Committed to connecting the world

ICTs for a Sustainable World #ICT4SDG

BDT Director's Speeches

Table-ronde de haut niveau sur les TIC au Service de la Gestion des Catastrophes et de la Réduction des Risques, y compris les questions relatives aux Changements Climatiques. Remarques Liminaires (French)
Doha, Qatar  07 December 2014

TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU

"LES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION AU SERVICE DE LA GESTION DES CATASTROPHES ET DE LA RÉDUCTION DES RISQUES, Y COMPRIS
LES QUESTIONS RELATIVES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES"

REMARQUES LIMINAIRES

BRAHIMA SANOU

DIRECTEUR DU BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT

Excellences,
Mesdames et Messieurs les délégués,
Mesdames et Messieurs,

C'est pour moi un honneur et un privilège de vous accueillir à cette table ronde consacrée aux technologies de l'information et de la communication au service de la gestion des catastrophes et de la réduction des risques, y compris les questions relatives aux changements climatiques.

Permettez-moi tout d'abord de remercier le Gouvernement du Qatar d'avoir bien voulu organiser cette manifestation à Doha et de lui exprimer ma gratitude pour l'accueil chaleureux qu'il nous a réservé. Je vous remercie.

Mesdames et Messieurs les délégués,

Comme vous le savez tous, les catastrophes naturelles sont de plus en plus nombreuses. Partout dans le monde, les catastrophes sont toujours plus fréquentes et plus lourdes de conséquences. Des statistiques indiquent en effet qu'entre 2010 et 2012, les catastrophes naturelles ont coûté la vie à plus de 1,2 million de personnes et affecté 2,9 milliards d'individus, entraînant plus de 1 700 milliards de dollars USD de pertes économiques.

Les catastrophes sont coûteuses sur le plan économique, social et environnemental et soulèvent d'immenses problèmes de reconstruction, tant dans les pays en développement que dans les pays développés.

Vous vous souvenez certainement tous du tsunami qui a frappé les côtes du Japon à la suite du tremblement de terre dévastateur de 2011, qui a causé des dommages évalués à plus de 150 milliards de dollars USD et du cyclone Sandy qui a frappé les Etats-Unis en 2012 et causé des dégâts estimés à environ 65 milliards de dollars USD. Ainsi, les pertes économiques dues aux catastrophes depuis 2000 se chiffreraient à environ 2 500 milliards de dollars USD.

Tous ces chiffres montrent que les catastrophes naturelles peuvent aisément réduire à néant les efforts consacrés au développement depuis des dizaines d'années.

Mesdames et Messieurs,

La table ronde de haut niveau qui se tient ici aujourd'hui vient à point nommé et revêt une importance particulière, en même temps qu'elle présente un grand intérêt.

Cette table ronde est composée de décideurs de haut niveau et de représentants du secteur privé, dont certains sont des partenaires incontournables du secteur des télécommunications d'urgence, notamment Thuraya, Iridum et Inmarsat. Les établissements universitaires y sont également bien représentés.

Si cette table ronde vient à point nommé, c'est parce qu'elle a lieu au lendemain de la Conférence de plénipotentiaires de l'UIT (PP‑14) tenue à Busan le mois dernier et après la Conférence mondiale de développement des télécommunications (CMDT-14) tenue au début de 2014, et parce que ces Conférences ont adopté des résolutions portant sur les télécommunications d'urgence, la réduction des risques de catastrophe et l'adaptation aux changements climatiques.

Comme bon nombre d'entre vous le savent peut-être, lorsque j'ai pris mes fonctions en 2011, j'ai lancé l'initiative "Modèle intelligent de développement durable" (SSDM), qui vise à établir une corrélation entre les TIC au service du développement et les TIC au service de la gestion des catastrophes Model (SSDM). A cet égard, je me félicite de la présence ici de Son Excellence M. John Nasasira, Président du Conseil consultatif de l'initiative "Modèle intelligent de développement durable" ou initiative SSDM.

Le Conseil consultatif de l'initiative SSDM s'est réuni hier et a travaillé sans relâche pour élaborer son premier rapport, qui a été publié; il a également approuvé un Plan d'action pour l'avenir.

Permettez-moi de saisir l'occasion qui m'est offerte de remercier tous nos partenaires, pour le soutien qu'ils ont apporté au fil des années aux travaux menés par l'UIT dans le domaine des télécommunications d'urgence. Ainsi, tout récemment, le Gouvernement japonais a octroyé deux contributions généreuses à l'UIT dans ce domaine. La première a consisté à appuyer le travail accompli par l'UIT pour lutter contre la maladie à virus Ebola, dans le cadre d'un accord de cofinancement avec l'Union. A cet égard, le Japon a versé une contribution financière d'un montant de 180 000 USD, tandis que l'UIT a fourni une contribution d'un montant de 200 000 USD. De plus, le Japon a apporté une nouvelle contribution en nature, en faisant don d'une unité mobile et déployable de ressources (MDRU), système qui permet de garantir la continuité des communications en cas de catastrophe. Cette unité MDRU est en cours de déploiement aux Philippines pour essais et sera mise en oeuvre officiellement le 16 décembre 2014.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Pour conclure, je tiens à vous assurer que l'UIT continuera d'apporter son concours aux pays pour atténuer les conséquences des catastrophes, en intégrant les TIC dans la préparation en prévision des catastrophes et les interventions en cas de catastrophe. L'UIT attend avec intérêt de pouvoir jouer un rôle actif à l'occasion de la Conférence mondiale des Nations unies sur la réduction des risques de catastrophe, qui se tiendra en mars 2015 à l'invitation du Gouvernement japonais.

Je vous souhaite plein succès dans vos délibérations.