ITU

Committed to connecting the world

BDT Director's Speeches

GSR-14, Opening speech (French)
Manama, Bahrain  03 June 2014

Allocution d'ouverture de M. Brahima Sanou

Directeur du Bureau de développement des télécommunications (BDT)

Votre Altesse, Cheik Ali bin Khalifa Al Khalifa, Vice‑Premier Ministre, nommé comme Patron á la tète du GSR-14,

Excellences,

Distingués délégués, Mesdames et Messieurs,

C'est un grand honneur pour moi de vous souhaiter la bienvenue à la 14ème édition du Colloque mondial des régulateurs, ici à Manama, première ville à être désignée comme capitale du tourisme asiatique 2014.

Je voudrais tout d'abord exprimer ma profonde gratitude à son Altesse royale, le Premier Ministre sous le haut patronage duquel se tient le GSR ainsi que Son Altesse Cheik Ali bin Khalifa Al Khalifa, Vice‑Premier ministre qui nous font le grand l'honneur d'assister à cette cérémonie d'ouverture.

Je voudrais également remercier Son Excellence Cheik Fawaz bin Mohamed bin Khalifa Al Khalifa, Ministre d'Etat chargé des télécommunications pour son appui ainsi que Son Excellence M. Mohammed AlAmer, Président de l'Autorité de régulation des télécommunications et son équipe pour l'hospitalité légendaire et les excellentes facilités mises à notre disposition.

Nous célébrons, en cette année 2014, le 15ème anniversaire du Colloque mondial des régulateurs. Ce Colloque est devenu au fil des ans la plus grande réunion de régulateurs à l'échelle mondiale.

Il représente l'instance privilégiée pour partager les bonnes pratiques sur les grands problèmes auxquels sont confrontés les acteurs du secteur des télécommunications et des TIC afin de stimuler le développement durable à travers l'environnement réglementaire propice et adapté à l'évolution du secteur des TIC.

 

Il est évident que les progrès technologiques ont continué à façonner le secteur des TIC, et l'ensemble de la société à un rythme que personne n'aurait jamais pu prévoir.

Il y a 15 ans, on comptait au total 738 millions d'abonnements à la téléphonie mobile, soit un taux de pénétration de 12% à l'échelle mondiale. Dans les pays les moins avancés, il y avait à peine 2 millions d'abonnés à la téléphonie mobile, soit un taux de pénétration de 0,3%.

On ne parlait même pas des services large bande mobiles.

Aujourd'hui, les chiffres du monde numérique dans lequel nous vivons parlent d'eux-mêmes.

Selon les données statistiques que nous venons de publier à l'UIT, le nombre d'abonnements mobiles atteindra près de 7 milliards d'ici à la fin de l'année, ce qui représente un taux de pénétration de 96%, soit une augmentation de 800% pendant les 15 dernières années.

Le nombre d'abonnements dans les PMA a atteint 540 millions, soit un taux de pénétration de 59%, ce qui représente  une augmentation de 20 000% en 15 ans.

D'ici à la fin de l'année, le nombre d'abonnements au large bande mobile atteindra 2,3 milliards à l'échelle mondiale, soit près de cinq fois plus qu'en 2008.

Le plus important c'est que derrière ces statistiques, il y a la réalité d'une évolution et je dirais d'une révolution historique. Ces chiffres statistiques nous projettent l'histoire des hommes et des femmes, des jeunes filles et des jeunes garçons et des personnes handicapées et des personnes ayant des besoins spéciaux, qui peuvent aujourd'hui utiliser les TIC dans leur vie quotidienne comme outils de communication, de transfert de données, de cohésion et d'inclusion sociales.

Pour accompagner ces succès historiques individuels et collectifs les gouvernements et les régulateurs doivent continuer à encourager l'innovation et l'investissement tout en protégeant les droits des utilisateurs.

Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs,

Ce n'est pas un hasard si le thème central de l'édition du GSR de cette année est: "Mettre à profit le potentiel du monde numérique".

Les consommateurs se trouvent aujourd'hui confrontés de plus en plus à de nouveaux problèmes posés par les nouvelles technologies, les nouveaux dispositifs, les nouveaux services et les nouvelles applications en ligne qui ont des répercussions sur leur comportement.

Dans un environnement mondialisé, interconnecté et de plus en plus complexe, il est essentiel d'éduquer et de responsabiliser les consommateurs pour qu'ils puissent exploiter pleinement le potentiel du monde numérique.

"Par définition, nous sommes tous des consommateurs", a déclaré un jour l'ancien Président des Etats-Unis, John F. Kennedy.

Nous sommes réunis ici aujourd'hui à l'occasion de l'édition de 2014 du GSR pour mettre les avantages du monde numérique à la portée de tous, de manière éclairée, réactive et sûre.

Bien évidemment, cela suppose une réglementation efficace et intelligente ayant pour objet de responsabiliser les consommateurs, de redéfinir les responsabilités de chacun et de créer les conditions nécessaires à la prospérité d'une économie fondée sur les données.

1)          Quelles opportunités offrent les big data (données massives) et quels problèmes posent‑elles?

2)          Comment répercuter sur les entreprises et les particuliers les opportunités qu'offrent les big data?

3)          Quelles sont les bonnes pratiques dans le domaine de la protection des consommateurs?

4)          Comment faire face à la demande de capacité et de nouvelles fréquences?

5)          Comment suivre l'évolution de la mise en oeuvre des plans sur le large bande et comment en évaluer les incidences réglementaires?

6)          Quelles sont nos responsabilités respectives en tant que consommateurs, parties prenantes et organismes de réglementation?

Voilà quelques-uns des grands problèmes que nous devons régler dans un monde numérique.

Il est clairement dit dans la Déclaration de Dubaï qui a été adoptée à la CMDT que les décideurs et les régulateurs devraient continuer de promouvoir un accès généralisé et financièrement abordable aux TIC, par la mise en place d'un environnement politique et réglementaire équitable, transparent, stable, prévisible et non discriminatoire.

En outre, nos Etats Membres ont également défini leurs priorités particulières dans un ensemble d'initiatives régionales. L'UIT‑D et les partenaires de développement doivent accorder un rang de priorité élevé à la mise en oeuvre de ces initiatives.

Notre objectif est de stimuler la concurrence, d'élargir les choix offerts au consommateur, de favoriser la poursuite de l'innovation sur le plan des technologies et des services et d'encourager l'investissement.

C'est la raison pour laquelle nous sommes réunis ici aujourd'hui.

Je me réjouis d'avoir une discussion fructueuse sur ces sujets et je vous remercie de votre attention.