ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

ICT 4 ALL Forum – Tunis+5

Panel: l'Afrique et les Objectifs du SMSI

11 novembre 2010, Hammamet, Tunisie

English

 

Excellences,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,


Je suis très heureux de me joindre à vous aujourd'hui pour les travaux de ce panel.


Comme vous le savez tous, il y a 5 ans, lors du Sommet mondial sur la société de l'information, les dirigeants du monde entier ont proclamé leur volonté et leur détermination communes d'édifier une société de l'information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement, dans laquelle chacun ait la possibilité de créer, d'obtenir, d'utiliser et de partager l'information et le savoir.


Depuis lors, des progrès considérables ont été faits et toutes les parties prenantes au SMSI, à savoir les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les organisations internationales, ont oeuvré ensemble pour atteindre les objectifs du SMSI à l'horizon 2015.


En Afrique, une société de l'information basée sur le savoir commence à devenir aujourd'hui une réalité: en effet, les TIC et les possibilités qu'offrent ces technologies ont donné des moyens d'agir sur le plan socioéconomique et ont contribué au développement humain. Les outils TIC ont élargi les choix qui s'offrent aux individus et leur ont permis de prendre des décisions en toute connaissance de cause et, par conséquent, de participer plus activement au développement socioéconomique et politique.


Les Etats africains ont continué d'afficher leur détermination à édifier une société de l'information à dimension humaine, une entreprise commune qui nécessite une coopération et un partenariat entre toutes les parties prenantes. Les efforts se sont multipliés pour édifier, à l'échelle mondiale, une société de l'information inclusive grâce au renforcement de la coopération régionale et internationale.


En 2007, au Rwanda, lors du Sommet "Connecter l'Afrique" organisé par l'UIT, les parties prenantes se sont engagées à investir plus de 55 millions de dollars dans le développement de l'infrastructure des TIC, l'accès à ces technologies, la création d'un environnement propice, le renforcement des capacités, etc. Une partie importante de ces ressources a déjà été investie avec profit dans le secteur des TIC, générant ainsi des recettes et stimulant la croissance économique. Toutefois, il ne faut pas s'arrêter là.


Dans cette optique, l'UIT prévoit d'organiser, l'année prochaine, un Sommet "Connecter les Etats arabes". Ce Sommet régional aura pour objet de mobiliser des ressources pour assurer un passage rapide, à l'échelle de la région tout entière, à une infrastructure et des services numériques large bande. Il s'agira d'attirer des investissements dans le secteur des TIC et de stimuler le développement dans la région. En réunissant les grands acteurs du secteur à l'échelle mondiale et régionale, ce Sommet contribuera à générer les ressources humaines, financières et techniques nécessaires pour soutenir la croissance des TIC, technologies dont tout un chacun s'accorde à reconnaître qu'elles sont le moteur de la prospérité économique future et d'un développement durable.


Mesdames et Messieurs,


Plusieurs problèmes demeurent, en particulier en ce qui concerne l'Afrique qui accuse toujours un certain retard en ce qui concerne le large bande fixe (filaire). Même si les abonnements sont en hausse, le taux de pénétration de moins de 1% est une illustration flagrante des problèmes qui subsistent pour ce qui est de l'élargissement de l'accès à l'Internet haut débit et à forte capacité dans la région.


Il ressort du rapport de l'UIT "Le monde en 2010, faits et chiffres concernant les TIC" que d'ici à la fin de 2010, le taux de pénétration de l'Internet en Afrique atteindra 9,6%, un chiffre bien en deçà de la moyenne mondiale (30%) et de la moyenne des pays en développement (21%).


Je suis donc profondément convaincu que des initiatives mondiales comme la création récente, conjointement par l'UIT et l'UNESCO, de la Commission "Le large bande au service du développement numérique" permettra de prendre les mesures qui s'imposent pour garantir l'égalité des chances pour tous et concrétiser le véritable potentiel des TIC en ce qui concerne l'accès au fameux "dernier kilomètre".


Mesdames et Messieurs,


Avant de clore mon discours, permettez-moi également de saisir cette occasion pour partager avec vous quelques résultats récents de la Conférence de plénipotentiaires de l'UIT qui s'est tenue au Mexique le mois dernier. Je suis heureux de pouvoir vous annoncer l'adoption d'une nouvelle résolution rappelant le rôle de l'UIT dans la mise en oeuvre des résultats du SMSI et demandant que de nouvelles mesures soient prises.


Cette Résolution rappelle également le paragraphe 111 de l'Agenda de Tunis dans lequel il est demandé à l'Assemblée générale des Nations Unies de procéder à un examen d'ensemble de la mise en oeuvre des conclusions du SMSI en 2015. Ceci n'est pas une coïncidence. Cinq années semblent être une période assez longue mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les objectifs du SMSI. De nombreux pays commencent à ressentir toute l'urgence du problème et appellent ouvertement à l'action.


Dans ce contexte, nos Etats Membres m'ont également chargé d'engager des consultations avec le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CEB) afin de définir le cadre régissant cet examen d'ensemble de la mise en oeuvre des conclusions du SMSI en 2015, et éventuellement de tenir une manifestation de haut niveau en 2014 ou 2015. Des travaux préparatoires reposant sur une approche multi parties prenantes devront être organisés et il est important de maintenir une coordination efficace et bien réelle avec toutes les parties prenantes en vue de la préparation de cet examen d'ensemble.


En tant qu'hôte du Forum du SMSI et au nom de tous les organisateurs, je voudrais inviter tous les participants à l'édition de 2011 du Forum du SMSI. Nous nous réjouissons de vous accueillir au siège de l'UIT à Genève du 16 au 20 mai de l'année prochaine. Nous invitons également toutes les parties prenantes au SMSI en Afrique à participer activement à ce processus de préparation.


Pour mettre en oeuvre la Résolution 2010/2 du Conseil économique et social, la plate forme de l'inventaire de SMSI offre de vastes possibilités et permet un dialogue, une analyse et la circulation de l'information entre les parties prenantes du SMSI. A l'heure actuelle on compte plus de 100 projets africains enregistrés dans la base de données de l'inventaire du SMSI. Je vous invite tous à contribuer à cet inventaire.


Je vous remercie.