ITU

Committed to connecting the world

Discours du Secrétaire général de l'UIT, Dr Hamadoun I. Touré

4ème Forum International d'AIODM

Objectifs du Millénaire pour Le Développement: Les Défis Majeurs à Relever avant 2015

20 janvier 2010, Genève, Suisse

English

Les TIC et les Objectifs du Millénaire pour le développement

 

Word cloud: TIC, accès, large, développement, plus, bande, objectifs, moyens...

Excellences,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,
Membres des ONG et des Associations


Je suis ici aujourd'hui pour parler des Objectifs du Millénaire pour le développement et de la façon dont les technologies de l'information et de la communication (TIC) peuvent nous aider à les atteindre.


Je félicite donc l’Espace Afrique
International, l’OSCA et l’Alliance Internationale pour les objectifs du Millenaire ainsi que tous leurs sponsors, en particulier le Bureau de liason avec les Organisations Non Gouvernementales de l’Office des Nations Unies et l’OIF.


Tout d'abord, je voudrais dire quelques mots sur le tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti la semaine dernière, faisant d'innombrables victimes, détruisant les habitations et réduisant à néant les moyens de subsistance de très nombreux Haïtiens.


Les premiers secours ont été considérablement entravés par l'effondrement de l'infrastructure TIC du pays. L'UIT a fait le peu qu'elle pouvait faire – en expédiant une centaine de terminaux de satellite pour rétablir les liaisons de communication de base, en mettant en place une station de base Qualcomm transportable et en envoyant des experts chargés d'installer les équipements et d'évaluer les modalités de remise en état des réseaux.


 L’UIT a degagé 1 Million de dollars de son fond de developpement des TIC et son fond de communication d’urgence et a fait un appel à tous ses Etats Membres et Membres des Secteurs.    


Je voudrais demander instamment à tous les Membres de l'UIT, ainsi qu'aux membres d'autres organisations, et au public, de s'engager à soutenir Haïti aujourd'hui et à ne ménager aucun effort pour aider ce pays.


Il faudra aussi voir l’assistance à Haïti dans un cadre humanitaire immédiat tout en s’assurant de garder en vu les objectifs à court, moyen et long terme.


(Pause)


Pour revenir à notre ordre du jour, je suis particulièrement heureux de constater que les quatre principaux thèmes du Forum de cette année sont la santé, l'éducation, l'environnement et la gouvernance.


En effet, dans chacun de ces quatre domaines, les TIC peuvent jouer un rôle crucial pour nous aider à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.


Lorsqu'ils ont adopté la Déclaration du Millénaire en 2000, les dirigeants du monde entier espéraient que les TIC allaient contribuer de façon déterminante à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.


Nous avons parcouru à présent les deux tiers du chemin qui nous sépare de l'année 2015, échéance fixée pour la réalisation de ces Objectifs et, je peux confirmer que les TIC ont effectivement joué un rôle majeur dans les résultats que nous avons obtenus à ce jour.


Au cours des dix dernières années, les TIC ont contribué à prévenir le SIDA ainsi que d'autres maladies contagieuses et ont permis à des millions d'individus, en particulier aux femmes, d'avoir accès à l'éducation. Elles ont également permis d'améliorer les pratiques agricoles et ont contribué à la protection de l'environnement. Elles ont aussi aidé les gouvernements à devenir plus efficaces et plus équitables.


Les systèmes et les services utilisant les TIC, par exemple la télémédecine, l'apprentissage à distance, les moyens de surveillance satellitaires et l'administration publique en ligne, améliorent la qualité de vie d'un nombre incalculable d'êtres humains dans le monde.


Chers amis,


Permettez-moi de citer quelques exemples concrets pour illustrer les quatre thèmes que nous allons aborder aujourd'hui.


Dans le domaine de la santé, les TIC contribuent à lutter contre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies.


Les dirigeants de plus de 50 réseaux de télévision s'efforcent d'amener le public à mieux connaître et à mieux comprendre le VIH/SIDA, non seulement en favorisant la sensibilisation et la prévention, mais aussi en essayant d'enlever au SIDA son étiquette de maladie honteuse.


Les moyens de surveillance satellitaires permettent aujourd'hui d'identifier, de cibler et de contrôler plus facilement les zones de prolifération des moustiques, ce qui contribue à réduire le paludisme.


Grâce à la télémédecine, de grands progrès sont faits dans la lutte contre la tuberculose et d'autres maladies infectieuses, ainsi que de nombreuses maladies chroniques comme le diabète et les maladies cardiaques.


S'agissant de l'éducation, les TIC contribuent à assurer l'éducation primaire pour tous et à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes ainsi que l'autonomisation des femmes.


Au Rwanda, par exemple, le téléenseignement est largement utilisé pour former des enseignants du primaire ou pour communiquer à des orphelins des informations et leur dispenser un enseignement ou des connaissances nécessaires à leur vie quotidienne, via des radios alimentées à l'énergie solaire.


Le téléenseignement est également utilisé pour contribuer à rompre le cercle vicieux de la pauvreté des femmes, en apprenant aux jeunes filles et aux femmes vivant dans des zones isolées à lire, à compter et à acquérir des compétences de base dans le domaine des TIC.


Dans ce contexte, l'UIT a lancé un nouveau partenariat public-privé "Connecter une école, connecter une communauté", afin de promouvoir la connectivité large bande dans les écoles, au service des élèves et des communautés dans lesquelles ils vivent.


Cette initiative phare de l'UIT aide les pays du monde entier à connecter toutes les écoles à l'Internet large bande à l'horizon 2015.


Les TIC contribuent également à assurer un environnement durable.


Grâce à des initiatives aussi diverses que les programmes radiophoniques visant à promouvoir de meilleures pratiques agricoles, l'utilisation des satellites pour surveiller les forêts tropicales humides, les glaciers et les régions polaires ou encore la réduction des besoins énergétiques des technologies nouvelles.


Par ailleurs, les satellites jouent un rôle extrêmement important dans l'amélioration de la production alimentaire et la réduction des émissions. Ainsi, les services de renseignement par satellite pour les agriculteurs, dont le coût est inférieur à 15 USD par hectare et par an, permettent d'accroître les rendements, dans certains cas, de 10%. En outre, le recours à des moyens de surveillance satellitaires permet une réduction de 98% des émissions par rapport aux moyens de surveillance au sol classiques.


Grâce aux TIC, qui fournissent directement en ligne des informations utiles au secteur agricole, les cultivateurs peuvent aussi améliorer considérablement la productivité de leurs terres - en plantant des semences appropriées, en utilisant les bons engrais et en désherbant et récoltant au moment opportun.


Les TIC continuent aussi à faire changer sensiblement les choses dans l'évolution progressive vers le cybergouvernement.


Le cybergouvernement est source d'avantages très précieux. Il renforce l'efficacité et l'efficience des pouvoirs publics dans la gestion des informations et la fourniture des services. Parallèlement, il facilite la participation du public au gouvernement et encourage la transparence - ce qui est essentiel pour maintenir la confiance du public dans les services offerts aux administrés.


Pour tirer parti au maximum de tous ces avantages, il faut pouvoir compter sur une infrastructure TIC fiable et sur des systèmes d'appui TIC adaptés, sur une population à l'aise avec les TIC et sur une stratégie bien conçue, à la fois pour assurer des services de cybergouvernement de bonne qualité et pour encourager le public à les utiliser.


Dans les pays en développement et sur les marchés émergents, il convient de privilégier les efforts tendant à élargir l'accès du plus grand nombre à l'informatique et à l'Internet, à renforcer l'accès au large bande et à mettre en place une solide législation dans le domaine du commerce électronique.


Au sein même des pouvoirs publics, une large place doit être accordée à la formation, pour faire connaître tous les avantages que peut apporter le passage au cybergouvernement.


Chers collègues,


Désormais, les TIC sont partout. Le nombre d'abonnements au mobile cellulaire dans le monde va très probablement franchir le cap des cinq milliards en 2010 et l'on comptera bientôt deux milliards d'habitants de la planète ayant un accès à l'Internet.


Pourtant, de très grandes inégalités subsistent d'une région à l'autre.


L'Afrique est, depuis ces dix dernières années, l'un des marchés où le mobile a la plus forte croissance puisqu'elle s'établit en moyenne à plus de 40% par an; toutefois, ce continent n'en reste pas moins la région du monde la moins bien desservie.


On assiste en outre, ce qui est fort inquiétant, à la création d'une nouvelle fracture numérique, alors même que nous parvenons à donner à la presque totalité des habitants de la planète un accès aux communications de base.


Je veux parler de la fracture qui est en train de se former au niveau du large bande et qui risque de désavantager encore plus les habitants des pays en développement.


Au XXIe siècle, l'accès large bande à l'Internet à un coût raisonnable devient aussi vital pour le développement socio économique que les réseaux de transport ou d'approvisionnement en eau et en électricité.


Et bien qu'on constate effectivement une tendance à l'amélioration, les taux de croissance et les débits d'accès sont toujours loin d'être suffisants - en outre, les coûts restent prohibitifs, en particulier en Afrique.


Le problème est plus grave et plus important qu'on ne le pense généralement.


Tandis que les utilisateurs du large bande filent à toute allure sur les autoroutes de l'Internet, les utilisateurs de l'accès par connexion téléphonique se retrouvent dans la situation du conducteur coincé dans des embouteillages et sont privés de tous les avantages de la navigation en ligne sans limite.


Voulons nous priver nos frères et soeurs africains de toutes les potentialités offertes par la modernité?


Bien sûr que non!


Agir ainsi serait inéquitable, injuste et immoral.


Avec l'appui de la technologie et de la réglementation, en faisant preuve d'ingéniosité et d'une détermination sans faille, je suis persuadé que nous pouvons apporter les bonnes réponses.


Le large bande peut, plus encore que les TIC de base, nous aider à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement - et je rappelle qu'il nous reste très peu de temps avant l'échéance fixée.


Si nous unissons nos forces, pour notre avenir à tous, j'en suis convaincu, nous pouvons réussir.


Nous n'avons pas le choix, nous devons réussir!


Je vous remercie.