ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire-général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

Troisième Forum panafricain sur les bonnes pratiques dans le domaine des TIC

17 juin 2010, Ouagadougou, Burkina Faso

 

La cybersécurité pour créer la confiance et la sécurité

dans l'utilisation des services de la société de l'information en Afrique

 

 

Nuage de paroles: cybersécurité UIT, monde, Membres, TIC, réseaux, problème,...

Excellences, Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,

Excellence, Monsieur le Président de l’Assemblée nationale ;

Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Monsieur le Président Afrique de Microsoft corporation

Monsieur le Représentant de l'Union européenne

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions ;

Messieurs les anciens Chefs d’Etat ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Membres des Corps diplomatiques ;

Mesdames et Messieurs les Membres des Organisations internationales et interafricaines ;

Distingués Partenaires au Développement ;

Mesdames et Messieurs les Membres des Organisations non gouvernementales et de la Société civile ;

Honorables Invités ;

Mesdames et Messieurs,

C'est un grand privilège et un grand honneur pour moi d'être ici, parmi vous, aujourd'hui, à Ouagadougou – et d'avoir l'occasion de débattre avec vous de l'un des thèmes les plus importants de notre époque: la cybersécurité.


Alors que nous entrons dans cette nouvelle décennie de la connaissance, l'accès à l'Internet se développe à un rythme sans précédent dans le monde entier et surtout dans les pays en développement.


De 2006 à 2010, 600 millions des 777 millions de nouveaux internautes dans le monde venaient de pays en développement.


Dans la même période nous avons également assisté à une croissance phénoménale du large bande dont le taux de pénétration a plus que triplé dans les pays en développement.


C'est une nouvelle extraordinaire, et je suis fier du rôle que nous jouons à l'UIT pour connecter ceux qui ne le sont pas encore, en particulier sur le continent africain.


Cependant le revers de la médaille est que les réseaux TIC, notamment Internet, qui étaient conçus pour des projets de recherche ne nécessitaient pas une sécurité particulière.


Aujourd'hui les réseaux TIC connectent les pays du monde entier et un très grand nombre d'habitants de la planète, notamment un nombre croissant d'Africains, éliminant ainsi les frontières internationales.


Les cybercriminels exploitent les failles du système, de sorte qu'il ne se passe pas de jours sans qu'un nouvel incident ou problème de cybersécurité ne fasse la une des journaux. Les Etats, les entreprises, les particuliers et même les enfants sont les proies de ces criminels du cyberespace.


Selon de nombreuses estimations, la cybercriminalité est aujourd'hui un véritable fléau qui coûte plus de mille milliards de dollars chaque année, qu'il s'agisse des fraudes en ligne ou d'usurpation d'identités , sans parler de la perte de propriété intellectuelle et des dommages causés à des personnes innocentes ou vulnérables notamment nos enfants.


Les dernières données communiquées cette semaine par IMPACT (Partenariat multilatéral international contre les cybermenaces), Malaisie, sont véritablement impressionnantes.


Il ressort de ces données que plus de 650 000 systèmes dans le monde sont aujourd'hui infectés par des variantes du logiciel malveillant Net.Worm.


A l'heure actuelle, si l'on en croit les données d'IMPACT, près de la moitié des systèmes informatiques attaqués sont dans le monde développé mais, avec la progression rapide du large bande, cette situation va immanquablement changer et le problème se généralisera au monde entier.


Et, malheureusement, ce n'est que le début.


Les TIC jouent aujourd'hui un rôle capital dans de nombreux domaines: gestion de l'approvisionnement en eau et des réseaux d'alimentation électrique, chaines de distribution alimentaire, transports aériens et transports maritimes, systèmes de navigation, processus industriels et chaine logistique, soins de santé, transports publics, administrations publiques, éducation, services d'urgence et les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.


Aussi, toute défaillance, toute panne de ces réseaux à grande échelle dans un pays du monde quel qu'il soit pourrait entrainer, en l'espace de quelques jours, pourraient déséquilibrer toute l'économie et la société toute entière.


Dans le monde interconnecté nous sommes beaucoup plus vulnérables que nous ne le pensons car la plus grande force de chaque nation est équivalente à celle du maillon le plus faible de la chaine.


Excellences Mesdames et Messieurs,


C'est la raison pour laquelle la cybersécurité doit être au coeur de nos préoccupations mondiales.


Le Sommet mondial sur la société de l'information, qui s'est tenu en deux phases en 2003 et 2005, a confié à l'UIT la responsabilité de faciliter l'instauration de la confiance et de la sécurité dans l'utilisation des TIC.


Depuis mon élection au poste de Secrétaire général, cette question est devenue l'une de mes trois grandes priorités et dès ma première année en fonction, j'ai lancé le Programme mondial cybersécurité (GCA). L'objectif est de fournir un cadre pour coordonner et définir les mesures à prendre sur le plan international face au problème croissant de la cybersécurité.


Nous avons beaucoup progressé dans les trois années qui ont suivi le lancement du GCA, programme qui a reçu l'appui et la reconnaissance de dirigeants et d'experts de la cybersécurité dans le monde entier, y compris bien sûr le président Blaise Compaoré, sous le haut patronage duquel, entre autres, est placé ce programme. C'est l'occasion pour moi d'exprimer au nom de l'UIT, mes sincères remerciements pour l'engagement et le leadership du Président du Faso, S.E.M. Blaise Compaoré pour avoir accepté d'être le co-parrain du GCA avec le Prédisent Oscar Arias Sanchez, prix Nobel de la paix.

Mesdames et Messieurs,


En septembre 2008, l'UIT et IMPACT ont signé un mémorandum d'accord pour mettre à la disposition des Etats Membres intéressés de l'UIT des services d'alerte avancée et une analyse des cybermenaces en temps réel.


Aujourd'hui, ce partenariat fournit à nos membres les compétences spécialisées, les moyens et les ressources nécessaires pour réagir de façon efficace aux cybermenaces les plus graves dans le monde et près de 60 pays y participent déjà.


Nous avons également lancé dans le cadre du GCA l'initiative relative à la protection en igne des enfants (COP), qui a été mise en place par l'UIT et d'autres parties prenantes sous forme d'un réseau de collaboration international afin d'agir et de promouvoir la protection en ligne des enfants dans le monde entier.


En collaboration avec les institutions des Nations Unies et d'autres organisations, nous avons publié quatre séries de lignes directrices en octobre dernier à l'intention des parents, des tuteurs et des éducateurs, des décideurs, des entreprises et des enfants eux-mêmes. Ces lignes directrices sont à votre disposition et je vous encourage à recueillir les fruits de cet important travail.


Mes chers amis,


La cybersécurité est un problème mondial, qui appelle des solutions mondiales. Elle a une incidence sur tous ceux qui sont désormais tributaires de l'Internet pour la fourniture de services.


Il est temps pour nous d'être proactifs, d'élaborer les bonnes politiques qui permettront de résoudre ce problème essentiel et d'être en mesure d'apporter une assistance aux Etats Membres.


L'UIT propose un forum international afin de déterminer les aspects sur lesquels nous pouvons nous entendre (ils sont nombreux), de reconnaître qu'il existe de nombreux points de vue différents et de travailler avec toutes les parties prenantes, du secteur public, du secteur privé et de la société civile.


C'est uniquement en unissant nos forces et en rassemblant nos capacités stratégiques que nous pourrons combattre les cybermenaces existantes ou futures.


Compte tenu de l'ampleur de ces menaces - et du préjudice considérable qui peut être causé par une seule cyberattaque – nous ne pouvons plus nous en remettre à des solutions ponctuelles, ou espérer survivre en renforçant nos défenses après la survenue de cyberattaques.


Il m'est agréable de vous annoncer que cette approche bénéficie d'un fort soutien au sein du Conseil des chefs de secrétariat des Nations Unies, qui a récemment demandé à l'UIT de mener des actions conjointes afin de renforcer encore la cybersécurité au sein du système des Nations Unies.


Je vous invite tous à collaborer pour définir des politiques et des normes internationales inclusives.

Excellences Mesdames et messieurs,


Je souhaite ardemment que cette 3è édition du Forum des Bonnes pratiques TIC soit le point de départ de la mobilisation massives des pays africains pour instaurer la Cyberpaix sous le haut patronage de Son Excellence le Président Blaise Compaoré.


Pour sa part l’UIT a déjà créé le canevas de la coopération internationale et multi-acteurs à travers Programme mondiale cybersécurité et est prête à vous accompagner dans vos efforts.


Je souhaite plein succès aux travaux du forum.


Je vous remercie.