ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

Forum ministériel spécial sur les TIC

11 avril 2011, Nouméa, Nouvelle Calédonie

 


English   

 
Excellences,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

C'est un grand plaisir et un honneur pour moi d'être parmi vous aujourd'hui à Nouméa pour l'ouverture officielle du Forum ministériel spécial sur les TIC.

Je voudrais tout d'abord féliciter les organisateurs pour le succès de la Conférence régionale des Ministres de l'énergie, des transports et des technologies de l'information et de la communication, qui s'est achevée jeudi dernier ici, à Nouméa.

Parce que les TIC jouent de plus en plus un rôle clé dans le développement de ces trois secteurs, l'initiative du Secrétariat de la Communauté Pacifique d'organiser une conférence ministérielle intersectorielle est bienvenue et mérite d'être saluée.

Toutes les questions relatives aux TIC devront de plus en plus être traitées à un niveau intersectoriel, et cette conférence est à cet égard une excellente prémisse.

Aujourd'hui a lieu l'ouverture du Troisième Forum ministériel spécial sur les TIC, manifestation activement soutenue par l'UIT dans le Pacifique et qui, bien que récente, fait déjà figure d'importante tradition.

Les premier et deuxième forums se sont tenus au début de l'année 2009 et au milieu de l'année 2010 respectivement, aux Tonga; comme la présente réunion, ils avaient été convoqués par le Secrétariat de la Communauté Pacifique (SPC), qui s'acquitte parfaitement de sa mission consistant à conseiller et assister sur les questions techniques et de politique générale les 26 membres du Forum des Iles Pacifiques.

Je rends hommage très sincèrement au SPC, devenu Membre de Secteur de l'UIT-D l'année dernière, pour sa participation active à l'UIT et l'excellent travail qu'il réalise dans la région du Pacifique.

Mesdames et Messieurs,

L'année dernière, la réunion ministérielle tenue aux Tonga a approuvé le "Cadre d'action sur les TIC au service du développement dans le Pacifique". Depuis lors, l'UIT - et en particulier notre bureau régional pour l'Asie et le Pacifique - a traité prioritairement les besoins pressants des pays insulaires du Pacifique, notamment en matière de renforcement des capacités, d'applications TIC, de communications d'urgence et de cybersécurité.

Le renforcement des capacités concernant les politiques et les règlements sur les télécommunications a été réalisé en portant une attention particulière au projet de la Commission européenne/UIT sur le renforcement des capacités politiques et réglementaires dans le domaine des TIC des Etats insulaires de la région Pacifique – connu sous l'appellation abrégée d'ICB4PAC.

Parmi toutes les activités présentées aux ministres l'année dernière, l'ICB4PAC a été la seule à figurer explicitement dans la Déclaration des Tonga, et je suis heureux qu'une telle visibilité ait été donnée à ce projet de haut niveau, qui couvre 15 pays de la région Asie-Pacifique.

L'ICB4PAC vise à renforcer les capacités humaines et institutionnelles dans le domaine des TIC par une panoplie de mesures ciblées sur la formation, l'éducation et le partage du savoir, et à faire émerger des éléments d'information en vue d'une possible harmonisation des politiques sur le marché des TIC.

Au nombre des priorités de l'ICB4PAC figurent les politiques nationales en matière de TIC, l'interconnexion et l'itinérance mobile internationale, la cybersécurité, l'octroi de licences, l'accès universel et le numérotage.

En ce qui concerne les applications TIC, l'UIT a créé et soutenu plusieurs télécentres polyvalents dans les pays insulaires du Pacifique. Les premiers ont vu le jour aux Iles Marshall, à Nauru, en Papouasie Nouvelle Guinée et aux Tonga. Ce projet a ensuite été étendu pour fournir une assistance à d'autres pays de la région Pacifique, dont Kiribati.

En collaboration avec des partenaires, l'UIT est maintenant en train d'élaborer des kits pratiques sur les télécentres qui offrent des logiciels et des applications adaptés à ces centres. Le déploiement des kits pratiques et un programme régional de formation devraient être mis en œuvre au cours de l'année dans le Pacifique.

Pour ce qui est des communications d'urgence, nous sommes bien sûr tous conscients des dangers qui menacent la région, d'autant plus après le tremblement de terre et le tsunami dévastateurs qui ont frappé le Japon il y a un mois aujourd'hui.

La région Pacifique est malheureusement située sur la "ceinture de feu du Pacifique"   également appelée "cercle de feu du Pacifique" ou ceinture sismique circumpacifique –; elle enregistre 90% des tremblements de terre et 80% des tremblements de terre les plus puissants et on y trouve 75% des volcans en activité ou en sommeil dans le monde.

Chaque fois que survient une catastrophe, comme celle qui a récemment frappé le Japon, ou après le passage du tsunami du Pacifique qui a dévasté Samoa et Tonga en septembre 2009 - l'UIT apporte une aide sous la forme de matériel de télécommunications, notamment de téléphones et de terminaux satellitaires ainsi que de largeur de bande et de temps d'utilisation.

Outre les interventions en situation d'urgence, l'UIT fournit une assistance par le biais de conseils d'experts et de mesures de renforcement des capacités, en particulier pour l'élaboration de plans nationaux de télécommunications d'urgence. Il est prévu que des séminaires nationaux et internationaux se tiennent à partir de cette année dans la région Pacifique, en collaboration avec les partenaires régionaux et internationaux.

En ce qui concerne la cybersecurité, la principale activité qu'a menée l'UIT dans la région a trait à l'Equipe d'intervention en cas d'urgence informatique, PacCERT. Avec l'appui du gouvernement australien, l'UIT a effectué une étude de faisabilité et élaboré un modèle économique pour la création de la PacCERT.

L'UIT a apporté les fonds nécessaires au démarrage des opérations de la PacCERT et continuera de mobiliser des ressources internes et externes et des financements de divers partenaires à l'appui de ces opérations.

Aux fins du projet sur la PacCERT en cours, l'UIT a également entrepris une évaluation de la cybersécurité pour les Pays insulaires du Pacifique, et celle-ci sera suivie de séminaires de formation ainsi que d'aides à des pays particuliers dans des cadres politiques pour la cybersécurité.

Chers collègues,

Je voudrais aussi aborder brièvement deux autres sujets qui sont à la fois de portée générale et particulièrement pertinents pour la région, à savoir les utilisations abusives des ressources de numérotage et l'itinérance dans le service mobile international.

Concernant ce dernier sujet, mon collègue, Richard Hill, qui travaille au Secteur de la normalisation des télécommunications, est présent à Nouméa cette semaine pour vous présenter les travaux de la Commission d'études 3 sur l'itinérance mobile internationale; vous n'ignorez pas qu'au sein de l'UIT aussi bien le secteur de la normalisation que celui du développement travaillent sur cette question. De fait, un atelier consacré à l'ICB4PAC est organisé ici à Nouméa cette semaine sur la question de l'itinérance mobile internationale.

Richard Hill est aussi très compétent pour ce qui touche à l'utilisation abusive des ressources de numérotage, qui permettent à des opérateurs peu scrupuleux de tirer profit du routage d'appels vers des numéros pour lesquels les taxes de terminaison sont élevées plutôt que vers les numéros 900, par exemple, qui sont plus faciles à bloquer. Ce problème se pose de manière aiguë dans la région, et je vous encourage à profiter de la présence de Richard ici pour discuter avec lui et envisager des solutions.

Avant de conclure, permettez-moi de dire quelques mots sur deux importantes manifestations à venir: ITU Telecom 2011 et la CMTI 2012.

Comme nombre d'entre vous le savent, cette année à Genève nous célèbrerons le 40ème anniversaire de ITU Telecom. Cette manifestation   prévue du 24 au 27 octobre   réunira des dirigeants de très haut niveau venus du monde entier et des hauts responsables parmi les acteurs les plus influents du secteur des TIC.

Cela sera une excellente occasion de poursuivre les discussions et débats engagés ici à Nouméa, et j'espère vivement vous revoir à ce moment-là.

A la fin de 2012, à la demande de nos membres, l'UIT tiendra la Conférence mondiale des télécommunications internationales (CMTI).

La Conférence examinera la possibilité de réviser le Règlement des télécommunications internationales (RTI) actuel, adopté en 1988. Ce règlement nous a rendu de grands services, mais tout le monde s'accorde à reconnaître qu'il devrait refléter les changements majeurs intervenus au cours des 24 dernières années.

En particulier, il faudra tenir compte de la libéralisation et de la privatisation d'une grande partie du secteur des télécommunications ainsi que de la convergence croissante des technologies et des services, qui quelquefois brouillent les distinctions traditionnelles entre télécommunications et technologies informatiques.

La CMTI abordera également des sujets comme la sécurité dans l'utilisation des TIC, l'utilisation abusive des ressources de numérotage et le spam, qui sont de plus en plus préoccupants dans le monde moderne.

Je suis convaincu qu'ensemble nous saurons exploiter la puissance des TIC et en faire bénéficier tous les pays et tous les secteurs.

Nous devons tout faire pour que des réunions comme celle-ci favorisent l'émergence d'un monde meilleur pour tous, en tous lieux et en toutes circonstances.

Je vous remercie.