ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire-général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

 Atelier ministériel de haut niveau de l'UAT

23 septembre 2010, Brazzaville, Congo

English



Commission le large bande au service du développement numérique
 

Excellences,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,


C'est pour moi un grand plaisir de prendre la parole devant vous une fois encore aujourd'hui. Dans le cadre de cette session, je tiens à vous informer des dernières nouveautés en rapport avec l'initiative conjointe UIT/UNESCO relative à la création de la Commission "Le large bande au service du développement numérique", notamment en ce qui concerne l'enseignement en ligne, le renforcement des capacités et la maîtrise des outils numériques.


La Commission a tenu sa première réunion en juillet à Genève, sous la présidence des deux Coprésidents, M. Paul Kagame, Président du Rwanda et M. Carlos Slim Helú, Président du Grupo Carso (Mexique). Elle a entrepris de définir un projet pour l'accélération du déploiement des réseaux large bande dans le monde, en vue d'améliorer la fourniture de services dans des branches d'activité économique et sociale très diverses et d'accélérer les progrès sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement ou OMD.


Dimanche dernier, la Commission s'est réunie une nouvelle fois à New York et a présenté son rapport final au Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à la veille du Sommet de l'ONU sur les OMD. Ce rapport, qui comporte une Déclaration de haut niveau appelant à "Mettre le large bande à la portée de tous", comprend un cadre détaillé pour le déploiement du large bande et dix Points d'action visant à mobiliser toutes les parties prenantes et à convaincre les dirigeants des gouvernements d'accorder la priorité au déploiement de réseaux large bande dans leurs pays.


Ainsi que je l'ai dit à New York, le large bande est certainement la prochaine technologie qui va nous faire basculer dans une nouvelle ère, la prochaine technologie qui a véritablement le pouvoir de tout transformer. Elle peut créer des emplois, doper la croissance et la productivité et encourager la compétitivité économique sur le long terme. C'est aussi l'outil le plus puissant que nous ayons à disposition dans la course que nous avons engagée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement dans le délai fixé, c'est-à-dire d'ici cinq ans.


A la fin de cette année, selon les prévisions de l'UIT, le monde comptera au total 900 millions d'abonnements au large bande mobile, et cette technologie sera vraisemblablement la technologie d'accès de prédilection pour des millions d'habitants des pays en développement. Toutefois, alors que le cellulaire mobile de deuxième génération avait connu un succès foudroyant en Afrique, le large bande est lent à décoller - en bonne partie pour des raisons d'accessibilité économique.

Alors que de nombreux abonnés des pays développés consacrent 2% au plus de leur revenu mensuel au paiement d'une connexion large bande haut débit, ceux de beaucoup de pays les moins avancés doivent s'acquitter d'un montant qui représente plusieurs fois le revenu mensuel moyen pour être connectés au large bande, et encore, à un débit relativement lent. Ainsi, alors que, selon les estimations, quelque 30% des habitants des pays les plus connectés d'Europe occidentale, d'Océanie et d'Amérique du Nord sont abonnés au large bande, ce n'est le cas que de moins de 10% des habitants des pays BRIC - Brésil, Russie, Inde et Chine - et de moins de 1% de ceux des pays les plus pauvres du monde.

La bonne nouvelle est que les prix du large bande chutent fortement. Au cours de l'année écoulée, ils ont baissé de quelque 42%. Voilà qui donne des raisons d'être optimiste et de croire à l'accélération du déploiement des infrastructures et services large bande.


Excellences,
Mesdames et Messieurs,


Il ne fait pas de doute que les réseaux large bande permettent de réaliser des gains d'efficacité dans l'ensemble de l'économie et apportent des avantages concrets aux Etats comme aux particuliers. Promouvoir le développement du large bande contribuera à alimenter la croissance et bénéficiera à l'ensemble de la société et à chaque branche d'activité économique. Je suis absolument convaincu que les réseaux large bande seront au XXIe siècle des vecteurs de transformation dans le monde entier.


Tous les efforts déployés en faveur du développement durable passent par l'enseignement et l'alphabétisation. C'est là que se joue l'avenir de l'Afrique. Ce que nous enseignerons à nos enfants au cours des années à venir aura des conséquences pour le monde entier. Avec les réseaux large bande, nous pourrons mieux éduquer les prochaines générations d'enfants, quel que soit l'endroit où elles vivent.


Ainsi que l'a reconnu le Sommet mondial sur la société de l'information, "Les TIC présentent un énorme potentiel pour élargir l'accès à un enseignement de qualité, pour favoriser l'alphabétisation et l'éducation primaire universelle, et pour faciliter le processus même d'acquisition, ouvrant ainsi la voie à la mise en place d'une société de l'information et d'une économie du savoir vraiment solidaires et privilégiant le développement, dans le respect de la diversité culturelle et linguistique".


Dans le prolongement du SMSI, l'UIT et l'UNESCO ont reçu pour mandat d'endosser la responsabilité commune de renforcer les capacités et l'accès à l'information et au savoir. Tel est précisément l'objectif de la Commission "Le large bande au service du développement numérique", qui met l'accent sur l'enseignement en ligne, le multilinguisme et la diffusion de contenus médias très élaborés et conçus localement.


L'enseignement en ligne permet de rendre l'apprentissage accessible à un plus grand nombre de jeunes et d'adultes. Parallèlement, il permet de remédier à la pénurie de ressources sur le plan de la formation des enseignants. Selon les estimations de l'UIT et de l'UNESCO, le monde aura besoin en 2015 - date butoir pour la réalisation des OMD - de 10 millions d'enseignants supplémentaires.


Cette tâche suppose que l'on sache localiser, organiser, comprendre, évaluer et créer de l'information à l'aide des technologies numériques. La maîtrise du numérique implique que l'on ait une connaissance pratique des TIC et que l'on sache comment les utiliser pour communiquer plus efficacement. En tirant parti du large bande, nous pouvons créer les citoyens numériques de demain.


J'ai déjà évoqué aujourd'hui le rôle de l'UIT dans le renforcement des capacités et l'inclusion numérique. Le Portail "Académie de l'UIT" et les Centres d'excellence créés par l'Union, ainsi que les ateliers de l'UIT, sont autant de plates-formes à l'appui du renforcement des capacités et de la meilleure maîtrise du numérique.


L'un des projets phares lancés à la Conférence mondiale de développement des télécommunications organisée à Hyderabad (Inde) est le projet "Connecter une école, connecter une communauté". Il s'agit d'un nouveau partenariat public-privé visant à promouvoir la connectivité large bande dans les écoles, au service des élèves et des communautés dans lesquelles ils vivent.


Mesdames et Messieurs,


L'accès à l'information et le partage des connaissances donnent aux gens les moyens de réaliser leurs aspirations en matière de développement et de créer des perspectives de changement radicalement nouvelles.


Les TIC sont les grands moteurs du changement de la société moderne: elles aident à communiquer au delà des distances et des disparités culturelles, facilitent les échanges commerciaux et donnent accès à des ressources cruciales, par exemple dans les domaines des soins de santé et de l'éducation.
Les nouveaux services convergents et les innovations qui offrent un accès abordable à la TVIP, aux formules "triple play" et à la VoIP stimulent la demande grand public, ce dont les décideurs, les prestataires de services et les professionnels du secteur sont obligés de tenir compte.


Cette convergence technologique entraîne aussi une convergence des attentes en Afrique - continent qui espère parvenir à progresser au même rythme que le reste du monde et évoluer dans le bon sens. L'ingéniosité et l'esprit d'innovation dont font preuve les Africains ne font qu'encourager cette ardeur.


Le moment est donc venu pour nous tous - Etats, régulateurs, secteur privé et organisations internationales - d'unir nos forces pour bâtir notre infrastructure large bande et saisir les possibilités du numérique, pour que le rêve du continent africain devienne réalité.


Je vous remercie.