pour la grande majorité d'entre elles, dans les pays en développement.

Dans la région du Pacifique, comme dans les pays appartenant à d'autres groupes mondiaux, régionaux ou locaux, la solution doit passer par l'accélération du développement des réseaux et de l'infrastructure large bande, ainsi que par les applications et les services qu'ils permettent de proposer.

Comme vous le savez mieux que quiconque, il faudra pour cela mettre en place un environnement politique et réglementaire adapté et une réglementation efficace.

Nous devons continuer à oeuvrer ensemble pour développer et exploiter pleinement le potentiel des réseaux et des services TIC large bande pour le développement et je compte sur l'appui sans faille de la PITA à cet égard.

Au cours des quelques dernières années, la collaboration de l'UIT et de la PITA concernant un certain nombre d'activités dans la région du Pacifique a été fructueuse, qu'il s'agisse de l'organisation conjointe de manifestations ou de la participation et de la contribution aux activités de chaque partie.

Très récemment, en fait le mois dernier, nous avons organisé l'atelier UIT/PITA de formation, dans le cadre des centres d'excellence de la région Asie-Pacifique, atelier qui portait sur le développement des compétences de gestion des ressources humaines et qui s'adressait aux organisations de télécommunications du Pacifique. Cet atelier qui s'est tenu à Nadi, aux îles Fidji, a été un franc succès.

Il me semble donc que c'est l'occasion rêvée d'encourager la PITA à s'impliquer davantage dans les activités de l'UIT et à devenir Membre de Secteur de l'Union, ce qui lui permettra de jouer un rôle encore plus important en ce qui concerne le développement des TIC dans la région et dans le monde entier.

Chers collègues,

Ce matin, à l'occasion du Forum ministériel spécial sur les TIC, j'ai abordé deux autres questions qui revêtent une importance toute particulière pour la région, à savoir l'utilisation abusive des ressources de numérotage et l'itinérance mobile internationale.

Je voudrais une fois de plus attirer l'attention sur ces deux questions et vous rappeler que Richard Hill qui travaille au Secteur de la normalisation des télécommunications de l'UIT est ici à Nouméa cette semaine; il est le spécialiste UIT des questions d'utilisation abusive des ressources de numérotage et il fera aussi un exposé sur les travaux de la Commission d'études 3 de l'UIT concernant l'itinérance mobile internationale. Il y a aussi cette semaine, à Nouméa, un atelier ICB4PAC spécialisé sur l'itinérance mobile internationale.

Je ne saurais clore mon discours sans vous rappeler l'édition 2011 d'ITU Telecom et la CMTI de 2012.

ITU Telecom fêtera son 40ème anniversaire en 2011 et la manifestation aura lieu à Genève du 24 au 27 octobre. Elle réunira des dirigeants de très haut niveau venant du monde entier ainsi que les hauts représentants des acteurs mondiaux les plus influents du secteur des TIC et elle constituera une occasion sans pareil de poursuivre les discussions et les débats qui ont lieu ici à Nouméa.

J'ai également indiqué ce matin que se tiendra à la fin de l'année prochaine la Conférence mondiale des télécommunications internationales (CMTI).

Cette Conférence se penchera sur la révision de l'actuel Règlement des télécommunications internationales (RTI) qui a été adopté en 1988. Il a été fort utile mais chacun s'accorde à reconnaître qu'il doit tenir compte changements majeurs qui sont intervenus au cours des 24 dernières années.

Il faudra notamment tenir compte de la libéralisation et de la privatisation d'une grande partie du secteur des télécommunications et aussi de la convergence croissante des technologies et des services qui parfois brouillent les distinctions traditionnelles entre télécommunications et technologies informatiques.

La CMTI abordera d'autres thèmes, notamment la sécurité de l'utilisation des TIC, l'utilisation abusive des ressources de numérotage et le spam, autant de questions de plus en plus préoccupantes dans le monde moderne.
Le travail qui se fait aujourd'hui dans des organisations comme la PITA est une grande source d'encouragement pour moi. Permettez-moi de vous dire une fois de plus combien l'UIT apprécie vos efforts.

Je vous remercie.